3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 07:00

Les 21, 22 et 23 août 2015, pourquoi, pour ceux qui le peuvent, ne pas aller au Salon du Livre ancien et de la Bibliophilie ? Cela se passe à Lourmarin, dans le Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, dans le parc naturel régional du Lubéron. L'endroit a l'air vraiment joli.

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence
commenter cet article
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 07:00

Un nécessaire de voyage en argent armorié et en porcelaine de Sèvres est proposé par la maison Dupont et associés lors de la vente aux enchères du lundi 3 août à Morlaix.

« Coffret de commande au marchand-orfèvre Rigal, propriétaire de l'enseigne à la Tête Noire Quai des Orfèvres à Paris. Ensemble de plus de trente pièces d'orfèvrerie des Maîtres Orfèvres Pierre-François Rigal, Charles-Louis-Auguste Spriman, Jacques Bonhomme, Jean-Louis-Dieudonné Outrebon, Jean-Etienne Langlois. Poids d argent : 5422 g. Présenté dans son coffret d'origine. Complet de sa facture, carte commerciale de l'enseigne à la Tête Noire. Charles-Louis-Auguste Spriman, reçu en 1775.

Une aiguière et son bassin pouvant se transformer en plat à barbe. Paris 1777. L'aiguière de forme balustre à fond plat est soulignée d'une frise d'oves et entrelacs sur le couvercle. Ce dernier de forme bombé est surmonté d'une prise en forme de feuilles d acanthes symétriques. L'anse à volutes est en bois sculpté. Haut. Aiguière : 20 cm, Dim. du bassin : 32,2 x 22,4 cm, Poids des trois pièces : 1524 g.

Une paire de flambeaux de toilette avec leur bobèche. Paris 1778. La base ronde est surmontée d'un ombilic gravé de canaux terminés de fleurons sur fond amati. La base est soulignée d'une frise d'oves et entrelacs. Le fût de forme tronconique est gravé de canaux sur fond amati rehaussés en partie haute d'une triple guirlande de laurier. Le binet, également gravé de canaux, repose sur un tertre à décor rayonnant de lancéoles. Ils sont gravés par deux fois des armoiries : sous la base et sur la bobèche. Haut. : 17,2 cm, Poids : 632 g. Jean-Louis Dieudonné Outrebon, reçu en 1772.

Un légumier et son couvercle en argent uni. Le couvercle souligné de filets est surmonté d un bouton mouluré. Complet de deux anses détachables ornées de branchages. Paris 1778 Diam. : 18.5 cm, Poids : 1052 g. Pierre-François Rigal, reçu en 1770.

Un bougeoir à main et sa bobèche en argent, le bord à contours souligné d'une frise d'oves et entrelacs. L'appui-pouce à enroulement souligné de filets. Paris 1778. Long. : 13,7 cM. Poids : 135 g.

Un ensemble d'une boîte à savon et d'une à éponge en argent uni ou repercé de rosaces et de fleurons. Paris 1778 Haut. : 7 cm, Diam. : 8 cm, Poids : 318 g. Léger enfoncement sur la base de la boîte à savon. Jacques Bonhomme, reçu en 1777.

Deux assiettes à contours et moulures d'oves et entrelacs en argent. Paris 1778. Diam. : 23,3 cm. Poids : 646 g.

Ensemble de deux boîtes de toilette rondes en argent uni. Le couvercle à doucine, bordé d'une frise d'oves et entrelacs. Paris : 1778. Haut. : 8 cm. Diam. : 7,2 cm. Poids : 316 g. Léger enfoncement à la base d une boîte et petit choc sur le corps de l autre.
Une laitière couverte ou Goblet à bouillon en argent uni, le couvercle est souligné de filets et bordé d une frise d oves et entrelacs, il est surmonté d une prise en bois tourné sommée d'un bouton d'argent. Manche latéral en bois tourné terminé par un bouton d argent. Paris 1778. Haut. : 11 cm. Poids : 206 g. Petit enfoncement sur le couvercle.

Un ensemble de deux petites boîtes à fard et à poudre ou à éponge en argent uni ou repercé de rosaces et de fleurons. Paris 1778. Haut. : 3 cm. Diam. : 3,2 cm. Poids : 60 g. Jean-Etienne Langlois, reçu en 1770.

Deux petites cuillères, modèle à filets en argent. Paris 1778 Poids : 62 g. Lille, 1761. Deux couverts en argent, modèle à filets. Poids : 398 g.
Ensemble de petites pièces en argent sans poinçon de maître orfèvre : Un passe thé (Poids : 16 g.), un entonnoir (Poids : 10 g.), un rince oeil complet de son pied en bois tourné (Poids : 12 g. Haut. Totale : 9 cm), un support escamotable.

Ensemble de pièces diverses : Un ensemble de 3 flacons ronds en cristal taillé complets de leur bouchon en argent, un flacon accidenté, un miroir rectangulaire (26,5 x 21, 5 cm), 2 étuis oblongs en bois de rose, 2 boucles de chausse en métal argenté, 2 petits éteignoirs en métal argenté, un encrier et une boîte à poudre carrés. Porcelaine de Clignancourt : Un sucrier rond le couvercle surmonté d'une prise en forme de fruit finement souligné de filets d or et deux tasses litrons avec leur sous tasse. Marque en rouge de fer.

L'ensemble de ce nécessaire de voyage est présenté dans son coffret d'origine en noyer à garniture de fer fourni par Gansay, gainier. Il est complet de sa clé. Il ouvre par un abattant en partie haute et un tiroir latéral découvrant le nécessaire à écrire. L'intérieur est gainé de soie vert d'eau gansée de passementerie. Fentes au coffret. Dim. du coffret : Haut. : 24.5 cm, Larg. : 47 cm, Prof. : 37.5 cm.

Ce nécessaire est exceptionnellement complet de sa facture d'origine dressée au revers de la carte marchande de l'enseigne "À la tête noire Rigal Md Orfèvre, Quay des Orfèvre Paris. Ci-devant vis-à-vis Henry IV Fait et vend toutes sortes de Vaisselle des plus à la mode, Bijoux d'Or et d Argent. Argenterie - Orfèvrerie - Métal argenté." »

Photographies provenant d'Interenchères.com.

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence
commenter cet article
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 07:00

La nouvelle médiathèque parisienne Françoise Sagan a été inaugurée le 16 mai dernier. Elle accueille notamment le fonds Heure Joyeuse dédié à la jeunesse avec plus de 80.000 documents, dont le plus ancien est un abécédaire du XVIe siècle.

Comme le dit le dossier de presse, cette médiathèque « s’inscrit dans un lieu emblématique de l’histoire parisienne, le Carré Saint-Lazare, qui existe depuis le XIIe siècle ». L'enclos Saint-Lazare était le plus vaste de Paris, couvrant en 1789 plus de 52 hectares et plus encore auparavant. Il comprenait notamment où se trouvent aujourd'hui l'hôpital Lariboisière, la gare du Nord, l'église Saint-Vincent-de-Paul et la médiathèque qui elle est située au sud, à côté d'où était le bâtiment édifié au XVIIe siècle (sur des bases du XIIe siècle) par saint Vincent de Paul qui y créa en 1633, avec sainte Louise de Marillac, les filles de la Charité, de même que sans doute sa congrégation dont les prêtres furent appelés lazaristes. C'est dans ce même endroit (qui était aussi la maison mère de la congrégation) qu'il décéda en 1660. Une partie fut détruite afin de construire en 1834 une prison/infirmerie, qui est le lieu où se situe la médiathèque. C'est à l'architecte Louis-Pierre Baltard que fut confiée cette mission. Le reste des bâtiments furent détruits en 1935 pour notamment y faire un jardin. Le bâtiment de M. Baltard devint un hôpital qui ferma en 1998 avant d'avoir pris soin de déjà changer le lieu, notamment en détruisant des cryptes moyenâgeuses pour y construire un garage à voitures souterrain. Depuis la léproserie (un hôpital pour lépreux) du XIIe siècle jusqu'au XXe, on le voit les changements furent nombreux dans ce morceau sud, historique, de l'enclos Saint-Lazare.

Mais parlons du présent ! Il a été décidé il y a quelques années de se servir de la partie créée par M. Baltard en 1834 pour y installer une médiathèque, et de ne conserver de ce bâtiment classé 'monument historique' que les façades extérieures, un couloir de galerie de circulation et deux escaliers. Tout le reste a été détruit. Le bâtiment a été évidé en profondeur pour y mettre du neuf, du béton. De nos jours on ne se contente pas de reconstruire par-dessus l'ancien en gardant les fondations, on démolit aussi en dessous comme les sous-terrains qui communiquaient avec d'autres bâtiments peut-être depuis le Moyen-âge. Ils avaient été en partie comblés, mais étaient toujours présents. À la place ont été construites des galeries de béton modernes pour y entreposer les documents.

Aujourd'hui même les lieux classés 'monuments historiques' sont détruits, en faisant cependant attention de sauver les apparences : de garder les façades extérieures ! On appelle cela de la 'rénovation'. Ce n'est pas nouveau. On l'a vu avec la piscine Molitor et bien d'autres endroits dont j'ai parlé dans des articles de ce blog. Finalement ce qui reste semble-t-il de plus ancien au niveau du carré Saint-Lazare autour de la médiathèque ce sont les numéros 99, 101, 103 et 105 de la rue du Faubourg-Saint-Denis construits au début du XVIIIe siècle par les pères de la Mission saint Vincent de Paul afin de les louer à des séculiers. Aujourd'hui ce sont des immeubles d'habitation. Car d'autres bâtiments modernes ont été construits autour de la médiathèque comme récemment un gymnase.

La médiathèque parisienne Françoise Sagan est le nouveau lieu à placer dans nos bâtiments anciens détruits par ce que j'appelle 'l'architecture RER'. Contrairement à autrefois, on ne construit pas au-dessus mais supprime aussi les fondations. Les architectes modernes en vogue sont de véritables vandales. De plus, alors que les bâtiments anciens conservent et restituent le chaud ou le froid selon les besoins, la pierre et le bois étant des isolants naturels, le béton lui fait le contraire, et en période par exemple de grosses chaleurs sans climatisation (la climatisation est dorénavant interdite dans de tels lieux), c'est l'horreur. Finalement les architectes contemporains font sur nos monuments anciens ce que les guerres font en d'autres temps ou lieux, en y ajoutant le fait que leurs bombes d'idiotie détruisent jusqu'aux fondations, ne laissant que des ruines extérieures... voilà ce qu'on appelle de nos jours de la rénovation et parfois même de la restauration. Tout cela se passe avec l'aval de nos instances dirigeantes. Pendant qu'on donne aux archéologues quelques mètres carrés à gratter pour s'occuper, on efface au bulldozer et à la pelleteuse des monuments anciens tout en croyant sauver les apparences en gardant le volume extérieur.

Photographie de gauche : Vue de la cour que l'on découvre en entrant. C'est assez joli avec les palmiers. On a ici tout le volume du bâtiment du XIXe siècle et les façades. Le bâtiment a été construit par l'architecte Louis-Pierre Baltard (1764-1846) en prenant pour modèle un couvent italien. Du reste cette cour a un aspect très méditerranéen avec ses beaux palmiers.

Photographie de droite : Galerie de circulation dont les deux murs ont été conservés.

Photographie de gauche : Intérieur de la médiathèque.

Photographie de droite : Vue depuis la médiathèque d'un gymnase construit récemment.

Photographies ci-dessous : À gauche - J'ai trouvé cette photographie ici. Elle ne provient même pas des archives du lieu mais d'une carte postale en vente sur un site où je suis allé l'acheter pour 5 EUR (avec la même disposition du timbre, des tampons et de l’autographe : « Souvenir Lucie »). Elle représente « La Prison Saint-Lazare » située dans les bâtiments du XVIIe siècle de la maison mère de la congrégation de la Mission Saint-Lazare où s'installa par la suite l'hôpital Saint-Lazare avant d'être détruits en 1935. À droite - Le même endroit aujourd'hui.

Photographies ci-dessous : Évidement de l'édifice de Louis-Pierre Baltard de la première moitié du XIXe siècle. © Florence Morrisson.

Photographies ci-dessous : À gauche - Infirmerie vers 1900 (image prise ici). À droite - À peu près les mêmes pièces avant la destruction. Vers les années 70 on a dû faire disparaître les boiseries et d'autres éléments. Mais la structure était plus ou moins la même. Le parquet avait été recouvert mais était toujours présent sous le revêtement (même origine de l'image que précédemment).

Photographies ci-dessous : Voilà ce qu'il y a à la place maintenant.

Photographies ci-dessous : À gauche - Vue de la cour prise du toit. Le bâtiment de forme ronde est l'église (d'époque 1834) qui elle est restée non touchée en ce XXIe siècle mais avec ses changements XXe. À droite - Intérieur de l'église.

Photographies ci-dessous : À gauche - Escalier avant les travaux. © Daniel Lifermann. Au milieu - Escalier aujourd'hui. À droite - Au-dessous de l'escalier en allant vers le sous-sol. Toutes les fondations sont bétonnées.

Photographies ci-dessous : Sous-sol.

Photographies ci-dessous : À gauche - Vue du toit de la médiathèque des immeubles du XVIIIe siècle construits par les pères de la Mission saint Vincent de Paul . À droite - Ces immeubles vus du 105 de la rue du Faubourg-Saint-Denis.

Une petite exposition sur Françoise Sagan a lieu en ce moment à la médiathèque jusqu'en septembre. En voici quelques photographies :

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 07:00

Jusqu'au 4 octobre 2015 le Centre Wallonie-Bruxelles à Paris nous gratifie d'une exposition (payante) sur L’âge d’or de la bande dessinée belge, entre l’immédiat après-guerre et la fin des années 70.

Cette collection de planches originales de bandes dessinées du Musée des Beaux-Arts de Liège (BAL) a été constituée dans les années 1970, d'après cet article, par des amateurs, dans le projet non réalisé de créer un musée de la BD à Liège. Ces documents ont été oubliés durant vingt ans. Redécouverts au milieu des années 1990 dans les réserves du BAL, ils ont été exposés, avant aujourd'hui, seulement à deux reprises à Liège.

Le support narratif de la BD utilisant en même temps l'écriture et l'image est non seulement intéressant pour l'apprentissage de la langue chez l'enfant mais aussi pour l'adulte qui y trouve notamment un prolongement du rythme de l'écriture à travers les lignes picturales et inversement...

La France est avec la Belgique, le Japon et les États-Unis un des plus importants producteurs de BD (quantité de publications et d'auteurs), chaque pays ayant son style d'édition, la France privilégiant le grand format (C4 = 229 × 324 mm) et la qualité d'impression (papiers, couleurs, reliures...).

La BD se situe aussi dans le large éventail de la production de dessins soutenus par du texte : caricatures, mini-récits etc. Là aussi l'hexagone a une longue tradition dans ces domaines.

Photographie : Détail de L’Astragale de Cassiopée (1976) d'Isabelle Will. Scénario d'André Franquin, Yvan Delporte et Raymond Macherot. Planche n°36. © Copyright Will tous droits de reproduction réservés.

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence
commenter cet article
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 07:00

Jusqu'au 8 novembre 2015, la ville du Havre fait partager l'activité commerciale passée et florissante de son port à travers l'exposition Café, coton, chocolat - 300 ans de négoces au Havre.

Celle-ci se déroule sur trois lieux : le Musée de l'Hôtel Dubocage de Bléville, la Maison de l'Armateur, et l'Abbaye de Graville. Je trouve plus adéquat de faire une exposition (ou même un musée) sur plusieurs sites plutôt que d'agrandir des bâtiments anciens comme beaucoup trop de musées le font !

Cette exposition peut être mise en parallèle avec celle du Musée Cognacq-Jay à Paris : Thé, café ou chocolat ?

Photographie de gauche : Vue sud d'une partie des bâtiments conventuels de l'abbaye de Graville. © Laurent Bréard.

Photographie de droite : Galerie d’études de l'Hôtel Dubocage de Bléville. © Photo Musées d'art et d'histoire.

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence
commenter cet article
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 07:00

Le Musée national du Moyen Âge - Thermes et hôtel de Cluny est un monument constitué de deux parties : les thermes romains de la fin du premier ou du deuxième siècle après J.-C. et un hôtel particulier du XVe siècle. Il s'agit d'un véritable bijou en plein Paris.

En 2012-2013 il a été décidé de l'agrandir afin de faciliter l'entrée du public. Cela comprendra la construction d'un nouveau bâtiment de deux étages sur la terrasse longeant la rue Du Sommerard (voir ci-dessus la photographie d'une simulation informatique avec une vue à partir du boulevard St-Michel), devant une façade des années 1870, et le 'réaménagement' du bâtiment sans doute lui aussi de la même époque (voir le plan ci-dessous).

Il ne semble pas y avoir d'action directe sur les parties antiques et médiévales, ce qui est une bonne chose. Cependant, alors que l'ajout des années 1870 se fondait dans le décor, utilisant comme les thermes de la brique et de la pierre aux mêmes dimensions, nous sommes avec le nouveau bâtiment dans ce que j'appelle de l'architecture RER. Il n'y a pas d'effort d’intégration dans l'ensemble au niveau du matériau utilisé (béton et vitre) par exemple par l'utilisation de la brique, ni dans la forme architecturale d'ensemble antique ou médiévale. L'architecte s'est contenté de garder une hauteur raisonnable, « des nuances grisées en harmonie avec les couleurs des pierres environnantes » (atteintes par la pollution) et en mettant « sur l'enveloppe externe » « un motif gothique de guipure, présent dans l'escalier de la chapelle du musée ». Nous sommes une nouvelle fois dans le béton et le verre.

Dans le communiqué de presse, dans ce langage hypocrite (cauteleux, chafouin, patelin, papelard, matois... pour employer des mots de notre dictionnaire rappelant le XVe siècle) particulier à notre époque médiatique, il est indiqué qu'il s'agit d'une « rénovation », puis d'une « modernisation »... on croirait entendre ceux qui ont « rénové » et « modernisé » l’hôtel Salé.

Ce projet se déroulera en quatre étapes :

« - la restauration des bâtiments : la chapelle de l'hôtel de Cluny [une merveille] en 2015-2016, les thermes gallo-romains en 2016-2017 ;
- la construction d'un nouvel espace d'accueil inauguré fin 2017 ;
- la refonte des parcours muséographiques dont la première partie sera ouverte en même temps que le nouvel accueil, la seconde partie prévue être achevée en 2020 ;
- la reprise du jardin médiéval et l'optimisation de l'insertion urbaine à l'horizon 2020. »

Toujours les mêmes questions se posent : Pourquoi ajouter de l'architecture XXIe siècle à une autre très ancienne ? Une rénovation consiste-elle à agrandir, reconstruire ? N'est-il pas possible de conserver intégralement nos monuments anciens ? Pourquoi ne pas rénover en utilisant les techniques de l'époque du bâtiment d'origine ?

Photographies provenant du site amis-musee-cluny.fr et d'un communiqué de presse.

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence
commenter cet article
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 07:00

Le parc archéologique européen de Bliesbruck-Reinheim propose jusqu'au 31 octobre l'exposition Quand la Moselle était gallo-romaine : trésors des Médiomatriques sur l’histoire et les richesses de la cité des Médiomatriques aux époques gauloise et romaine. Une occasion de découvrir un autre peuple gaulois dans cette exposition !

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence
commenter cet article
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 07:00

Le Carré Plantagenêt - Musée d'Archéologie et d'Histoire de Le Mans présente l'exposition Des dieux et des hommes, cultes et sanctuaires en Sarthe et en Mayenne dans l'Antiquité jusqu'au 21 septembre 2015.

Celle-ci est le fruit des récentes découvertes archéologiques en Sarthe et en Mayenne de plusieurs sanctuaires qui ont révélé de riches offrandes, statuettes et ex-voto permettant d'aborder les pratiques religieuses durant l’Antiquité gallo-romaine.

Les musées archéologiques régionaux conservent de nombreux documents sur les peuples gaulois. Ici il s'agit des Aulerques, Cénomans et Diablintes.

Dans de prochains articles concernant des musées ou expositions j'aborderai quelques autres de ces tribus gauloises qui nous ont laissé un patrimoine précieux, subtil (dans le sens qu'il n'est pas obligatoirement matériel) mais bien présent.

Photographie de droite : « Bague. Or. 1er - 3e s. ap. J.-C. Le Mans, Quinconces des Jacobins. DRAC Pays de la Loire, Service régional de l’archéologie (dépôt Inrap, Le Mans). © Gilles Kervella, Le Mans. »

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 17:42

« Avec 756 librairies, Paris est la capitale mondiale du livre. » « La Ville de Paris et l’association Paris Librairies lancent la première fête des librairies parisiennes, intitulée le « pari des libraires ». [...] Le 2 juillet prochain, de la fin d’après-midi jusqu’à la nuit tombée, 83 librairies parisiennes proposeront un moment convivial et des animations originales pour tous les publics. Chaque libraire aura son invité d’honneur - auteur, artiste, musicien, client du quartier, enfant - chargé de mettre en valeur le fonds de la librairie et de sélectionner des ouvrages sur le thème de la liberté, valeur fondatrice de la librairie indépendante. »
Vive la Liberté !

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 07:00

L'exposition sur François 1er à la Bibliothèque nationale de France, à Paris, s'est achevée ce 21 juin. Elle se poursuit au Château royal de Blois du 4 juillet au 18 octobre 2015 dans une autre intitulée Trésors royaux : La bibliothèque de François 1er.

2015 est  l'anniversaire de l’accession au trône de ce roi, il y a de cela cinq-cents ans, ainsi que l’anniversaire de la bataille de Marignan. « Marignan ? 1515 ! » Cette victoire a marqué l'entrée de la France dans l'ère moderne et la Renaissance dans ce pays.

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de La Mesure de l'Excellence
  • Le blog de La Mesure de l'Excellence
  • : Présentation des nouveautés de l'art sur le Net.
  • Contact

Cariatietexte200-copie-1.jpg

Réseau collaboratif

Si vous souhaitez que votre site fasse partie de ce réseau, cliquez ici !

Aujourd'hui Internet est dans les mains de quelques groupes. Les informations de leurs utilisateurs sont vendues aux plus offrants par l'intermédiaire notamment des réseaux sociaux.

 

     
lamesure.org
La-Mesure80.jpg

 


La plupart des réalisations internet de LM sont faites à partir de LOGICIELS LIBRES

 

Copyright © 2007 - 2015
La Mesure de l'Excellence
L
e Menn Richard

Tous droits réservés

lesamusementsdeparisreliurefacedetaila300lll

 

Expositions

 

ToiletteDeDinerOuDeSoireeBlanc-Detaila300alm