Lundi 22 septembre 2014 1 22 /09 /Sep /2014 09:00

LeTempsdesChansons.jpg Le temps des chansons est le site d'une marchande de partitions anciennes. Elle possède un fonds de quelques dizaines de milliers d'exemplaires des XIXe et XXe siècles la plupart illustrés en première page. LeGandinParisien.jpg

Par La Mesure de l'Excellence - Publié dans : La Mode
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 19 septembre 2014 5 19 /09 /Sep /2014 09:00

Catalogue Diktats est une librairie en ligne (« librairie en chambre » comme ses créateurs aiment à le dire) spécialisée dans la mode et le costume, fondée en 2006. Elle propose de très intéressants documents d’époque. Pour ceux qui ont les moyens pécuniaires on y trouve de vraies perles. Pour les autres … ils peuvent toujours feuilleter le site par plaisir. Quant aux aficionados de la mode ancienne qui cherchent de l’inspiration … on en trouve ici ... par exemple concernant les coiffures du XVIIIe siècle (dans mon blog les articles sur ce sujet sont les plus lus).

Diktas édite aussi des catalogues thématiques papiers à tirage limité (généralement autour de 500 exemplaires) « diffusés gracieusement auprès des clients et amis de la librairie ». Le dernier, publié en 2013, est consacré aux grandes figures féminines de la mode. Le premier (2007) présentait une collection de pièces relatives à Paul Poiret. Le prochain devrait vraisemblablement paraître fin 2014 début 2015.

Photographie de droite : Second catalogue de la librairie, intitulé Sous la Coupe des femmes.

Voici des exemples de documents d'époque proposés dans ce site :

Photographie ci-dessous : « Coiffure en médaillon, coiffure à la zodiaque (1777). » © Diktats.

1coiffure en medaillon coiffure a la zodiaque gravure 1777 Photographies ci-dessous : « Le manuel des toilettes dédié aux dames (1777). » © Diktats.

2ManuelDesToilettesDiktats2 2-2ManuelDesToilettesDiktatsDiktats Photographies ci-dessous : « Suite de 31 Coiffures, inspirées de la Galerie des Modes et Costumes Français (circa 1780). » © Diktats.

3Suitede31CoiffuresDiktats Photographie ci-dessous : « Fantaisies aimables ou les caprices des belles (1786). » © Diktats.

4FantaisiesAimablesDiktats Photographie ci-dessous : « Magasin des modes nouvelles, 1788, 9ème cahier. » ©  Diktats.

5magasin des modes nouvelles 9eme cahier 10 fevrier 788 pla Photographies ci-dessous : « Le Jardin de la Noblesse Française, par Abraham Bosse (1629). » © Diktats.

6LeJardinDeLaNoblesseFrancaiseParAbrahamBosseDiktats Photographies ci-dessous : « Recueil de planches de modes et de costumes du XVIIème siècle par Picart, Bonnart et Chiquet. » © Diktats.

7-1-Recueil de planches de modes du xvii siecle Diktats 7-2-Recueil de planches de modes du xvii siecle Diktats 7-3-Recueil de planches de modes du xvii siecle Diktats Photographie ci-dessous : « Les Croyables au Péron, gravure de mode de Levilly d'après une composition de Salvatore Tresca (1797). » © Diktats.

8-1les incroyables les croyables au peron tresca lavilly 17 Photographies ci-dessous : « Incroyables et Merveilleuses, suite de 4 gravures (circa 1797). » © Diktats. Les couleurs tendres des habits du quatrième cercle sont celles à la mode dans l'ancien régime.

8-2IncroyablesMerveilleuses1 8-3IncroyablesMerveilleuses2 Photographie ci-dessous : « Nouveau jeu des costumes de dames françaises par un adorateur du beau sexe (circa 1810). » © Diktats.

9nouveau-jeu-des-costumes-de-dames-francaises-par-un-adorat Photographies ci-dessous : À gauche - « Monsieur, Revue des élégances, n11 (1920, novembre). » © Diktats.

À droite - « Louis Poirier, chemisier, 8 rue de Rougemont à Paris, pochoir publicitaire (circa 1925). » © Diktats.

10XXe Diktats Photographies ci-dessous : À gauche - « Modèle Multiflore, robe du soir de Lucien Lelong, photographie d'époque du studio Deutsch (1934). » © Diktats.

À droite - « Chanel - portrait de Coco Chanel par Horst P. Horst en 1937, tirage postérieur (circa 1960). » © Diktats.

11XXe Diktats Un jour j'écrirai un article sur les nombreux antiquaires et libraires 'en chambre' qui proposent de très belles choses uniquement sur Internet !

Par La Mesure de l'Excellence - Publié dans : La Mode
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 17 septembre 2014 3 17 /09 /Sep /2014 16:22

Paolo da San Leocadio Jusqu'au 15 février 2015 le Musée Maillol présente une exposition intitulée : De Léonard de Vinci à Michel-Ange : Les Borghia et leur temps.

Comme d'habitude avec ce musée on n'est pas déçu ! Les œuvres choisies sont belles, et nous plongent littéralement dans une époque (le XVIe siècle) et une atmosphère (celle de l'Italie des Borghia). À chacun des événements organisés par ce lieu on découvre un aspect prestigieux des beaux-arts italiens … un voyage garanti … et sans frais d'avion … ni besoin de machine à remonter dans le temps !

Cette fois c'est une leçon de peinture qui nous est donnée plus que d'histoire. Les œuvres sont variées, bien restaurées et conservées, avec leurs couleurs délicates. Les portraits sont nombreux. LeTitien Quelques objets rappellent le trouble de ce temps avec une armure, un bel heaume de pourpre et d'or … Les portraits de Luther, Érasme, Jérôme Savonarole, Nicolas Machiavel, des Borghia ... évoquent les mouvements variés des esprits marquant d'alors.

Pouvoir, Religion, Humanisme et Art sont les quatre grands thèmes de l'époque des Borghia.

J'ai particulièrement aimé la 'Dame à la licorne' (Giulia Farnèse ?) de Luca Longhi (1507) et 'La Madone à la cerise' de Cesare da Sesto (Début du XVI e siècle).

Photographie 1 : « Paolo da San Leocadio. VIERGE À L’ENFANT ET SAINT JEAN. 1500-1510. Huile sur bois. H. 59,7 ; L. 45 cm. Valence, Museo de Bellas Artes. »

Photographie 2 : « Tiziano Vecellio dit le Titien. LE PAPE ALEXANDRE VI PRÉSENTE JACOPO PESARO À SAINT PIERRE. 1502-1510. Huile sur toile – H. 147,8 ; L. 188,7 cm. Anvers, Musée royal des Beaux-Arts. © Lukas-Art in Flanders vzw, photo Hugo Maertens. »

Photographie 3 : « Francucci Innocenzo dit Innocenzo da Imola. PORTRAIT PRÉSUMÉ DE VANNOZZA CATTANEI. Huile sur toile. H. 83 ; L. 62 cm. Rome, Galleria Borghese. © SSPSAE e per il Polo Museale della Città di Roma. » PortraitPresumeDe VannozzaCattanei

Par La Mesure de l'Excellence - Publié dans : Expositions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 17 septembre 2014 3 17 /09 /Sep /2014 09:00

Les moustaches sont très fréquentes au XIXe siècle, jusqu'à la première guerre mondiale. En voici quelques exemples parmi beaucoup d'autres (un dessin, une photographie et une estampe).

MoustacheDessin300lm.jpg

PhotographieEncadreeHommeMoustache2-300lm.gif

MoustacheEmileCarnoy2-300lm.jpg Photographie ci-dessous : « LA MASCARADE HUMAINE » « LES PARENTS TERRIBLES - Et moi je défends qu'on ait de ces moustaches là !..... sous aucun prétexte ! »

moustache-1lamascaradehumainelesparentsterribles300lm.jpg © Article et photographies LM

Par La Mesure de l'Excellence - Publié dans : La Mode
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 15 septembre 2014 1 15 /09 /Sep /2014 09:00

LesmessieursALaBelleCeintureDetail300lm.jpg

LesmessieursALaBelleCeinture650lm.jpg Photographies : Illustration double page de La Vie parisienne de 1892 : « Les Messieurs à la belle ceinture ».

© Article et photographies LM

Par La Mesure de l'Excellence - Publié dans : La Mode
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 12 septembre 2014 5 12 /09 /Sep /2014 09:00

LePerugin300 Du 12 septembre 2014 au 19 janvier 2015 le Musée Jacquemart-André présente une exposition intitulée Le Pérugin, maître de Raphaël. Elle réunit une  cinquantaine d’œuvres de l'artiste présentant les grandes étapes de sa carrière. Le Pérugin (1450-1523) est « considéré par ses contemporains comme l’un des plus grands peintres d’Italie ... »

Je ne suis pas encore allé voir cette exhibition. Mais généralement on peut se rendre aux manifestations organisées par ce musée les yeux fermés … ou du moins non : ouvrez-les … au moins une fois rentrés dans la salle d'exposition !

Par La Mesure de l'Excellence - Publié dans : Expositions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 10 septembre 2014 3 10 /09 /Sep /2014 09:00

bottes-copie-1 Le calcéophile est un passionné de chaussures. Le terme est assez récent. Je ne l'ai retrouvé dans aucun des dictionnaires que j'ai consultés. Il est composé de calceus (qui désigne la chaussure en latin) et de  φιλία, philia (qui signifie en grec ancien : une amitié, une vive affection).

Le calcéophile a un goût prononcé pour cette partie du vêtement qu'est la chaussure, non pas par fétichisme mais par inclination pour le bel ouvrage. Personnellement étant végétarien et n'achetant plus de cuir neuf depuis plus de vingt ans, la calcéophilie ne m'intéresse pas, excepté quand il s'agit de collectionner et restaurer des chaussures anciennes de qualité.

bottes Maniatis avant-après Alexis Boniface est un exemple dans ce domaine et peut-être le seul puriste en France pour l'époque qu'il couvre. Il recherche et collectionne les souliers pour hommes de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe (si possible avec leurs embauchoirs et semelles d’origine), les embauchoirs anciens, les manuels de cordonnier-bottier, les catalogues anciens, les informations sur les bottiers du passé (photos, factures, témoignages) et leurs outils. Si vous avez de tels documents n'hésitez pas à le contacter à albo1er@hotmail. Il collectionne aussi les chausse-pieds et les tire-boutons (crochets à bottines). Mais comme il le dit : « Ces recherches d'objets sont néanmoins vécues avec une intensité moindre que celle liée aux souliers. Je peux rester des heures devant une paire de souliers à scruter tous les détails, rarement devant un tire-boutons. »

Son goût et ses exigences en matière de qualité et d'authenticité sont admirables, ainsi que la finesse de ses restaurations (il restaure mais ne répare pas afin de garder le plus possible l'état d'origine) et sa connaissance précise du processus de confection. Ce souci de perfection et ce besoin d’approfondir constamment  son savoir dans tous les domaines de fabrication du bel ouvrage le conduisent régulièrement à affiner ses connaissances dans l'arrière boutique d'un cordonnier et auprès des artisans ayant conservé un savoir-faire authentique. Il s'intéresse aux détails les plus infimes afin de collectionner et de restaurer les chaussures dans leur jus : « Un mur de gravure sur une paire prêt-à-chausser n'est pas le même que sur une paire sur mesure et une trépointe sur une paire sur mesure n'est pas cousue de la même manière aujourd'hui qu'il y a quelques décennies (largeur des points, matière du fil : nylon majoritairement utilisé de nos jours contre fil de lin et de chanvre auparavant). »

Alexis Boniface ne porte pas les souliers de sa collection. Il les aime trop pour cela. C'est une autre qualité qui le distingue de la plupart des collectionneurs de chaussures anciennes (XIXe-XXe).

Il est en train de remettre à jour son site internet dont je parlerai dès qu'il sera à nouveau visible. Dans celui-ci il expose sa démarche de calcéophile ; présente sa collection ; décortique pour le visiteur les étapes de fabrication à travers des photographies ; propose une bibliographie et un lexique ; répertorie par ordre alphabétique, grâce à ses recherches, une grande partie des bottiers parisiens etc. Comme il l'écrit « Il y avait environ un millier de bottiers indépendants à Paris au début du XXe siècle, moitié moins un demi-siècle plus tard et ils ne sont plus que quelques-uns aujourd'hui. »

Je le remercie de m'avoir fait découvrir sa passion et d'avoir passé du temps à me l'expliquer, ainsi que pour les photographies des souliers de sa collection qu'il m'a envoyées et qui illustrent cet article.

Première photographie : Quelques paires de bottes de sa collection : Chesnot, Bunting, Maxwell, Hellstern …

Photographie de droite : Bottes Maniatis « Pied droit : avant nettoyage, pied gauche : après ».

Photographies ci-dessous : « Berluti à boutons ». « Bottines du Bon Marché, vers 1905 ».

BerluttiBottinesBonMarche Photographies ci-dessous : «Richelieu Bunting ». « Capo Bianco ».

RichelieuCapo Photographies ci-dessous : « Bottines à boutons E.Ramat Maire, vers 1910 ». « Bottines à lacets E.Ramat Maire, vers 1910 ».

Bottines Photographies ci-dessous : « Derby 5 œillets à bout droit rapporté ». « Richelieu Pinet ».

DerbyRichelieu Photographies ci-dessous : « Mocassins Tuczek ». « Richelieu Daliet-Grand ».

MocassinsRichelieu Photographies ci-dessous : « Bunting ». « Bottines Unic ».

BuntingBottines Photographies ci-dessous : « Paire de bottines à boutons Coquillot, circa 1908 ». « Paire de Richelieu bi-matières Perugia ».

CoquillotPerugia.jpg Photographies ci-dessous : « Bottes Roger Chesnot ». « Bottes René Chesnot».

bottes Photographies ci-dessous : « Embauchoirs bottines ». « Embauchoirs 3 pièces ». Embauchoirs

Par La Mesure de l'Excellence - Publié dans : La Mode
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 8 septembre 2014 1 08 /09 /Sep /2014 09:00

ToiletteEnVermeil1789420.jpg ToiletteEnVermeille1784-420.jpg La Galerie Kugel à Paris propose jusqu'au 8 novembre 2014 une exposition intitulée VERMEILLEUX ! L’argent doré de Strasbourg du XVIe au XIXe siècle.

Celle-ci présente un ensemble prestigieux de plus d'une centaine de pièces en vermeil de fabrication strasbourgeoise.

Cette exposition « couvre l’essentiel des styles et des formes. » Elle « s’articule autour de deux parties chronologiques : l’influence germanique à la Renaissance et à l’époque Baroque, puis le style français des XVIIIème et XIXème siècles, passant par le style rocaille et le néoclassicisme. »

« Le catalogue accompagnant l’exposition propose une étude scientifique pour chaque pièce ainsi qu’un répertoire exhaustif de tous les orfèvres de Strasbourg de 1540 à la Révolution, constituant ainsi l’ouvrage de référence sur le sujet. »

Photographie du haut : « Toilette en argent doré de la comtesse Von der Leyen, Strasbourg, 1789, par Johannes Jacob Kirstein et Carl Ludwig Emmerich. © Guillaume Benoit. »

Photographie de gauche : « Toilette en argent doré de la Duchesse de Mecklenburg-Strelitz, Strasbourg, 1784, par Johann Heinrich OERTEL et Gottfried IMLIN. © Hughes Dubois. »

Par La Mesure de l'Excellence - Publié dans : La Toilette
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 5 septembre 2014 5 05 /09 /Sep /2014 09:00

ToutCeQuiReluiNEstPasDOr400lm.jpg Photographie de gauche : « Tout ce qui reluit n'est pas or. » Estampe de vers 1850 représentant un couple prétentieux en train de se faire cirer les chaussures. Derrière, l'enseigne d'un magasin d'orfèvrerie indique :  « Imitation d'or, strass, chrysocalque, melchior etc. ».

Le strass est de la verroterie imitant des pierres précieuses. Le strasbourgeois Georges Frédéric Strass (1701-1773), joailler du roi de France, lance cette mode en 1746. L'objectif est de confectionner des bijoux à bas prix. Cependant certains modèles s'avèrent plus chers que les originaux.

Le chrysocalque est une composition à base de métal (cuivre, zinc ou étain) imitant l’or.

Le melchior est un alliage (de cuivre, de zinc et de nickel) qui ressemble à de l'argent. Ce mot est une altération de maillechort, de Maillot et Chorier, les inventeurs de l’alliage en 1819.

Photographie de gauche : Boucles de chaussures probablement du XIXe siècle en strass et métal argenté.

BouclesStrass300lm.jpg Le métal argenté est une technique utilisée déjà au XVIIIe siècle. On l'appelle 'plaqué' ou 'doublé'. Le procédé de l'électrolyse est trouvé au XIXe siècle. Le brevet est déposé simultanément en 1840 par les Anglais Henry et Georges-Richard Elkington (1801-1865) et le Français Henri de Ruolz (1808-1887). Celui des Elkington est vendu en 1842 à Charles Christofle (1805-1863) qui se spécialise dans ce procédé. En 1845 il fonde une nouvelle société (il succède à son maître en 1830) : « Charles Christofle & Cie » et commence à fabriquer lui-même les pièces à argenter, dès 1846, devenant ainsi indépendant des autres fabricants orfèvres. En 1863 son fils Paul Christofle et son neveu Henri Bouilhet (1830-1910) lui succèdent. Ce dernier introduit d'autres procédés (galvanoplastie, moules en gutta-percha ...) donnant à l'entreprise (qui existe toujours aujourd'hui) un essor considérable, devenant au début du XXe siècle la manufacture d’orfèvrerie la plus importante de France.

Photographie ci-dessous : « EXPOSITION UNIVERSELLE. - Orfèvrerie et galvanoplastie. - La maison Christofle et Cie ». Estampe de H. Linton d'après Bertrand de vers 1864-1866.

MaisonChristolpheExpositionUnviverselle500lm.jpg © Article et photographies LM

Par La Mesure de l'Excellence - Publié dans : La Mode
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 3 septembre 2014 3 03 /09 /Sep /2014 09:00

AfficheSacresRoyaux.jpg Le château de Versailles et le Centre des Monuments Nationaux (CMN) présentent au Palais du Tau à Reims jusqu'au 2 novembre 2014 une exposition sur les Sacres royaux, de Louis XIII à Charles X.

Celle-ci réunit le fonds du Palais du Tau et les œuvres des collections du Château de Versailles « évoquant le sacre des Bourbons : portraits des souverains, représentations des événements et du rituel du sacre, ornements et regalia réalisés pour le sacre de Charles X. »

Par La Mesure de l'Excellence - Publié dans : Expositions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Syndication

  • Flux RSS des articles

Informations

PAGERANK DE LM
PageRank Actuel


La plupart des réalisations internet de LM sont faites à partir de
LOGICIELS LIBRES

 

Il y a actuellement 7 personne(s) sur ce blog

Réseau collaboratif

Si vous souhaitez que votre site fasse partie de ce réseau, cliquez ici !

Copyright © 2007 - 2014
La Mesure de l'Excellence
L
e Menn Richard

Tous droits réservés

lesamusementsdeparisreliurefacedetaila300lll

     
lamesure.org
La-Mesure80.jpg

Expositions

 

ToiletteDeDinerOuDeSoireeBlanc-Detaila300alm

A2-50Au départ plus ouvert, Internet devient progressivement un réseau fermé tenu par des monopoles dans lesquels ce sont les utilisateurs que l'on vend aux entreprises. Facebook est l'exemple même du réseau fermé. Internet est dans les mains de quelques monopoles (pour les moteurs de recherche Google et Yahoo etc.) qui uniformisent par l'anglais, restreignent et guident nos choix par des algorithmes informatiques. Ils peuvent ainsi régler à leur convenance la toile.

Livre

TableDeToilettePourHommeManieresDElegance-300-lm.gifNouvel ouvrage sur l'élégance, cette fois entièrement composé de matière personnelle, c'est à dire sans les nombreuses références visuelles et textuelles de mes articles.

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés