27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 07:59

La nouvelle exposition de dessins anciens de l’École des Beaux-arts de Paris est sur Le baroque à Florence. Celle-ci se déroule du 27 janvier au 17 avril 2015 au Cabinet des dessins Jean Bonna avec des oeuvres de cette école italienne datant de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe, sélectionnées « à partir d’un fonds très bien représenté dans sa collection et qui a fait l’objet d’un travail conséquent de réattributions. »

Photographie ci-dessus : « Léda. Francesco Montelaticci, Sanguine, lavis de sanguine et gouache . » © Cabinet des dessins Jean Bonna de l’École des Beaux-arts de Paris.

Photographie ci-dessous à gauche : « Tête casquée. Stefano Della Bella. Plume . » © Cabinet des dessins Jean Bonna de l’École des Beaux-arts de Paris.

Photographie ci-dessous à droite : « Coiffure de théâtre. Della Stefano Bella. Plume et léger lavis d'encre de Chine. » © Cabinet des dessins Jean Bonna de l’École des Beaux-arts de Paris.

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence
commenter cet article
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 07:59

Depuis le 22 janvier 2015 le Musée Gustave Moreau est ouvert totalement au public. Ce musée est l'hôtel particulier dans lequel le peintre Gustave Moreau (1826-1898), du courant symboliste, avait son atelier … un atelier gigantesque prenant tout le bâtiment avec quelques pièces pour vivre (salle de réception, chambre, boudoir …) visibles seulement certains après-midis. Cet espace s'est révélé cependant trop petit, l'artiste ayant imaginé tout un système de placards et autres meubles permettant de contempler ses desseins et peintures comme si on lisait des pages d'un livre. Environ 20 000 œuvres y sont aujourd'hui conservées, dont des centaines de peintures et des milliers de dessins. Qu'on apprécie ou non ses œuvres, il y a trois choses qui m'ont étonné.

LE LIEU. Les murs  sont remplis de peintures du sol au plafond, et parfois sur plusieurs couches comme dit précédemment. On s'immerge ainsi dans l'univers du peintre, et dans celui du XIXe siècle, d'autant mieux que l'on est dans le quartier construit durant son siècle de la « Nouvelle Athènes » (voir à ce sujet l'article sur Le Baron Taylor à l’avant-garde du Romantisme), pas très loin du Musée de la Vie Romantique qui lui aussi conserve un lieu peut-être encore plus magique du XIXe (voir l'article La fabrique du romantisme : Charles Nodier et les voyages pittoresques).

LA MODERNITÉ DE SON OEUVRE. Même si la plupart des tableaux ne semblent pas finis, on a l'impression d'être parfois devant une œuvre abstraite ou expressionniste du XXe siècle ; ce qui laisse pantois.

L'ABONDANCE DES PEINTURES. Il y en a partout, dont certaines gigantesques, les unes sur les autres, tellement que l'on dirait, en montant les escaliers en colimaçon, qu'elles volent au-dessus de soi.

C'est donc un musée à voir, et où amener ses enfants pour qu'ils se baignent dans cet univers un peu magique.

Photographie de gauche : Cavalier. Peinture de Gustave Moreau.

Photographie de droite : De l'escalier.

Photographies ci-dessous : Derrière un tableau … un ange … et derrière des esquisses.

Photographie ci-dessous : Tableaux à feuilleter.

Photographies ci-dessous : Couches de tableaux et de dessins.

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence
commenter cet article
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 07:59

Je vais faire l'essai, à partir de février 2015, de publier sur mon site www.lamesure.fr les articles plus personnels tout en continuant de présenter sur ce blog ceux qui concernent l'actualité de l'art, mais en me centrant sur les expositions parisiennes et autour de Paris que je verrai.
 

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence
commenter cet article
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 07:59

Cafes_De_Paris_1857.jpgPhotographies : Histoire des cafés de Paris extraite des mémoires d'un viveur. Café du Palais-Royal, des boulevards, de ville, etc.‎ de Marc Constantin, Paris, Desloges, 1857.

© Article et photographies LM

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence - dans La Mode
commenter cet article
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 07:59

UnCafeVers1828Recadre300lm.jpgPhotographie ci-dessus : Lithographie en couleur de Delpech d'après H. Monnier : « Un Café ».

Photographie ci-dessous : Estampe provenant de la revue Le Charivari du « 17 Décembre 1833  » ayant pour légende : « Intérieur de café ».

Dans ces images on remarque le poêle autour duquel on vient se chauffer. Consommer n'est pas le seul but des cafés d'autrefois ; on s'y rend aussi pour parler, lire les dernières nouvelles, jouer, faire des rencontres, se réchauffer … Ce sont des véritables lieux de convivialité et de partage.

InterieurDeCafe17Decembre1833LeCharivariRecadre500lm.jpg© Article et photographies LM

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence - dans La Mode
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 07:59

MagasinPittoresque1845PaniersCrinolineClair400lm.jpgEt oui, encore un nouvel article sur les crinolines ! Cette fois pour vous présenter cette illustration de la revue Magasin pittoresque de 1845 ayant pour légende :  « (Margot distribuant ses paniers. - D'après une estampe de la Bibliothèque royale.) » On le voit la robe à panier ressemble ici à la future 'crinoline cage' inventée vers 1856, qui en est la retranscription au XIXe siècle.

Autres articles sur ce sujet :
Caricatures de crinolines ;
La crinoline ;
Fabrique de crinolines ;
Bêtises et autres culbutes, gourgandines ou tâtez-y ;
Vertugadins, paniers, crinolines et tournures ;
Crinolines.

© Article et photographie LM

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence - dans La Mode
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 07:59

ParisElegantJournalDesModes16juillet1838300lmLa gaîté d'être ensemble dans les moments quotidiens ne se ressent pas beaucoup dans les rues de Paris en ce début de XXIe siècle où chacun semble vivre en autiste. Un simple sourire face à un regard étonne. Sourions … Évidemment cette ère nucléaire, où la bêtise a à sa disposition des moyens faramineux pour se déployer, n'incline pas à la joie. Mais pourquoi pas ? Après tout, nous n'y sommes pour rien ! Et un sourire est un bon présage … n'est-ce-pas ?

Photographie : Gravure provenant de la revue Paris Élégant Journal Des Modes du 16 juillet 1838.

© Article et photographies LM

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence
commenter cet article
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 07:59

1838ParisElegant2HommesRecadre300lm.jpg« PARIS ÉLÉGANT. Journal des Modes » « Redingote d'été, Habit à revers, Pantalon plissé de casimir blanc ... » 1838.

© Article et photographie LM

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence - dans La Mode
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 07:59

J'ai déjà écrit sur la destruction de La Samaritaine à Paris … mais je récidive. Il me semble aberrant que le groupe de luxe LVMH, à qui appartient ce lieu aujourd'hui, en ait détruit une grande partie, et laisse pourrir depuis près de dix ans le reste. Comment est-ce possible qu'un groupe qui s’appuie sur de grands noms français du luxe rase le patrimoine de l'hexagone pour faire quelque chose de pas du tout original ?!? Voulons-nous prendre le chemin de la République populaire de Chine qui après avoir détruit des quartiers anciens en entier pour construire des immeubles de verre, reconstruit des quartiers anciens neufs ?

LVMH rachète la Samaritaine le 21 novembre 2000. Le 15 juin 2005 l’établissement est fermé suite à  un audit de sécurité entrepris après que la Commission de sécurité de la Préfecture de police de Paris ait (je mets le subjonctif car je trouve que l'indicatif n'est pas beau à entendre ici) émis un avis défavorable concernant la poursuite de l’exploitation du site en l’état. Finalement le groupe décide de tout raser. N'est-ce pas le comble pour LVMH censé défendre l'industrie française du luxe de préférer détruire des bâtiments inscrits à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques plutôt que d'engager des frais de réhabilitation ?

SamaritaineRivoli300.jpgIl est vrai que la destruction organisée de ce quartier depuis les Halles n'est pas nouvelle. Il se fait parfois sournoisement, comme pour la partie de la Samaritaine située entre les rues de Rivoli, du Pont Neuf et de la Monnaie (voir photographie) qui a été complètement détruite dans les années 1990, ne conservant que le mur extérieur. Quand on regarde de la rue, on a l'impression de plusieurs immeubles presque centenaires adossés les uns aux autres. En fait ce ne sont que les façades de ceux-ci. Tout l'intérieur a été rasé et entièrement reconstruit en moderne.

Un nouveau dossier point : celui des Champs-Elysées, comme le montre cet article de Le Figaro. Une 'rénovation' est envisagée sans aucune vision esthétique, grandeur, merveilleux, sans lustre, excellence, magnificence ... ( Ici ce que j'entends par 'magnificence') ; sans prendre en compte son histoire et ce qui en a fait sa grandeur etc. Pour le moment l'objectif est à créer un immense centre commercial (avec attractions artistiques) ressemblant à n'importe quel autre de France et de Navarre, prolongeant ce qu'est déjà devenu les Champs-Elysées en y ajoutant du pire ... toujours ... Il y a encore trente ans on venait y chercher de la beauté, du grand spectacle, de la finesse, de l'extraordinaire ... pas du vulgaire. C'est comme ces gratte-ciel verts qu'on prévoit à Paris pour 2050 (voir ici). Pourquoi aussi ne pas inventer des kalachnikovs écologiques ? Et puis la verdure ne fait pas bon ménage avec le béton. Au-dessus de mon appartement une dame a fait un jardin. Aujourd'hui tout est enlevé et le sol entièrement refait par le propriétaire car l'humidité rentre dans le béton.

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence
commenter cet article
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 07:59
Les recueils de mode de la seconde moitié du XVIe siècle

Dans la seconde moitié du XVIe siècle sont publiés divers ouvrages répertoriant les modes en Europe et dans le monde, avec des gravures souvent accompagnées de textes. Ce sont des documents précieux sur la mode de cette époque.

En 1562 à Paris est édité un Recueil de la diversité des habits, qui sont de présent en usage, tant es pays d'Europe, Asie, Affrique & isles sauvages, Le tout fait après le naturel de François Desprez (ou Deserps).

Ferdinando Bertelli présente à Venise en 1563 dans Omnium fere gentium nostrae aetatis habitus, nunquam ante hac aediti  le travail d'Enea Vico qui grave vers 1545-1567 un ensemble d'estampes représentant des habits portés par différents peuples.

Jost Ammann (1539-1591) propose à Francfort en 1563 (la parution la plus connue date de 1586) Gynaeceum, sive Theatrum mulierum, in quo praecipuarum omnium per Europam in primis nationum... foemineos habitus videre est, artificiosissimis nunc primum figuris ...

Nicolas de Nicolay d'Arfeuille fournit à Lyon en 1567 Les Quatre premiers livres des navigations et pérégrinations orientales … Avec les figures au naturel tant d'hommes que de femmes selon la diversité des nations, & de leur port, maintien & habitz.

Roger de Gaignières (1642-1715) propose en 1572 un Recueil de costumes étrangers formé par Mr de Gaignières ; faisant suite aux costumes de France - Italie.

Abraham de Bruyn (1540?-1587) fait imprimer en 1578 ses gravures dans un recueil intitulé Imperii ac sacerdotii ornatus. Diversarum item gentium peculiaris vestitus ... (visible aussi ici). Une autre édition de ses gravures de 1581 est intitulée Habitus Variarum Gentium: Habitz des diverses nations.  Une édition de la même année (voir ici) d'Anvers semble être en collaboration avec Jean-Jacques Boissard (1528-1602).

Pietro Bertelli (15..-1621) présente à Padoue en 1589 Diversarum nationum habitus, centum et quattuor iconibus ...

Cesare Vecellio (v.1521-1601) publie à Venise en 1590 Habiti Antichi, et Moderni di tutto il’Mondo.

Il est difficile de se faire une idée précise des dates des éditions, rééditions, des copies etc.

Photographie du haut : Page de Habitus Variarum Gentium. Habitz de nations étranges ... d'Abraham de Bruyn et sans doute Jean-Jacques Boissard (1581).

Photographie de gauche : Gravure provenant Habiti Antichi, et Moderni di tutto il’Mondo de Cesare Vecellio (vers 1590).

© Article et photographies LM

La Mesure de l'Excellence La Mesure de l'Excellence - dans La Mode
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de La Mesure de l'Excellence
  • Le blog de La Mesure de l'Excellence
  • : Présentation des nouveautés de l'art sur le Net.
  • Contact

Aujourd'hui Internet est dans les mains de quelques groupes. Les informations de leurs utilisateurs sont vendues aux plus offrants par l'intermédiaire notamment des réseaux sociaux.

Cariatietexte200-copie-1.jpg

Informations

PAGERANK DE LM
PageRank Actuel


La plupart des réalisations internet de LM sont faites à partir de
LOGICIELS LIBRES

 

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog

Réseau collaboratif

Si vous souhaitez que votre site fasse partie de ce réseau, cliquez ici !

Copyright © 2007 - 2015
La Mesure de l'Excellence
L
e Menn Richard

Tous droits réservés

lesamusementsdeparisreliurefacedetaila300lll

     
lamesure.org
La-Mesure80.jpg

Expositions

 

ToiletteDeDinerOuDeSoireeBlanc-Detaila300alm