Étoffes & Costumes

Le vendredi 19 décembre la maison Olivier Coutau-Bégarie présente une vente d'Étoffes & Costumes anciens dont voici quelques photographies provenant du catalogue.

1Gilets.gif

2Veste-Gilet.gif

3VesteBrodee.jpg

4Habit-Culotte.gif

5Chapeaux.jpg

6Chales.gif

7RobesCrinoline.gif

8RobesFinXIXeSiecle.gif

9DeuxRobes.gifRetrouvez toutes les ventes aux enchères : INTERNATIONAL Artvalue Christie's •  Sotheby's • FRANCE • Interencheres Auction • PARIS • Drouot Artcurial Piasa Tajan

Voir les commentaires

Les Plaisirs de l'Hiver

LesPlaisirsDeLHive500lm.jpg« Les Plaisirs de l'Hiver. » Gravure d'époque Charles X, vers 1825.

© Photographie LM

Voir les commentaires

Une chronique

Un blog c'est une chronique, le plus souvent de celui qui l'écrit. En ce qui me concerne je parle des expositions que j'ai vues ou qui m'intéressent, de ventes aux enchères, de ma collection, de modes, d'élégances ... enfin de plein de choses autour de l'art ancien à notre époque. Un blog c'est un peu narcissique.

Ceux qui le suivent savent que j'ai publié ici de nombreux articles sur les petits maîtres de la mode. Il y a quelques mois un éditeur m'a contacté pour me proposer de composer un ouvrage. J'ai choisi ce sujet. J'ai fait passer à Christian Lacroix, le grand couturier maintenant décorateur, quelques passages de ce livre en lui proposant d'en faire la préface. Lors de sa remise en main propre celui-ci semblait intéressé. J'étais d'autant plus sûr de moi que deux jours avant, une personne venant de publier un premier livre sur la mode, me disait qu'il avait reçu une lettre manuscrite de celui-ci lui expliquant combien il avait apprécié son ouvrage.

Pour ma part, voici sa réponse électronique datée du 10 décembre :

« Bonjour,
Monsieur Lacroix a bien reçu votre courrier en date du 18 novembre dernier et il vous en remercie vivement.
Il a bien entendu été particulièrement sensible à ce que vous ayez pensé à lui pour une éventuelle préface.
Malheureusement, il ne pourra y donner une suite favorable.
En effet, son emploi du temps et ses engagements vis à vis de plusieurs projets ne lui laisseront pas le loisir ni le temps nécessaire à l'écriture d'une telle préface.
C'est pourquoi il me demande de vous transmettre ses excuses, ses regrets ainsi que ses sentiments les plus cordiaux.
JPP »

Comme je suis positivement têtu, et comme je n'aime pas le gâchis, son refus est au moins une occasion de vous annoncer ce livre en préparation.

Voir les commentaires

Collection d'un marchand néerlandais du XXe siècle

Van_Gogh_Korenveld.jpgGoltzius.jpgDu 13 décembre 2014 au 8 mars 2015, la Fondation Custodia présente l'exposition Entre Goltzius et Van Gogh. Dessins & Tableaux de la Fondation P. et N. de Boer. avec cent quinze tableaux et dessins de la collection de Piet de Boer (1894-1974), un marchand néerlandais, d'une période allant de la fin du Moyen-âge à Vincent van Gogh (1853-1890).

Photographie de gauche :  « Vincent van Gogh, Champ de blé, juin 1888. Huile sur toile, 50 x 61 cm. © Fondation P. et N. de Boer, Amsterdam. »

Photographie de droite :  « Hendrick Goltzius, Le Toucher, vers 1595-96. Pierre noire, plume et encre brune, lavis brun, rehauts de blanc et de sanguine, 159 x 124 mm. © Fondation P. et N. de Boer, Amsterdam. »

Voir les commentaires

Coffres de toilette

CoffreDeToilette1.gifCoffreDeToilette2.gifChristie's a vendu dernièrement à Paris une paire de coffres sur piètement, d'époque Louis XIV, attribués à André-Charles Boulle (fin du XVIIème siècle - début du XVIIIème). Si je vous les présente dans ce blog c'est que, comme vous le savez, il y est beaucoup question de mode et de toilette. Ces objets sont sans doute des 'coffres de toilette', c'est à dire des écrins dans lesquels on range la 'petite toile' (toilette), avec les ustensiles servant à l'entretien du corps et sa parure (parfums, pots à fard, peigne, miroir ...). Lorsqu'on souhaite s'en servir, on les sort du coffre, plaçant la toile sur une table (de toilette) avec dessus les menus objets et bien sûr le miroir.

Photographie : © Christie's.

Voir les commentaires

Le compagnonnage à Lyon

Cle-Serrure.gifCompagnonnage.jpgJusqu'au 4 janvier 2015 le musée d’histoire de Lyon présente une exposition intitulée La recherche de l'excellence : le compagnonnage à Lyon de ses origines mythiques à nos jours. Elle offre un historique de l'évolution du compagnonnage jusqu'à aujourd'hui, avec des documents d'époque dont des chefs-d'oeuvre de compagnons.

De nos jours cette pratique est toujours très vivace, formant de nombreux jeunes dans un esprit de solidarité et d'amour de 'la belle ouvrage'.

Photographie de gauche : « Chef d’œuvre de compagnon serrurier, 1855, François Tissot, Lyon, Inv 585. © musées Gadagne / X. Schwebel. »

Photographie de droite : « Chef d’œuvre de compagnon charpentier, 19e, Inv 430. © musées Gadagne / X. Schwebel. »

Voir les commentaires

Musée international de la chaussure

chaussureXVIIIe.gifRomans-sur-Isère est une ville située dans le département de la Drôme en région Rhône-Alpes. Depuis le Moyen-âge elle est réputée pour son travail du cuir et après 1850 son industrie de la chaussure. Depuis quelques années elle possède un Musée international de la chaussure.

ChaussuresXVIIe.jpg« Les trois cents modèles de chaussures exposés ont été sélectionnés parmi les 16500 pièces conservées au musée, dont la prestigieuse collection du Musée national du Moyen Âge Thermes de Cluny, déposée par l’État. Ils sont le reflet de la mode de leur époque et de l'art de la cordonnerie. »

Photographies : Avant le XIXe siècle, les chaussures sont souvent en tissu (pour les végétariens comme moi c'est l'idéal). En voici deux exemples pour femmes. © Musée international de la chaussure de Romans.

Photographies ci-dessous : Deux chopines du XVIe siècle exécutées à Venise. © Musée international de la chaussure de Romans, © Direction des Musées de France, 2002, © Christophe Villard. Voir article intitulé Les chopines vénitiennes.Chopines.gif

Voir les commentaires

Glanage au fil des ventes de cette semaine

MortierEnsemble300.jpgVente Pescheteau-Badin, à Drouot Richelieu (Paris), du lundi 8 décembre : Collections et Curiosités - Arts d’Asie & d’Orient - Manuscrits - Livres Anciens & Modernes.

Mortier300.jpgPhotographies : Mortier italien en bronze du XVIIIe siècle, de style néoclassique, sans doute d'apothicairerie, reposant sur un haut support en bois tourné. Il est orné dans sa partie supérieure d'une frise de feuilles (peut-être des palmettes) au-dessus d'une guirlande tenue par des masques auxquels sont suspendus des médaillons avec un profil d'empereur et des cartouches. Dans sa partie inférieure alternent des feuilles d'acanthe à crochet et de laurier. Le bord de la base du pied possède une frise de perles. Dans l'un des cartouches on a l'inscription TUDERTI, et dans un autre B. LANZI F.C qui est peut-être le nom du fondeur. Le mortier fait 38,7 cm de haut et 41,2 cm de diamètre. La hauteur totale avec le socle est de 101, 3 cm. » © Catalogue.

Vente Ader, dans la salle des ventes Favart (Paris), du jeudi 11 décembre : Estampes.

Photographies ci-dessous : « Almanach pour l'année M.DCCXL [1740]. Le Départ de Madame Ire pour l'Espagne. 1739. Eau-forte. À vue : 485 x 850 mm. » © Catalogue. L'almanach est ici sous l'aspect d'un calendrier annuel. Il peut être aussi sous la forme d'une publication annuelle contenant en plus du calendrier divers renseignements et pages d'écriture.

Almanach.jpgAUTRES VENTES :

- Delorme & Collin du Bocage (Drouot Richelieu à Paris) du 10 décembre : Tableaux, mobilier, objets d'art.

- Aguttes (Neuilly-sur-Seine) du 11 décembre : Bijoux - argenterie -tableaux & dessins - mobilier et objets d'art.

- Guillaumot-Richard (Villefranche-sur-Saône) du 13 décembre : Archéologie, Tableaux Anciens et Modernes, Argenterie, Mobilier, Objets d'Art.

- Artcurial (Paris) du 15 décembre : Mobilier & Objets d'Art.

- Aguttes (Neuilly-sur-Seine) du 16 décembre : Mobilier et Objets d'Art.

Retrouvez toutes les ventes aux enchères ici : INTERNATIONAL Artvalue Christie's •  Sotheby's • FRANCE • Interencheres Auction • PARIS • Drouot Artcurial Piasa Tajan

Voir les commentaires

La mode de la rue

ruederichelieu300lm.jpgLe musée Pierre Cardin ouvert le 13 novembre 2014 à Paris à 25 euros l'entrée me fait réagir. Pierre Cardin semble oublier quelle est la principale origine de la mode : la rue. L'élitisme n'a rien à voir avec les rythmes de la mode, son harmonie … sa musique. Je n'ai pas arrêté de le montrer dans ce blog à travers les petits-maîtres. Si la mode aujourd'hui n'est plus qu'une entreprise internationale (qui plus est en anglais) du prêt à porter, c'est aussi parce que la rue n'est plus ce qu'elle était en France depuis l'Antiquité : un théâtre permanent. Avant la télévision on s'asseyait dehors pour regarder les gens passer, discuter, rencontrer. On se promenait de la même façon, mais aussi pour 'faucher le persil', c'est à dire se montrer, à la manière des mannequins sur un podium. Le but n'était pas seulement comme aujourd'hui d'aller d'un point à un autre … mais d'être, regarder, lancer des oeillades, sentir,  goûter … enfin vivre de ses sens … du sentiment qui en est l'expression. Les gandins et les merveilleuses réinventaient constamment la mode aidés par les couturiers et les couturières. Il y en avait même dans chaque village. Avant le prêt-à-porter, on ne portait que du sur-mesure, qu'il vienne d'une boutique où de chez soi, les patrons d'habits se vendant dans les magazines de mode. Et puis en cette période de grands froids, où certains dorment dans la rue, n'est-ce pas laid que d'autres bradent cet outil commun, cette fête collective du bien vivre ensemble que devrait représenter la mode, pour un luxe pécuniaire personnel, ou des considérations élitistes qui n'ont rien à voir avec ce que moi j'appelle la mode : une science des rythmes de représentation de l'individu en relation avec la communauté, à laquelle personne ne devrait être exclu ?

Photographie : Montage représentant un incroyable rue de Richelieu (à Paris) autrefois dédiée à la mode, là où se trouvait la boutique de Rose Bertin (1747-1813) avant la Révolution.

Photographies ci-dessous : « Rues de Paris le dimanche matin. » Faïence fine de Bordeaux de la manufacture Vieillard (marque aux trois croissants) datant entre 1845 et 1865 en pleine époque de la mode de la crinoline. Ici des vendeuses de crinolines sont présentées envahissant les rues de Paris le dimanche matin. J'ai déjà présenté cette assiette dans un article de mars 2012.

RuesdeParisledimanchematin.gifPhotographies ci-dessous : « Tout à fait bon genre ». Assiette de Choisy le Roi du XIXe siècle, de la série « La crinoline », n°11.

ToutAFaitBongenre300lm© Article et photographies LM

Voir les commentaires

La Fête des Lumières à Lyon

Lumignons_fete_des_Lumieres_Lyon_8-12-2013-300.jpgDu 5 au 8 décembre 2014 c'est la Fête des Lumières à Lyon. Cette réjouissance a lieu non seulement dans cette ville mais aussi aux alentours. Quand j'étais enfant, dans le village de mon enfance dans la Loire, le soir du 8 décembre les habitants mettaient des bougies dans des verres souvent colorés aux fenêtres, ce qui donnait une ambiance merveilleuse, sans qu'il soit besoin de sons et lumières fastueux. Tout le monde participait pour un effet garanti, pour seulement l'achat de quelques bougies ou d'un peu d'huile avec des mèches (chacun ayant des verres chez soi). Cela se fait encore aujourd'hui.

Photographie : © Wikipedia.

Voir les commentaires

Le musée Magnin de Dijon

MuseeMagninEscalier.jpgMuseeMagninInterieur.jpgL'exposition Bon Boullogne (1649-1717) : Un chef d'école au Grand Siècle m'a fait découvrir le Musée Magnin de Dijon qui je crois vaut le détour.

Ce musée est situé dans l'hôtel particulier d'Étienne Lantin (1610-1681), acquis en 1829 par Jean-Hugues Magnin. À l'intérieur, ses petits-enfants, Jeanne (1855-1937) et Maurice (1861-1939) Magnin, décident de créer un musée afin de présenter leur collection constituée de mille sept cents peintures, dessins et petites sculptures. À cela s'ajoutent du mobilier et d'autres objets d'art. En 1937 ils lèguent cet ensemble à l'État.

Une visite virtuelle du musée est disponible ici.

Photographies ci-dessus : © RMN/Michel Urtado.

Photographies ci-dessous : prises à partir des images de la visite virtuelle.

MuseeMagninChambre.jpg

MuseeMagnin2.jpg

MuseeMagnin3.jpg

MuseeMagnin4.jpg

MuseeMagninVisageMuseeMagninPeinture-copie-1.jpg

Ici on accède aux dessins de la collection.

Photographie ci-dessous : « Jules Robert AUGUSTE, dit MONSIEUR AUGUSTE. Paris, 1789 – Paris, 1850. Deux fashionables en conquête. XIXe (2e quart). 1938 DF 17. Plume, encre et aquarelle sur papier vélin. H. 13,6 cm ; L. 9,4 cm. Signé et Daté, en bas au centre, à la plume et encre brune : "Auguste 1826". » © Réunion des musées nationaux - Grand Palais 2008.Auguste-1826.jpg

Voir les commentaires

Convention du Symev

Symev.gifLa Convention du Symev (Syndicat national des maisons de ventes volontaires) du mardi 2 décembre 2014 a été l'occasion de se rendre compte de l'ambiance du marché des ventes publiques aux enchères en France. 

Si le commissaire priseur, dans le cadre d'un opérateur de ventes volontaires (OVV), est susceptible de vendre aussi bien des oeuvres d'art que du matériel industriel ou de l'électroménager ... rappelons que cette profession est accessible aux titulaires d’une licence de droit et d'une licence en histoire de l'art. Bien que principalement marchande, elle nécessite une certaine sensibilité à l'art. On peut regretter que l'aspect 'amour des oeuvres et objets d'art' n'ait pas été évoqué lors de cette convention. Et lorsqu'il était question d'art c'était de contemporain. Il est vrai qu'il fait des sommes folles qui sont le reflet du malaise de notre société et d'un goût prononcé pour la 'spéculation' qui n'a cessé d'augmenter ces dernières années dans le marché de l'art.

Mais d'autres points ont été évoqués, comme l'ouverture des maisons de ventes aux différents protagonistes du marché de l'art et de l'art en général, la complémentarité des acteurs de ce secteur, la nécessité d'innover, d'avoir des démarches pédagogiques, de formation, d'information, de structurer les présentations (par exemple en thématiques), de mettre en scène les objets présentés, de s'ouvrir à internet etc.

La première table ronde était intitulée « La maison de ventes : un nouveau lieu de vies ». Elle présentait ces endroits non seulement comme marchands mais aussi comme des espaces d'expositions, de conférences, d’événements, de convivialité, culturels. Cette mutation est séduisante. Certaines suivent déjà cette direction comme Artcurial depuis près de douze ans ou Fauve Paris depuis une année.  L'hôtel de ventes Drouot-Richelieu devrait lui aussi ouvrir bientôt un espace de restauration et d'échanges. On peut déjà profiter de son quartier rempli d'antiquaires, cafés, restaurants, où se retrouvent marchands et acheteurs ; quartier se métamorphosant lors de certaines manifestations comme pour La semaine du dessin qui a lieu vers mars-avril, La semaine Art d’Asie à Drouot qui se déroulera du 5 au 15 décembre 2014, ou la Grande journée de solidarité à Drouot ! du 6 décembre, etc. Il a été proposé que les maisons de ventes se greffent davantage sur les grands événements culturels, de susciter les curiosités, d'aller vers les nouveaux acheteurs et de s'adapter à eux, notamment par Internet, et de tous les points évoqués dans le paragraphe précédent.

La seconde table ronde « La maison de ventes : méthodes d’hier vs méthodes de demain » a mis en lumière les mutations profondes du marché de l'art, des acheteurs, de leurs attentes, de la dématérialisation des ventes ... Certains comme Rémy Le Fur semblaient un peu dépités par cette évolution vers des salles de ventes avec de plus en plus d'acheteurs 'virtuels'. Pour d'autres c'était le contraire, comme pour les nouveaux acteurs d'Internet, ou bien Jean-Pierre Osenat qui paraissait ravi de ces changements. Drouot va dans le sens d'Internet en proposant de plus en plus de ventes soigneusement cataloguées, avec des enchères en direct que l'on peut aussi simplement regarder comme spectateur sur son écran, des parcours de salles grâce à des photographies dont certaines à 360°, des notices explicatives, des vidéos ... et heureusement encore la possibilité de venir voir, toucher et manipuler les oeuvres directement en venant sur place ... sauf pour les ventes entièrement dématérialisées. D'autres suivent cette voie comme Interenchères etc. 

La troisième table ronde était sur la « gestion des risques » : les garanties des acheteurs et des vendeurs, la sécurité du transport, des transactions et des paiements … Là clairement il y a un certain mécontentement vis-à-vis des législations toujours plus complexes, changeant continuellement et freinant le métier.

D'après le président du Symev, les maisons de ventes volontaires vont de plus en plus se regrouper dans une direction qu'impulse l'Union européenne. Ce n'est pas sûr que cela soit la bonne direction ... dans la mesure où elle ne mènera que vers les multinationales financières 'mangent-tout' actuelles et une industrialisation du marché de l'art qui raréfiera encore plus les acteurs de ce marché. Je crois que les structures devraient être multiples et à échelles variées, principalement humaines, afin de favoriser la diversité (diversité = richesse) et l'émergence de concepts novateurs et pérennes tournés vers l'abondance des ressources.

Voir les commentaires

Bon Boullogne (1649-1717). Un chef d'école au Grand Siècle.

LaNaissanceDeVenusBonBoullogne.jpgLe Musée Magnin de Dijon entreprend une rétrospective du peintre Bon Boullogne (1649-1717). Un chef d'école au Grand Siècle du 5 décembre 2014 au 5 mars 2015.

Cette exposition « a pour vocation de faire redécouvrir l’œuvre de Bon Boullogne qui, avec Charles de La Fosse, Jean Jouvenet, Antoine Coypel et Louis de Boullogne, fut l’un des cinq plus célèbres peintres d’histoire de la fin du règne de Louis XIV. Lors des expositions Les Peintres du Roi-Soleil (1968), Les Amours des Dieux (1990), La Peinture française au Grand Siècle (1994), aucune peinture de Bon Boullogne n’était présentée. »

Photographie de gauche : « Bon Boullogne, La Naissance de Vénus (détail), huile sur toile, 65 x 81 cm, Dijon, Musée Magnin. © RMN-Grand Palais (musée Magnin) / Stéphane Maréchalle. »

Photographies ci-dessous : À gauche - « Bon Boullogne. L’Enlèvement d’Hélène. Huile sur toile, 136 x 95 cm. Bayonne, Musée Bonnat. © RMN-Grand Palais / René-Gabriel Ojéda. »

À droite - « Bon Boullogne. Les Adieux d’Hector et Andromaque. Huile sur toile, 250 x 283 cm. Troyes, Musée des Beaux-Arts. © Musée des Beaux-Arts de Troyes / photo Jean-Marie Protte. »

Bon-Boullogne---L-Enlevement-d-Helene---avant-restaurati.jpgBon-Boullogne---Les-adieux-d-Hector-et-Andromaque300.jpg

Voir les commentaires

Glanage au fil des ventes de cette semaine

Vente Beaussant Lefèvre, Mobilier et objets d'art, du mercredi 3 décembre, Salle Rossini (Paris).

PortraitsAnglaisXVIIIe.jpgPhotographies du dessus : À gauche - « Atelier de Sir Joshua REYNOLDS (1723-1792). Portrait de Sir Abraham Hume (1749-1838), collectionneur, botaniste et politicien Huile sur "milboard". 30,5 x 24 cm. OEuvre en rapport: Le portrait par Sir J. Reynolds, Belton House, Lincolnshire. » © Catalogue.
À droite - « Karl-Anton HICKEL (1745-1798). Portrait de Lady Fairfield, femme du gouverneur de Madras Huile sur toile, rentoilée. 74,5 x 61 cm. » © Catalogue.

Photographies ci-dessous : À gauche - « Attribué à Louis Michel van LOO (1707-1771). Portrait de femme Huile sur toile, rentoilée. 54 x 45 cm ovale. » © Catalogue.
À droite - « Attribué à Jeanne-Louise VALLAIN (1767?-1815). Portrait de femme Huile sur toile, rentoilée. 56 x 45,5 cm ovale. » ©
Catalogue.

Portraits-XVIIIeVente Thierry de Maigret, du mercredi 3 décembre à Drouot Richelieu, Tableaux anciens - objets d’art et d’ameublement des XVIIe XVIIIe et XIXème siècles - tapisseries.

ClavecinXVIIe.jpgPhotographies de gauche et du dessous : « Charmant clavecin Italien Largeur d'octave de 17 cm Un clavier de 45 touches 2 jeux de 8 pieds ? ? Tessiture: 3 octaves et une sixte C/E-do3 (octave courte) Touche en placage d'ébène comportant une incrustation en argent en forme de coeur. Les feintes sont en buis gravées d'un motif de losanges. La première touche le C/E grave porte l'inscription suivante: «Gio. ...Batt (?) 1686 ?» Peut être Giovanni Battista GUISTI (?) (entre 1624 et 1693) élève de ZENTI. Une étiquette portant l'inscription «Di Proprieta del D'ETORRE BORSELLI» La table d'harmonie, en pin, présente un décor polychrome de fleurs, et de papillons. (Fin 19ème) La rosace en parchemin finement ajouré représente une étoile. Deux tiroirs sont logés sous le cadre du clavier (transformation de la fin du 19ème, début 20ème siècle) Les faces externes de la caisse, du couvercle et du portillon sont ornées d'une guirlande de fleurs et feuillages or sur fond vert pailleté or à l'imitation des laques de Chine. Par certains endroits une peinture, couleur bleue de France apparaît. La serrure est d'époque. Les charnières ne sont pas d'origine. Les faces internes du portillon, de la caisse au dessus de la table d'harmonie, le pourtour du clavier et le chapiteau, sont ornés d'une peinture couleur bordeaux. La face interne du couvercle présente une scène mythologique Diane sortant du bain. A la pointe du couvercle, caché dans la végétation, Actéon observe la scène. Restaurations Piétement de style Louis XV peint en vert Longueur: 202 cm Largeur: 79,70 cm Hauteur de caisse sans couvercle: 24 cm Probablement ancienne collection Marcel Salomon. » © Catalogue.

ClavecinXVIIepeinture.gifVente Eve, Mobilier et objets d'art, du vendredi 5 décembre à Richelieu-Drouot (Paris).

BureauXVIIe.jpgPhotographie de gauche : « 183 Très beau BUREAU dit MAZARIN en marqueterie Boulle dite «en première partie» de laiton et placage d'ébène à décor géométrique de volutes et d'entrelacs. Il ouvre en façade à six tiroirs et un caisson. Il repose sur huit pieds gaines réunis par deux entretoises mouvementées en X Époque Louis XIV Haut 79 cm - Long 111 cm - Larg 64 cm. » © Catalogue.

CoiffeuseHomlme1erEmpire.jpgPhotographie de droite : « TABLE de SALON formant COIFFEUSE D'HOMME en acajou et placage d'acajou mouluré, de forme rectangulaire reposant sur quatre pieds gaine terminés par des griffes de lion et roulettes. Elle ouvre en façade par quatre tiroirs simulant six. Plateau basculant découvrant un intérieur en tôle laqué noir aménagé de compartiments Le revers du plateau foncé d'un miroir Estampilles JD sous les traverses pour François-Honoré-Georges JACOB dit JACOB-DESMALTER (1770-1841) Époque Empire Haut.: 76 cm - Larg.: 63 cm - Prof.: 42 cm. » © Catalogue.

Vente Marc-Arthur Kohn, Archéologie art médiéval et de la renaissance très bel ameublement & objets d’art XVIIe - XVIIIe et XIXe siècles, du dimanche 7 décembre à l'Hôtel Le Bristol (Paris).

Flore.gifPhotographie de gauche : « FLORE Attribué à René FRÉMIN (Paris, 1672-Paris, 1744) France, début du XVIIIe siècle Matériau Terre cuite H. 160 cm, L. 80 cm Déesse des fleurs, symbole du renouveau du Printemps, Flore est présentée s'avançant, à demi-nue, coiffée d'une couronne de fleurs et arborant un large sourire. La jeune femme, aux lignes souples et animées, affiche une silhouette tout en fraîcheur et en vivacité. Sa pose adopte un léger déhanchement marqué par le mouvement de ses jambes, le geste gracieux de la main droite ainsi que sa tête tournée lui confèrent une attitude joyeuse et dansante. Ce dynamisme est renforcé par le traitement fin et nerveux des plis du drapé qui lui couvre une partie de son corps et s'enroule autour de sa jambe gauche. Le modèle en marbre fut commandé par la Direction des Bâtiments du Roi en 1706 pour orner la Cascade Champêtre (ou Cascade rustique) du Parc du Château de Marly (fig. 1) aménagée dès 1700 dans le Bosquet du Levant. Cette cascade fut transformée dès 1706 en grand escalier d'eau entrecoupé de paliers sur lesquels se dressaient en alternance six statues de marbre blanc et huit vases en plomb. Les statues s'inscrivaient dans un cycle des divinités champêtres constitué, outre Flore de Frémin (fig. 2), de L'Air de Philippe Bertrand (Musée du Louvre, inv. RF 266), Pomone de François Barois (Musée du Louvre, inv. RF 268), Vertumne de Sébastien Slodtz (aujourd'hui à l'Assemblée Nationale), Pan de Robert Le Lorrain et L'Eau de Jean Thierry (toutes deux disparues). René Frémin livra sa Flore en 1709, transférée en 1801 à la Malmaison pour y figurer sur la façade du château avant d'entrer au Musée du Louvre en 1877 (fig. 3). Notre oeuvre illustre le mouvement qui apparaît dans la sculpture au début du XVIIIe siècle. La gaîté et la joie s'affichent pleinement et sont présentes dans d'autres oeuvres de René Frémin, comme La Compagne de Diane, réalisée également pour Marly (fig. 4) où l'on retrouve ce large sourire, marque spécifique au sculpteur. Elève de François Girardon et d'Antoine Coysevox, René Frémin reçut le Prix de Rome en 1694 et travailla pour la Couronne à Rambouillet, Versailles et Marly. En 1721, il part pour la Cour d'Espagne où le souverain Philippe V lui commande l'ornementation des jardins de la Granja près de Ségovie. De retour en France en 1738, il devient Directeur de l'Académie royale de Peinture et de Sculpture et obtient le titre honorifique de Conseiller-Secrétaire du Roi, Maison, Couronne de France et de ses Finances. Devant le succès du sujet, Frémin réalisa des modèles en terre cuite et en marbre. Le Corcoran Gallery of Art de Washington conserve un exemplaire en marbre signé FREMIN AN°1709, un autre est mentionné dans la collection du Baron de Rothschild en 1881 provenant du Château de Ménars, propriété de la Marquise de Pompadour. En terre cuite, citons une Flore datée de 1725 dans la collection Hankar et une autre signée R. FREMIN Ft. 1732 appartenait à la collection Bernard Steinitz à Paris. » © Catalogue.

Vente Alde SVV, Livres anciens du XVe au XIXe siècle, du lundi 8 décembre, Salle Rossini (Paris).

Photographies ci-dessous : Reliures d'époque XVIIe (le deux de gauche) - XVIIIe siècles. © Catalogue.

Reliures.gifRetrouvez toutes les ventes aux enchères ici : INTERNATIONAL Artvalue Christie's •  Sotheby's • FRANCE • Interencheres Auction • PARIS • Drouot Artcurial Piasa Tajan

Voir les commentaires

Caricatures de crinolines

CesPetitesDamesCrinoline300lm.jpgLe XIXe siècle est friand de caricatures. Dans les années 1860 les crinolines sont un sujet d’ironie facile. Je pourrais faire une exposition sur ce sujet tellement j'ai de documents. Par exemple cette série de douze assiettes d'époque de la manufacture de Choisy le Roi reprend plusieurs des thèmes de moquerie au sujet de la crinoline : prenant la foudre, fabriquée par un serrurier, provoquant des accidents, enlevant le travail des balayeurs, cachant les formes avantageusement, servant à la contrebande, faisant s'envoler comme une montgolfière etc.

Photographie ci-dessus : « - Qu'on dise encore que les crinolines c'est pas une bonne invention !.... » Illustration d'un Charivari de vers 1860 de la série « CES PETITES DAMES ».

Photographie ci-dessous : « Deux merveilleuses croisant le fer, grâce à l’exiguïté des rues de province. » Illustration de Nouvelles pochades par Cham (dessinateur et caricaturiste du XIXe siècle).

CrinolineMerveilleusesSeCroisantRetouche300lmPhotographie ci-dessous : « LA CRINOLINE AUX CHAMPS-ÉLYSÉES. LA LOUEUSE DE CHAISES. - Madame, vous devez quinze chaises ! » Illustration de Nouvelles pochades par Cham. 

CrinolineLouageDeChaisesclair300lmPhotographie ci-dessous : À gauche - « Je vous avais dit de n'aller chercher qu'une voiture. - La robe de madame ne tiendrait jamais dans une voiture, j'en ai prise deux. »
À droite - « Ah ! Saprelotte ! Je me suis assuré contre la grêle mais j'ai oublié de m'assurer contre la crinoline. » Illustrations de Nouvelles pochades par Cham.

CrinolineVoitureChamps300lm.jpgPhotographie ci-dessous : «  - Je voulais plaider en séparation de corps avec mon mari, mais j'ai trouvé un autre moyen, j'ai acheté un jupon malakoff. » Illustration de Nouvelles pochades par Cham.

CrinolineSeparationDesCorpsunpeuretouche300lm.jpg

Autres articles sur ce sujet :
La crinoline ;
Fabrique de crinolines ;
Bêtises et autres culbutes, gourgandines ou tâtez-y ;
Vertugadins, paniers, crinolines et tournures ;
Crinolines.

© Article et photographies LM

Voir les commentaires

Chopines vénitiennes

NobileModernaADecoupe300lm.jpgUne chopine est une sorte de sabot féminin, galoche ou chausson, à très haute semelle, utilisée en particulier à la Renaissance. De nombreuses images de l'époque représentent des vénitiennes en portant. Son rôle est de protéger la chausse ou le soulier.

La galoche est à semelle de bois, empeigne et contrefort pas obligatoirement dans cette matière. Elle se met par dessus le couvre-pied (chaussure, chausse ...) pour le préserver.

La chopine a la même fonction et une semelle en bois plus ou moins haute. Certaines sont si élevées que la femme qui en est affublée doit avoir un domestique près d'elle pour se tenir au cas où l'équilibre lui manque.

Au Moyen-âge on porte différentes sortes de structures avec semelle en bois s'ajoutant à ce qui couvre directement le pied. Certaines poulaines en sont pourvues. 

NobileModernaADetail300lm.jpgPhotographies ci-dessus : « Nobile Moderna ». Gravure de la fin du XVIe siècle provenant de Abiti antichi et moderni di diverse parti del mondo.

Photographie ci-dessous : Exemple de la même série de gravures.

VecellioGentildonneVenetianeAttana300lm.jpg

Autres exemples de chopines ici.

© Article et photographies LM

Voir les commentaires

La Première Amie

LaPremiereAmieRecadreNettoye300.jpgPhotographie : « La Première Amie. » Estampe dessinée par Pauquet et gravée par Bara.

© Photographie LM

Voir les commentaires

Merveilleuses & merveilleux