Déchéance du grand Louvre : un centre commercial, le Louvre AbuDabi, l'externalisation de ses réserves à Liévin.

Toutes les photographies de cet article ont été prises ces derniers jours dans le Musée du Louvre.

Cet article fait suite aux nombreux autres que j'ai écrits dans ce blog sur ce que j'appelle 'l'architecture RER'. Il s'intéresse cette fois au Louvre.

Aujourd'hui l'intérieur du bâtiment ressemble en grande partie à une gare RER bétonnée ou à un grand centre commercial (voir les photographies) dans lequel on peut acheter de tout, même des plumeaux et brosses à récurer (photographies ci-dessus) ! En dessous du Louvre, en particulier de ses cours et de son jardin, en pleine zone inondable, ont été aménagés des garages à voitures et cars, des boutiques en tous genres, des restaurants, cafés... On peut y louer des automobiles, acheter des bijoux, des disques etc. etc. Tout ceci dénature ce monument plusieurs fois centenaire et en gomme l'âme. J'ai pris quelques photographies ces derniers temps qui en témoignent.

Mais cela n'est pas tout. Après l'ineptie du Louvre AbuDabi (voir ici) voici que maintenant succède le déplacement de ses réserves à Liévin au nord de la France dans le Pas-de-Calais. Croit-on vraiment que les chercheurs ou historiens de l'art vont se déplacer avec autant de plaisir et de facilité à 200 km de Paris pour des recherches qui nécessitent plusieurs jours, voire plusieurs semaines ! À Liévin les musées, bibliothèques, universités et autres lieux d'art ne se bousculent pas, de même que les spécialistes de l'art ancien !

Le site spécialisé dans l'actualité de l'art latribunedelart.com a interrogé plusieurs conservateurs du Louvre et chercheurs pour leur demander leur avis. Ces articles sont visibles ici. On y apprend que la plupart des conservateurs de ce musée n'ont pas été consultés. Les réserves sont des lieux d'échanges, de découvertes, de communication entre spécialistes, ayant une porosité avec les salles, ce qui n'est possible que si le Louvre reste homogène.

Et puis pourquoi construire un nouveau bâtiment alors qu'on brade une partie de notre patrimoine bâti ancien ? Ce qui est troublant c'est que Liévin se situe juste à côté du Louvre-Lens, et à moins de cinquante kilomètres de la Belgique. Nous sommes là dans une stratégie géo-politico-culturelle évidente. Veut-on faire du Louvre-Lens le grand musée européen du XXIe siècle, le grand musée de Bruxelles ? Il sera en effet plus facile d'atteindre les réserves du Louvre depuis Bruxelles que depuis Paris. S'il s'agit d'une stratégie, celle-ci se fait en dehors de toute démocratie. Cela me fait penser au palais que le roi Louis XIV fit construire à Versailles, en dehors du Louvre (ancien palais des rois), hors de Paris, avant qu'un siècle plus tard la Révolution redonne à la capitale française sa première place politique.