Enchères sur Internet

DetailPeintureRenaissance.jpgLe mouvement des enchères sur Internet ne fait que progresser. Aujourd'hui on peut enchérir de chez soi dans les principaux marchés d'objets d'art mondiaux, en différé ou en direct. Voici quelques belles ventes proposées dans le monde ces prochains jours :

Jambhala.jpgLe 20 Janvier, la maison Loeckx à Gand en Belgique présente une Vente d’Art Europe & d'Asie ;

Le 29 janvier, à New-York, Sotheby's propose une Collection d'oeuvres Guandi.jpgde la Renaissance et manéristes rassemblées par Fabrizio Moretti ;

La vente du 31 janvier de Henry's auktionshaus est intitulée Verres, porcelaines et faïences (Allemagne).

Les enchères électroniques faites par des grandes maisons de ventes ne sont pas encore les plus lucratives. Un site comme eBay (avec ses ramifications dans le monde entier) fait des millions d'euros de bénéfices par mois seulement pour ce qui concerne les ventes d'objets d'art, livres anciens, gravures et autres biens précieux. Par exemple ce sont plus de 15 000 nouveaux livres anciens (avant 1900) qui sont journellement mis en vente sur le site d'eBay France, le double en ce qui concerne l'art de cette période (et le double de cela pour l'art contemporain), sans compter les objets d'art, les meubles etc. Au moment où j'écris il y a 389 500 objets proposés dans la catégorie 'Art du XIXe et avant', 600 318 pour celle 'Art du XXème, contemporain', 36 018 'Meubles, décoration, XIXème', 54 529 'Objets du XIXème, et avant', 3 342 078 'Cartes postales' anciennes (celle-ci fait partie de la catégorie 'Collections' qui propose 15 247 448 objets), sans compter les pièces, les timbres, certaines céramiques anciennes etc. Tout cela seulement pour la France. Sur chaque objet mis en vente sur son site eBay facture, puis prend un JoeurDeCornemuse.jpgpourcentage sur chaque vente. Sans compter que la banque en ligne Paypal, qui lui appartient, s’octroie un pourcentage sur chaque transaction payée par son intermédiaire. Ces ventes DellaRobbia.jpgse font directement du vendeur (antiquaire ou autre professionnel, ou particulier) à l'acheteur. Il n'y a pas d'expert garantissant l'authenticité de l'objet et de commissaire priseur pour se charger de la vente. Plusieurs milliers dépassent pourtant les 5 000 EUR.

Première photographie : Détail de 'Les bacchanales d'Adrien' de Girolamo Macchietti (Florence 1535-1592). © Catalogue Sotheby's.

Photographie de gauche : « Jambhala tibétain en bronze (18x9,5) » © Catalogue maison Loeckx. Jambhala est la personnification de la richesse dans l'iconographie tibétaine. Il est accompagné généralement d'un rat (symbolisant les greniers bien remplis) et de joyaux. Ici il tient dans sa main droite un joyau et dans la gauche un rat.

Photographie de droite : « Guandi sur son cheval en bronze doré, travail Sino-Tibetain (h25) (collection privé, acquis dans les années 1960). » © Catalogue maison Loeckx. Guandi est un personnage historique chinois du IIIe siècle après J.-C., divinisé, représentant l'esprit de droiture, le saint guerrier. On lui donne de nombreuses vertus comme l'esprit chevaleresque, le courage, la maîtrise de soi, la fidélité etc. Peut-être s'agit-il de Guésar de Ling (VIIIe siècle après J.-C.), roi tibétain lui aussi historique et mythique, considéré comme toujours vivant dans le royaume 'secret' de Shambala. Il est intéressant de noter que le terme 'Guésar' aurait la même origine que les mots 'Caesar' (César) en latin et 'Kaiser' (empereur) en Allemand ainsi que d'autres semblables dans d'autres langues modernes ou anciennes.

Photographie de gauche : Figurine en porcelaine de Ludwigsburg (1780) de 12.5 cm haut. © Catalogue  Henry's auktionshaus.

Photographie de droite : 'L'Archange Saint-Michel', céramique de Giovanni della Robbia (1469-1529), Florence (Italie), vers 1500-1510. © Catalogue Sotheby's.

Retrouvez toutes les ventes aux enchères ici : INTERNATIONAL Artvalue Christie's •  Sotheby's • FRANCE • Interencheres Auction • PARIS • Drouot Artcurial Piasa Tajan

Voir les commentaires

Sourires de modes

CoffureEnDriade300lm.jpgCoiffureALaMontgolfier300lm.jpgIl est rare aujourd’hui de découvrir dans la rue une jolie originalité vestimentaire, une coiffure portée avec art, toutes les petites marques simples de finesse et de singularité, de mouvements frais et esthétiques qui sont autant de sourires. Quand j'en vois, cela me réchauffe le cœur, comme m'allumant une lumière de réjouissance. Ce sont des riens qui sont énormément. Ils fonctionnent en moi comme des interrupteurs qui éclairent mon monde.

La mode n'est pas seulement l'affaire d'entrepreneurs, de couturiers ou autres professionnels de ce domaine … elle est avant tout celle de chacun souhaitant mettre dans sa vie du mouvement beau et/ou sensé … ayant du sens.

Photographies : Coiffures du XVIIIe siècle, avec à gauche une « En Driade » et à droite « à la Montgolfier ». Il s'agit du même genre d'estampe que dans l'article intitulé Coiffures à la mode entre 1788 et 1790 ; mais la gravure est un peu plus fine.

CoiffuresXVIIIe300lm.jpg© Article et photographies LM

Voir les commentaires

Saint-Séverin priez pour les petits-maîtres de la mode ;-)

EgliseSaintSeverinPeinture.jpgLa première église Saint-Séverin à Paris fut érigée après la mort de l'ermite Saint Séverin de Paris, qui vécu au VIe siècle dans la capitale française (vers 540), à l'emplacement où celui-ci priait dans un petit oratoire. Détruite au XIe siècle par les Vikings, elle fut reconstruite au XIIe et régulièrement aménagée. C'est un lieu particulier pour moi. Dans ma jeunesse, un ami me força de tourner une vidéo d'un groupe gothique français. J'ai demandé à l'ecclésiastique en charge de cette église si je pouvais le faire dans le cloître de ce bâtiment sans trop y croire. Il m'a répondu par l'affirmatif. J'ai été toujours très étonné de cela, jusqu'à récemment où j'ai appris que ce lieu était très ouvert aux jeunes et à leurs fantaisies. Pendant les années beatniks, où se trouvaient à deux pas le fameux café Popoff et les librairies gauchistes, quartier alors très à la mode, on dansait dans les caves de l'église. On le faisait sans doute précédemment durant les années zazous et peut-être avant. Ce qui est sûr c'est que ce lieu est particulier … et beau. Une grande partie des peintures murales nécessitent une restauration urgente … mais là-bas c'est magique !

Photographie de gauche : Peinture se trouvant dans l'église Saint-Séverin.

HotelDuLevantChambrePeynet300.jpgPas très loin de l'église, j'ai découvert il y a quelques jours, l'Hôtel du levant qui est tenu par la même famille depuis plus de cent ans, où chaque étage contient des estampes de mode des XIXe et XXe siècles. Si vous le demandez gentiment en disant que vous avez entendu parlé de cet hôtel dans mon blog, vous pourrez, je pense, pouvoir les voir. La patronne est née dans ce quartier … c'est tout dire !!

Photographie de droite : Une des chambres de l'hôtel du levant.

© Article et première photographie LM

Voir les commentaires

Le visage du prophète

J'ai appris qu'aux États-Unis et même en Angleterre les principaux médias refusaient de présenter les dessins de Charlie Hebdo jugés blasphématoires (voir par exemple ici) afin de ne pas 'choquer' les sensibilités. Faut-il rappeler qu'il ne s'agit que d'humour potache ; que cela ne choque que les intégristes ?
J'ai eu l'idée de faire l'emoticône ci-dessous non seulement en réaction à cela, mais aussi parce que je trouvais bien que des personnes comme Charb (directeur de Charlie Hebdo qui vient d'être assassiné) publient des caricatures en toute liberté. Seulement Charb et d'autres sont morts pour leur courage ! Le courage il ne faut pas le demander aux autres mais à soi-même. C'est mieux qu'un « Je suis Charlie », non ?

LeVisageDuProphete4.jpg

Voir les commentaires

Éditions électroniques, études de corpus et bases textuelles dans les études médiévales.

Atilf.gifL'ATILF (Analyse et traitement informatique de la langue française) organise les 16 et 17 janvier à Nancy un colloque international sur les Éditions électroniques, études de corpus et bases textuelles dans les études médiévales. Le programme est visible ici.

L'ATILF fait partie du CNRS (Centre national de la recherche scientifique), comme le CNRTL (Centre national de ressources textuelles et lexicales) dont le site est très pratique. Celui-ci, auquel l'ATILF collabore, permet non seulement de vérifier les définitions contemporaines mais aussi les anciennes à travers de nombreux dictionnaires. En quelques clics on feuillette un dictionnaire de moyen français, un autre du XVIe siècle, une édition ancienne du Dictionnaire de l’Académie française, ou l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert du XVIIIe siècle (tous ces liens sont sur cette page).

Voir les commentaires

Photographies du XIXe siècle

MoustacheVelo.gif0094d_-_ca._1860_-_26_x_30_x_12_-_chromophotographie_werner.gif« Expert 0027_-_sylvestre_ca._1910_-_20_x_26_-_entre_e_rue_de_la_pou.jpgde la photographie, Jérôme Manin a durant 25 ans collectionné plus de 800 ouvrages consacrés à la photographie du XIXe siècle, et plus de 10 000 clichés. »

« L’intégralité de la collection sera présentée et exposée à l’hôtel des ventes de Lyon Presqu’île les 12, 13 et 14 janvier avant sa mise en vente aux enchères les 14 et 15 janvier. » Voir le site www.manin.info.

Photographie ci-dessus : « 0171 - ca. 1900 - 13 x 18 - Cycliste pied a terre. » © Jérôme Manin.

Photographie de gauche : « 0094B - ca. 1860 - 26 x 30 x 12 - Chromophotographie Werners. Boite atelier avec fioles, ustensiles, encre en bâton. 3 portraits rehaussés (dont un souvenir). » © Jérôme Manin.

Photographie de droite : « 0027 - Sylvestre ca. 1910 - 20 x 26 - Entrée rue de la Poulaillerie Maison Piot. Actuellement musée de l'Imprimerie. » © Jérôme Manin.

Photographie ci-dessous : « 0179B - ca. 1900 - 26 x 19 x 7 - Album de famille. Scène de genre, scène costumée et tableaux vivants. 60 images. » © Jérôme Manin.

0179b_-_ca._1900_-_26_x_19_x_7_-_album_de_famille._sce_ne_d.gifPhotographie ci-dessous : « 0656 - ca. 1820 - 8 - Physionotrace. Chrétien. » © Jérôme Manin.0656_-_ca._1820_-_8_-_physionotrace._chre_tien.gif

Voir les commentaires

Le regard du photojournaliste Jean-Philippe Charbonnier (1921-2004) sur Paris.

JeanPhilippeCharbonnierPlaceVendome400.jpgJusqu'au 14 février, le Crédit Municipal de Paris présente l'exposition Jean-Philippe Charbonnier : L'oeil de Paris.

Celle-ci « ... constituée d’une partie du fonds offert au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris par l’artiste en 1983 suite à sa rétrospective, se focalise sur son travail réalisé sur Paris. »

Photographie © Musée d’art moderne de la Ville de Paris.

La photographie du temps de Jean-Philippe Charbonnier, même si elle peut être le résultat d'une mise-en-scène, est avant tout celle de l'instant. Une fois prise, on ne peut la retoucher, comme aujourd'hui avec le numérique, seulement choisir le cadrage. La légende de la photographie ci-dessous exprime cela.

PhotoExpositionJeanPhilippeCharbonnierPhotographie ci-dessous : Le Crédit municipal se trouve dans la même rue que les Archives nationales, rue des Francs-Bourgeois, sur le mur de laquelle il y a cette affiche de l'exposition La collaboration 1940-1945.  Ce genre de manifestation permet aux pouvoirs en place de se donner une bonne conscience, alors que nous sommes aujourd'hui toujours en pleine collaboration avec des dictatures comme la République populaire de Chine ou l'Arabie saoudite, ou des fausses démocraties comme l'Union européenne, les États-Unis ou Israël, et que nous faisons planer sur le monde la menace nucléaire et l'anéantissement de l'espèce humaine sur la terre.LaCollaboration.jpg

Voir les commentaires

Jaune tendre

30emeCahier2emeAnneePlanche1-Detailjaune300lm.gifLa couleur de la robe de cette petite maîtresse du XVIIIe siècle est ce qu'on appelle alors d'un 'jaune tendre'. Elle est à la mode de vers 1780. Elle a une coiffure avec des cheveux bouclés et tombant droits dans le dos.

© Article et photographie LM

Voir les commentaires

Liens vers des maisons de ventes aux enchères françaises

Le lundi je publie dans ce blog, depuis quelques semaines, un article sur l'actualité des ventes aux enchères. À Paris celles-ci ne vont pas vraiment reprendre avant le 21 janvier 2015. Alors en attendant voici quelques liens vers de nombreuses maisons de ventes aux enchères françaises :

Ader / Aguttes / Alde / Alliance Enchères / Anaf / Aponem / Art-Richelieu / Artcurial / Artcurial-Deauville / Artemisia / AuctionArt / Audap-Mirabaud / Bailly-Pommery & VoutierBeaussant-Lefèvre / Besch Cannes Auction / Biarritz-enchères / Biblioroom / Binoche Renaud Giquello / Blanchet & Associés / Boisgirard / Bondu-L'Huillier / Boscher-Studer-Fromentin / Brissonneau / Camard & associés / Castor-Hara / Catherine Charbonneaux / Chayette-Cheval / Chevau-Légers Enchères / Chochon, Barré & Allardi / Christie's / Cornette de Saint Cyr / Coutau Bégarie / Cp de Metz / Crédit Municipal de Paris / Delorme & Collin du Bocage / Delvaux / Doutrebente / Drouot estimations / Edgar Daval / Enghien HdV / E.V.E / Éric Caudron SVV / Europauction / Farrando-Lemoine / FauveParis / Ferri / Folkcollection / Fraysse & Associés / Giafferi / Granville-enchères / Gros & Delettrez / HdV Compiègne -Loizillon / HdV de Chatou / HdV Nice Riviera / Holz-Artles / Jonquet / Joron-Derem / Kahn-Dumousset / Kapandji Morhange / Lafon SVV / Lasseron & associés / Le Brech & Associés / Le Floc'h Guillaume / Libert / Liladam Enchères / Lombrail & Teucquam / Lucien Paris / Marc-Arthur Kohn / Marie Françoise Robert / Massol / May - Duhamel & Associés / Mercier & Cie / Millon & Associés / Morand SVV / Néret-Minet Tessier / Oger & Blanchet / Oriot & Dupont / Pescheteau-Badin / Pestel - Debord / Piasa / Pierre Bergé & Associés / Poette & Associés / Rennes-enchères / Rieunier & Associés / Rossini / Sgl-encheres / Siboni SAS / Sotheby's / Tajan / Thierry de Maigret / Toledano / Var Enchères / Versailles Enchères / Villanfray & Assosciés / Yann Le Mouel.

La SYMEV (Syndicat National des Maisons de Ventes Volontaires) propose un annuaire des MVV de France sur son site.

Artvalue répertorie toutes les maisons de ventes du monde entier (avec leurs résultats).

© Article LM

Voir les commentaires

Saluer à la française

JardinBaujonSalut300lm.jpgQuand on s'intéresse au passé, on constate combien la France aujourd'hui a perdu de ses belles manières. Le bonjour par exemple était très différent d'aujourd'hui. J'en ai déjà parlé. Le salut consistait à se pencher en avant ou faire la révérence. On ne se touchait pas pour saluer, mais beaucoup entre amis, en famille … Par affection, on se tenait par la main, le bras, la taille etc. , et on se 'baisait' (se faisait des baisers).

IncroyablesAmis2-300lm.jpg

Voir aussi les articles : L'aimable ; La civilité ; Cours de politesse et de belles manières ; Le Petit-maître en Chenille ; L'embrasseur ; Bicher et baiser etc. Je rappelle que j'ai écrit un livre sur l'élégance consultable ici.

© Article et photographies LM

Voir les commentaires

Modeux de 1893, 1880 et 1860.

1893.jpg1880.jpg1860.jpgTrois chromolithographies, de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe, de la série « Les modes comiques ».

Photographies : La première chromolithographie « 1893 » représente un couple koksnoff constitué d'une 'fin de siècle' ayant du vlan et d'un pschutteux viveur.
La seconde « 1880 » met en situation deux gommeuses et un gommeux copurchics.
La troisième « 1860 » exhibe deux cocodettes et un cocodès.

© Article et photographies LM

Voir les commentaires

Bonnes Fêtes !

TresBonnesFetesDeFinDAnnee-.jpg

Nous nous retrouverons dès le 1er janvier 2015 sur ce blog qui continuera de publier chaque jour à 9h du matin un nouvel article.

Voir les commentaires

Conduite sportive sous le Second Empire

AllantAuxCourses300lm.jpgAllantAuxCoursesDetail300lmSous le Second Empire (règne de Napoléon III de 1852 à 1870) il est de bon ton de conduire soi-même sa voiture au bois et autres endroits en vogue. labicheauboiscentreassiette300lmC'est la mode du cheval, du sport ... Il est aussi chic d'avoir un chasseur, c'est à dire un domestique qui monte soit à l'arrière, soit sur le siège de la voiture à côté du conducteur.

Dans les deux iconographies présentées ici le chasseur est petit, se tenant raide et les bras croisés sur sa poitrine.

Photographies ci-dessus et à gauche : Dessin d'époque napoléon III, crayon sur papier teinté (28 x 21 cm), avec la légende : « Allant aux courses », sans doute de Longchamp au bois de Boulogne.

Photographie de droite : Centre d'une assiette de Choisy-le-Roi représentant : « La biche au bois. » « Avec changements à vue, et nombreux trucs. » La scène se passe au bois de Boulogne, promenade à la mode déjà au Moyen-âge. Sur l'aile de l'assiette « L'année 1866 » est inscrite. 'Biche' est le nom que l'on donne à certaines petites-maîtresses à cette époque.

© Article et photographies LM

Voir les commentaires

Photographies prises par des visiteurs au château de Versailles depuis 1900.

PhotoVersailles1900.jpg

Le château de Versailles propose depuis le 16 décembre un nouveau site internet présentant des photographies prises par ses visiteurs depuis le début du XXe siècle jusqu'à aujourd'hui. Cliquer ici pour y accéder.

Voir les commentaires

La gravure allemande à la Renaissance

Thetis-Chiron.jpgLe Musée des Beaux-Arts de Caen présente jusqu'au 8 mars 2015 l'exposition La gravure allemande à la Renaissance rassemblant autour de deux cents exemples de ces estampes.

Cette exposition offre « un panorama de la production graphique allemande dans la première moitié du XVIe siècle, une production d'une richesse d'invention et d'une qualité technique rarement égalées. Les œuvres exposées, toutes issues de la collection Mancel conservée au musée des Beaux-Arts, permettent en outre d'évoquer une page d'histoire particulièrement dense, marquée en particulier par de grands bouleversements politiques, économiques et religieux. »

Photographie de gauche : Thétis et Chiron, gravure au burin de Georg Pencz, 1543. © MBA Caen.

Photographies ci-dessous : Saint Jérôme dans sa cellule, gravure au burin d'Albrecht Dürer (1471-1528), 1514. © MBA Caen.DurerSaintjerome.jpg

Voir les commentaires

Le Musée de l'éventail demande de l'aide

MuseeDeLEventail.jpgPour tous ceux qui s'intéressent au devenir du Musée de l'éventail à Paris cliquer ici.

Voir les commentaires

Prolongation de l'exposition 'Portraits de l’époque romantique'

Louise_Hersent_detail.jpgLouise_Hersent300.jpgGillot_St_Evre.gifL'exposition Portraits de l’époque romantique. Une passion de collectionneur, est prolongée jusqu’au 10 mai 2015. Elle réunit un ensemble de peintures, miniatures, dessins et objets du XIXe siècle.

L'intérêt de cet évènement réside notamment dans le fait que ces oeuvres sont mises en situation dans un contexte d'époque, dans l'esprit du temps. 

« Parmi ces œuvres figurent les tableaux d’Achille Devéria, Henri Decaisne, Claude-Marie Dubufe, Camille Roqueplan et d’autres peintres très représentatifs de la peinture des Salons et du goût pictural de l’époque (Léon Cogniet, Gillot Saint- Evre, Pierre Duval Le Camus, Guillaume Lépaulle, Adèle Grasset). »

Photographie du haut et de gauche : « Louise Hersent, née Mauduit (Paris, 1784-1862). Portrait d’une jeune femme portant une robe blanche, avec un châle de cachemire, accoudée à une méridienne, 1834. Huile sur toile. »

Photographie de droite : « Gillot Saint-Èvre (Bault-sur-Suippe, 1791 – Paris, 1858). Portrait d’une princesse de Bragance, 1832. Huile sur toile. »

Voir les commentaires

Rameau et la scène

TraiteDeLHarmonie.jpgPhotographie ci-dessus : « Jean-Philippe Rameau. Traité de l'harmonie réduite à ses principes naturels. Paris, jean-Baptiste-Christophe Ballard, 1722, exemplaire avec corrections autographes. BNF, Département de la Musique (ancienne collection andré Meyer). »

Harmonie.jpgPhotographie ci-dessus : « Jean-Philippe Rameau. Vérités également ignorées et intéressantes tirées du sein de la nature. Fragment autographe, vers 1763. BNF, Département de la Musique. »

PROLONGATION JUSQU'AU 22 MARS ! Du 16 décembre 2014 au 8 mars 2015 la Bibliothèque-musée de l'Opéra met à l'honneur Rameau et la scène.

Jacques-Andre-Joseph-AVED-Portrait-de-Jean-Philippe-Rameau-.jpgCette exposition présente des manuscrits de Jean-Philippe Rameau (1683-1764) et autres documents d'époque autour de son œuvre, ainsi que des témoignages des interprétations qu'il a suscitées au XXe siècle.

Danseuse.jpgTOUT D'ABORD L'OPÉRA GARNIER : Si l'époque haussmannienne et la transformation de la capitale française sous la houlette de Napoléon III et du préfet Haussmann de 1852 à 1870 a détruit une grande partie du vieux Paris, elle a offert quelques monuments, comme sans doute le plus merveilleux : l'Opéra Garnier construit entre 1861 et 1875. Cet édifice est une véritable architecture musicale reprenant les connaissances harmoniques, semblant jaillir du suintement sonore de la lyre d'or d'Apollon en son sommet et se figer en pierres qui sont autant de notes musicales. Ayant étudié le théâtre antique, je suis particulièrement sensible à toutes les références qu'on trouve dans ce lieu avec un mélange typiquement XIXe siècle.

ENSUITE L'EXPOSITION : Elle vaut le détour, ne serait-ce que pour les manuscrits  de Jean-Philippe Rameau que l'on peut y contempler. Les œuvres anciennes, du XVIIIe siècle, sont peu nombreuses mais de qualité, avec en particulier des peintures, dessins, livres … Avec des instruments d'époque cela aurait été parfait.

Photographie de gauche : « Atelier de Jacques André Joseph Aved (?). Portrait présumé de Jean-Philippe Rameau. XVIII e siècle. Huile sur toile, 101 x 81 cm. Collection Christophe Rousset. Cliché Raphaële Kriegel. »

Photographie de droite : Dessin de Louis-René Boquet (1717-1814). Costume de Mlle Puvigné, la statue dans Pygmalion. XVIIIème siècle. BNF. Bibliothèque Musée de l'Opéra.

Photographies ci-dessous : « Jean-Philippe Rameau. Partition des Paladins, comédie-ballet. Manuscrit autographe, 1760. BnF, dpt de la Musique. »

ManuscritRameau.jpgPhotographies ci-dessous : Prises en arrivant à l'Opéra. 

Opera1.jpg

Opera2

Opera3.jpgPhotographie ci-dessous : « Portrait de Marie Sallé. Huile sur toile, 1737. Tours, Musée des beaux-Arts, (dépôt du Musée du Louvre, fonds de la récupération artistique). » Marie Sallé (17071-1756) est une danseuse française.

PortraitFlore.jpgPhotographies ci-dessous : Deux portraits de l'acteur Pierre de Jélyotte (1713-1797).

À gauche - Dans cette peinture il joue de la guitare.

À droite - Par Charles Antoine Coypel (1694-1752), « dans le rôle titre de Platée, ballet bouffon. Huile sur toile, 1745. Musée du Louvre. »

DeuxPortraitsJelyotte.jpgPhotographies ci-dessous : « Jean-Philippe Rameau. Partition de Zéphyre, acte de ballet. Manuscrit autographe, entre 1745 et 1755. BNF. Département de la Musique. »

PartitionDeZephyre.jpgPhotographie ci-dessous : « Castor et Pollux. Louis René Boquet. Costume d'un « plaisir céleste ». Encre et aquarelle : maquette pour la reprise de l'Opéra, 1772. BNF. Bibliothèque Musée de l'Opéra. »PlaisirCeleste.jpg

Voir les commentaires

Merveilleuses & merveilleux