Le Musée de minéralogie de l'École nationale supérieure des mines de Paris

Le Musée de minéralogie de l'École nationale supérieure des mines de Paris, installé dans l'hôtel de Vendôme, près du jardin du Luxembourg à Paris est peu connu. Depuis peu il cherche à s'ouvrir davantage au public. C'est une bonne chose car près de quatre-mille-cinq-cents échantillons de qualité y sont exposés et près de cent mille disponibles en réserve.

L’École des mines fut fondée par Louis XVI en 1783. Une collection fut constituée afin de montrer des exemples à ses étudiants. En 1794, l'école fut déplacée à son emplacement actuel. La collection se trouve aujourd'hui dans un décor datant de 1850 (l'escalier de l'entrée, le mobilier...). Chaque minéral a un rapport avec l'histoire de l'industrie. Tous sont intéressants à voir, souvent très beau et chacun particulier.

À noter dans quelques semaines (ou mois) une exposition sur les météorites est programmée !

J'ai pris les photographies de cet article le 19 janvier 2016.

Ci-dessous : Vue sur les serres du jardin du Luxembourg où se trouve une des plus importantes collections publiques de France d'orchidées.

Voir les commentaires

Entretien en direct sur le livre 'Les Petits-maîtres de la mode' !

Pour information on me questionnera sur le livre Les Petits-maîtres de la mode lors d'un entretien sur Radio Jérico qui aura lieu en direct le jeudi 21 janvier entre 17h30 et 17h45. On peut écouter cette radio en cliquant en haut à droite de cette page : www.radiojerico.fr

Radio Jérico est une station de radio locale de Moselle dépendant de l'Évêché de Metz.

Voir les commentaires

Salon des antiquités et des arts appliqués à Nantes

Du 4 au 6 mars 2016, le marché d’antiquités Paul Bert Serpette lancera à Nantes son premier Salon des Antiquités et du Design.

Le dossier d'inscription est à demander à p.huguet@paulbert-serpette.com.

Voir les commentaires

Pierre Cardin

Hier une chose étrange s'est déroulée. J'ai utilisé mon après-midi à déposer mon livre sur Les Petits-maîtres de la mode dans des librairies spécialisées dans la mode. J'ai fait cela à bicyclette. Alors que je passai par une rue qui est presque en face de l’Élysée, je vis sortir d'un restaurant un monsieur âgé que je laissai traverser devant moi sur le passage pour piétons. Je reconnus Pierre Cardin et lui offrit mon livre pendant que son chauffeur le faisait rentrer dans sa voiture. Cette rencontre en pleine rue est amusante quand on se rappelle mon article écrit sur La mode de la rue où je critique le musée Pierre Cardin avec son entrée à 25 €. Heureusement il y a toujours de la magie dans les rues de Paris ! J'en profite pour dire que ceux qui n'ont pas assez d'argent pour acheter mon livre à 35 € peuvent toujours me contacter ! 

Voir les commentaires

Pour ce début d'année 2016...

Pour ce début d'année 2016, que je souhaite une nouvelle fois très bonne pour tous mes lecteurs, je compte continuer l'édition de mon livre sur l'histoire des merveilleuses et des incroyables à travers les siècles (Les Petits-maîtres de la mode), et organiser gratuitement dès le début du mois de mars (et chaque premier dimanche de chaque mois durant une année) une promenade cueillette dans les bois d’Île-de-France... une manière de sortir d'Internet et de faire partager une de mes passions en dehors de ce média. Je continuerai à présenter dans ce blog quelques expositions que je trouverai intéressantes et dans mon site www.lamesure.fr des articles sur les modes d'autrefois.

Photographie : Copie datant de 1913 d'une gravure de Modes et Manières du jour, un recueil du début du XIXe siècle de cinquante-deux gravures parues dans le Journal des dames et des modes entre 1798 et 1808. La légende de cette estampe n°21 est : « Elle le suit ».

Voir les commentaires

Les Petits-maîtres de la mode : LE LIVRE EN COULEUR !

Le livre Les Petits-maîtres de la mode : XIIe-XXIe siècles est maintenant disponible en couleur dans sa nouvelle version (janvier 2016)... uniquement sur internet sur : www.legandin.fr !

Voir les commentaires

La clinique pour poupées et peluches

« La clinique pour poupées et peluches se met en quatre pour vous : Devis gratuit sur présentation des objets, délais réduits, restaurations simples sur rendez vous à 13h avec retour le jour même à 17h. »

Voir les commentaires

Humour et société

La Bibliothèque publique d'information du Centre Pompidou organise un colloque sur le thème Humour et société : le rire dans tous ses éclats, les vendredi 8 et samedi 9 janvier. L'entrée y est libre dans la limite des places disponibles.

« Les tables-rondes permettront d'échanger sur des questions contemporaines comme la sociologie du rire, les stéréotypes et les catégories sociales, la relation entre l'humour et les médias, la liberté d'expression, la comédie au cinéma, l'humoriste face à son propre humour, les ficelles du rire, le dessin de presse en France...

Des invités prestigieux appartenant au monde du spectacle et de l'humour (humoristes, acteurs, auteurs, producteurs, dessinateurs…), mais également des philosophes, sociologues, psychanalystes, ethnologues, anthropologues, sémiologues, historiens, chroniqueurs et journalistes échangeront sur le thème du rire durant deux journées. On peut citer, parmi la trentaine d'interventions programmées : Olivier Mongin, ancien directeur de la revue Esprit ; Monique Dagnaud (CNRS), Patrick Charaudeau (Paris 8) ou Christian Delporte (Université de Versailles), chercheurs en sciences sociales et spécialistes de l'humour ; Océane Rosemarie, Blanche Gardin, Vincent Dedienne, comédiens et humoristes etc. Ce colloque aura également une dimension internationale importante avec la présence d'intervenants venus de Belgique ou du Québec par exemple.
De nombreuses surprises attendront par ailleurs les spectateurs avec des performances artistiques entre chaque table ronde (performances, sketchs, projections etc…)

Une bibliographie a également été élaborée dans les collections de la Bibliothèque et sera mise à disposition des lecteurs dès le 9 décembre.

Un an après Charlie, et quelques jours après de nouveaux événements dramatiques, la Bpi a souhaité, plus que jamais, mettre en avant toute la richesse et la complexité qui sont celles de l'humour et du rire. »

Voir les commentaires

Invitation gratuite pour le Musée Lalique

Pour recevoir une invitations gratuite (valable jusqu'au 31 décembre 2016) pourles collections permanentes du Musée Lalique à Wingen-sur-Moder en Alsace, faites-en la demande à lamesure@lamesure.fr en n'oubliant pas d'indiquer votre adresse postale !

Voir les commentaires

Paris avant et après (1) : le pont Neuf.

Photographies : Quai de Seine au niveau du pont Neuf à Paris (construit à partir du XVIe siècle), aujourd'hui et en 1956. Il s'agit bien du même endroit avec derrière (photographie de droite) le pont au Change.

Voir les commentaires

Invitations gratuites pour l'exposition Les Plaisirs des Jardins au XVIIIe siècle

Pour recevoir une ou deux invitations gratuites (valables jusqu'au 6 novembre 2016) pour l'exposition Les Plaisirs des Jardins au XVIIIe siècle au Domaine du Château de Seneffe (Belgique) - Musée de l’orfèvrerie de la Fédération Wallonie-Bruxelles faites-en la demande à lamesure@lamesure.fr en n'oubliant pas d'indiquer votre adresse postale !

Voir les commentaires

Ce mois de décembre

Ce mois de décembre je vais produire un peu moins d'articles dans mon blog... ce sera des vacances ... Mais j'offrirai quelques cadeaux !

À la fin du mois une nouvelle version de mon livre sur Les Petits-maîtres de la mode devrait être disponible, plus cher, mais en couleur, les cent premiers étant écoulés. Je compte en sortir cinq-cents numérotés, mais mes finances ne me permettent que de les publier petit à petit (cent par cent). Il y a des avantages à faire de cette manière, comme expliqué ci-après. De plus cet ouvrage n'est disponible que sur internet, sur www.legandin.fr. On peut trouver quelques exemplaires de la première version à la Librairie du Passage (39 et 48 passage Jouffroy) et à la Librairie des Arts décoratifs de Paris, les seuls deux lieux où j'ai fait l'expérience de le présenter. L'accueil y a été très bon, l'ouvrage dans les deux cas mis en avant. Mais je ne rentre pas pour le moment dans mes frais par la vente en librairie, seulement par internet... voilà pourquoi je ne pense pas diffuser le livre pour le moment dans d'autres galeries. Ces deux librairies se consacrent aux livres d'art et ont de beaux rayons sur la mode. La Librairie du Passage s'est ouverte en 1846 presque en même temps que le passage Jouffroy (1845) situé près de Drouot et accueillant le musée Grévin.

Et oui il s'agit d'un livre quelque peu confidentiel. Je ne le publie aussi que sous forme papier. La dématérialisation par l'informatique donne plus de valeur à l'objet-livre. L'impression moderne me permet de rester en dehors du nouveau circuit 'dématérialisé' qui se crée, de publier en petites quantités et d'agir sur l'oeuvre au fur et à mesure de sa publication. Chaque impression est unique et chaque livre un objet bien matériel ! Le fait de tout faire seul et avec très peu d'argent (je le finance entièrement) ne m'autorise pas une édition luxueuse. Mais je le répète il s'agit d'une publication en dehors des circuits officiels de l'édition papier ou d'internet. Ma toile et mes pinceaux sont les logiciels libres : Gimp, Scribus, LibreOffice etc. Quant à ma démarche elle est quelque peu libertaire et esthétique... ce que j'appelle du 'gandisme'...

Voir les commentaires

L'expérience Caravage : Autour du Souper à Emmaüs.

 L'expérience Caravage : Autour du Souper à Emmaüs est le titre d'une exposition qui a lieu jusqu'au 14 février 2016 au musée des Beaux-Arts de Caen. Celle-ci met en scène Le Souper à Emmaüs de Caravage (1571-1610), tableau prêté par la Pinacoteca di Brera de Milan.

Tout d'abord une vingtaine de gravures, provenant du fonds Mancel et de collections publiques françaises, donnent à voir les variantes iconographiques autour de cette œuvre, depuis le XVIe siècle jusqu'au début du XVIIe. L'exposition analyse ensuite l'oeuvre avec les moyens modernes (radiographie...) afin de révéler son intérêt stylistique. Suivent des tableaux exécutés entre 1620 et 1650 par des artistes caravesques reprenant dans leurs peintures les codes picturaux de Caravage : clair-obscur, décor dépouillé, réalisme quelque-peu onirique etc. Pour finir, cette influence se prolonge jusqu'à aujourd'hui avec la projection d'une oeuvre du vidéaste contemporain américain Bill Viola jouant sur le clair-obscur, les expressions humaines...

Ce genre d'exposition, analysant une œuvre dans ses détails, le temps et son influence, permet de situer un moment de l'histoire de l'art pictural et de comprendre son importance dans cette chronologie.

Photographie : « Caravage, Le Souper à Emmaüs, 1606, Pinacoteca di Brera, Milan. »

Voir les commentaires

Privatisations

Vendre les services publics à des entreprises privées est une perte de démocratie. Ce que l'on fait à la Grèce depuis des années en la forçant à céder les siens est aussi le cas dans une moindre mesure en France. La culture elle-même est menacée... d'autant plus qu'il est difficile de comprendre quelle est la direction prise par ceux qui dirigent. La création du Louvre à Lens et l'objectif d'y placer toutes les réserves présentes à Paris marquent une politique... : d'abord le musée de Lens... ensuite les réserves du Louvre juste à côté... tout cela semble planifié.

Sa culture est un des éléments faisant la force d'un pays. Dans la culture française l'ouverture au monde est primordiale et donc aux autres cultures. Comme les espèces animales ou végétales, certaines disparaissent... dont beaucoup natives de l'hexagone. Ce sont autant de trésors qui s'évanouissent, un peu comme si l'arc en ciel perdait petit à petit certaines de ses teintes.

L'uniformisation du monde se poursuit avec l'aide de deux outils principaux : la dette et les technologies de communication. Au niveau de la culture, les dettes engendrent la vente du patrimoine progressivement, et les technologies dominées par les Étas-Unis et la  langue anglaise appauvrissent les civilisations et nivellent les cultures. Les brassages humains ajoutent à cela des frontières culturelles invisibles.

Nous devons prendre conscience que nous assistons à la désagrégation du service public français en général et de la culture en particulier. Le projet de loi sur la création artistique est un exemple de cette organisation, non pas tant dans le texte même, mais tout ce qui est autour. De nombreux services sont externalisés vers le privé, et quand ils ne le sont pas ils se caractérisent trop souvent par une efficience de l'ordre du nul. Prenons l'exemple de la communication dans les services de la culture de la mairie de Paris... c'est la pire jamais vue de mon côté. Des journalistes m'ont dit être confrontés à la même chose. La mairie envoie les invitations un ou deux jours avant une manifestation. Il faut alors demander une accréditation dont la réponse positive ou négative arrive rarement avant le jour même de l'événement, quand elle arrive... Finalement c'est à l'image des artistes contemporains subventionnés, qui « organisent le néant », comme certains le disent.

Voir les commentaires

Le façadisme (suite) : La Maison dorée.

Dans cet article il est question de la la Maison dorée à Paris, dont l'immeuble de 1839 est sans doute le premier à Paris à avoir été vandalisé par ce qu'on appelle aujourd'hui le façadisme, qui consiste à détruire tout un bâtiment ancien en ne gardant que sa façade, et parfois quelques autres éléments ne représentant qu'une infime partie de la construction d'origine. J'ai pris des photographies de sa façade.

Je rappelle que la BNP voulait détruire ce lieu en entier. Mais sous la pression du ministère de la culture de l'époque et du comité de défense du quartier, l'architecte a tout de même gardé la façade, tout le reste ayant été démoli. Aujourd'hui, devant cet édifice, une borne indique, dans la novlangue que l'on rencontre tous les jours dans les médias, que : « En 1976 la BNP entreprit la restauration de la façade. » !?!?! Voir la photographie ci-dessous de cette borne.

Photographies de la façade de la Maison dorée. © LM 2015.

Voir les commentaires

Avoir du nez

Autrefois le nez devait être un signe de pouvoir. Les portraits de profil des monarques français affublés d'un grand nez le laissent supposer. C'est aussi à cet appendice que certains révolutionnaires, submergés par le nombre d'oeuvres de l'ancien régime à saccager, en particulier religieuses, s'en prirent aux nez.

Photographie : Chapiteau d'une petite colonne dans l'église Saint-Germain à Paris. © LM.

Voir les commentaires

Merveilleuses & merveilleux