L’Eventail et l’Amour au XVIIIe siècle

lesfleursdelamour300.gif
Les fleurs de l'Amour, France, Circa 1780.
Éventail en soie peinte à la gouache d'un cartel central représentant un couple "uni" et heureux. Les plis latéraux sont agrémentés d'espaces libres traités en catgut. Monture en ivoire, sculptée et repercée, panaches à cliquant de nacre et de feuilles métalliques de couleur.

L’éventail a de nombreuses fonctions. Il distrait, permet de se rafraîchir, de communiquer, de dissimuler (un sourire, une impatience …) ... Le vent que par son intermédiaire on crée est souvent celui de l’Amour. Les effluves qu’il transmet sont celles du plaisir et de la joie. Des exemples d’une grande beauté nous ont été transmis, comme ceux présentés ici, proposés par :

Le-Curieux.jpg

lasaisondesamours300.gif
La saison des amours, France, Circa 1780.
Eventail plié. Feuille de parchemin peinte à la gouache d'une scène de liesse dans le parc d'un château. De nombreux couples s'affairent, les bouquets fleurissent... Revers peint à la gouache sur papier d'une invitation galante. Très fine monture en écaille, repercée, sculptée et appliquée de feuille d'or. Au centre un cartel présente un couple se faisant face avec au centre un grand bouquet de fleurs.

Voir les commentaires

Le Jeu des apparences et du style au XVIIIeme siècle

eventail300transparent.gif
Eventail du XVIIIe siècle en ivoire et papier représentant une dame à côté de sa table de toilette.

L’éventail est un objet d’élégance et d’expression. Sa manipulation est un langage. La façon de le tenir suit un phrasé dont les codes ne sont pas figés mais s’adaptent aux situations. Ce vocabulaire est subtil et surtout plaisant. Il n’est pas le seul. Chaque parure, chaque mouvement, chaque trait de la parole, deviennent des messages : quelques regards équivoques, des gestes lascifs, un mouchoir qui tombe ... D’une manière générale le style est un verbe lié au plaisir, souvent une approche amoureuse, toujours une manifestation délicate. Amour en est régulièrement le maître d’œuvre.

favretable300.jpgAmour verse des flèches sur une table de toilette.
Gravure provenant de Les Quatre heures de la toilette des dames, Poëme érotique en quatre chants. Dédié à son altesse sérénissime Mme la Princesse de Lamballe, de M. de Favre, Paris-Genève, Jean-Emmanuel Didier, 1780.

Voir les commentaires

La Toilette d'apparat des XVIIe et XVIIIe siècles

C’est devant le miroir de la toilette qu’une grande partie du spectacle des mœurs des XVIIe et XVIIIe siècles se joue. Il est le plus souvent au pied du lit, dans l’endroit ‘magique’ de ce que l’on appelle « la ruelle », là où depuis longtemps déjà les dames de qualité invitent les gens d’esprit, où les salons se forment et l’art courtois s’exhale. C’est dans ce lieu de plaisir, de raffinement et de passage entre le monde du rêve et le mondain, dans cet état intermédiaire de tous les possibles, que la toilette se crée. On y découvre et invente les nouvelles modes, met en scène la journée, badine, se détend, s’accommode … Là les mystères se déploient sans pudeur mais avec tact.

quenditlabbe.jpg L'estampe ci-dessus présente les occupations d'une femme durant la toilette d'apparat. Cette estampe est du XVIIIe siècle gravée par Nicolas Delaunay (1739-1792) d’après Nicolas Lavreince (1737-1807). La dame demande à son abbé ce qu’il pense du tissu que lui présente une vendeuse de mode, tout en se faisant coiffer, accueillant des visiteurs (l’un attend avec une servante, et la maitresse tient dans sa main une lettre qui montre que c’est aussi un moment où l’on travaille) et partageant amours (l’homme qui la tient par le bras est sans doute son mari) et plaisirs (un musicien accorde sa guitare) … 

Le mot de « toilette » vient d’une petite toile, très fine, qui au Moyen-âge est employée pour envelopper les vêtements et les protéger des insectes et de la poussière. On y range aussi des objets divers, en particulier ceux dont la femme a besoin pour embellir son visage et ajuster sa coiffure. Les toilettes sont placées chaque soir dans des cassettes de nuit, puis déployées le matin. Cette étoffe luxueuse est déjà appelée ainsi au XVIe siècle. Au XVIIe, le sens du mot s’élargit pour définir l’ensemble des objets de la garniture. Cependant, on désigne toujours le même tissu par le nom de « toilette ». Ce serait au XVIIIe siècle que le terme désigne en plus le meuble sur lequel on place ce qui est nécessaire à se parer. On l’appelle aujourd’hui ‘table de toilette’ ou ‘coiffeuse’. Elle est généralement rectangulaire, sur quatre pieds, avec deux ou trois tiroirs de face et parfois une tirette formant écritoire. Le dessus s’ouvre en trois volets, celui du milieu portant un miroir et les deux autres découvrant deux caves latérales dans lesquelles on dépose des pots, flacons, boites…
Au XVIIIe siècle, les dames de qualité font deux toilettes : de propreté et d’apparat. L’une est intime. L’autre est mondaine car on y reçoit. La toilette d’apparat est un instant où on échange des billets doux, où on reçoit ses amants C’est aussi le moment de rendez-vous officiels. On y accueille des marchands de rubans ou autres fournisseurs... On se fait coiffer. De nombreux peintres ont immortalisé le moment de la toilette d’apparat dans des peintures, dessins ou gravures, repris dans de fragiles statuettes en porcelaines dont la manufacture de Sèvres nous donne plusieurs exemples d’une grande finesse.

Au XVIIe siècle, plusieurs séries de gravures mettent en scène les cinq sens ; et souvent celle qui symbolise ‘ La Vue’ montre une femme à sa toilette devant son miroir. C’est le cas sur cette estampe qui dépeint le moment de la toilette d’apparat.
IMGP1009.JPG Les Modes en France.
Cliquez ici pour accéder à la collection :
Modes.jpg

Voir les commentaires

Les Objets de parfums que l'on porte sur soi au XVIII e siècle

Au XVIIIe siècle, on se parfume de plusieurs façons : en se lavant avec des vinaigres odoriférants ou autres lotions, en parfumant les gants... L’une d’entre elles est de porter sur soi de petits objets spécifiques et raffinés contenant des substances odorantes : des boîtes, des étuis, des bijoux, des flacons, des sachets de senteurs ...

Necessaire-de-poche.jpgCliquez sur la photographie pour plus de détails
Nécessaire de poche Rare étui gainé de maroquin vert longs grains. Il contient un nécessaire à parfum (2 flacons et un entonnoir en verre et argent) et un nécessaire à écrire composé d'une tablette d'ivoire à 4 feuillets et d'un petit porte-crayon et son étui en ivoire et ivoire teinté vert, finitions argent. France, Circa 1780.
Cet étui-nécessaire est vendu dans la boutique et sur le site de :
Le-Curieux.jpg

LES NECESSAIRES. Les nécessaires de poche (ou étuis-nécessaires) recèlent de petits articles : boîte à mouches, brosse à dent, couteau pliant, crayon, cuillère, cure-oreille, entonnoir (servant à mélanger les parfums se trouvant dans les flacons), flacons, gratte-langue, passe-lacet, peigne, pince à épiler, porte-crayon, racloir pour les dents, tablettes pour écrire des messages, inscrire son emploi-du-temps ou s’en servir comme carnet-de-bal. L’intérieur est doublé de velours ou de soie.
LES FLACONS.Au XVIIIème siècle on utilise des flacons à parfum qui gardent des essences et des eaux de senteurs, de même que des huiles et des vinaigres parfumés avec des fleurs ou autres. Les eaux spiritueuses sont de l’esprit-de-vin (de l’alcool, terme qui n’apparaît dans les manuels de parfumerie semble-t-il qu’au XIXème siècle) chargé par la distillation du principe de l’odeur des substances. Parmi les eaux spiritueuses il y en a de simples. On les qualifie d’« esprits ». D’autres sont composées, car plusieurs matières aromatiques entrent dans leur combinaison. On les nomme eaux spiritueuses ou cosmétiques. Certaines prennent le nom de « bouquets ». A cela s’ajoutent les extraits et les esprits « persants » particulièrement chers étant donné leur fabrication (les doses sont augmentées et les distillations nombreuses). Les flacons à parfum sont munis d’un bouchon et d’une chaînette. Certains sont des flacons-pendentifs dans lesquels on dépose des senteurs liquides, et qui, hermétiquement fermés, se suspendent autour du cou, attachés à un ruban de velours ou une chaîne, portés à la taille au dessus d’une jupe élargie par un vertugadin (sorte de cerceau faisant bouffer la jupe autour de la taille). Les parfums liquides sont conservés dans des flacons en cristal de roche, eux même mis dans des caves à parfum ou cabinets à parfum ou cassettes ou nécessaires à parfum qui sont des petits coffrets dans lesquels sont disposés des flacons, un entonnoir et un gobelet (une timbale) pour les mélanges, de même que parfois une coupelle et un rince-oeil. Les flaconniers comportent flacons et entonnoirs. Quant aux nécessaires de toilette, ce sont de petits coffres assez grands pour contenir divers objets de toilette.
LES CANNES DE BEAUTE. Les cannes, éléments de l’élégance féminine et masculine, peuvent receler des objets de toilette, souvent au niveau du pommeau : comme un tirebouchon de bottine caché, des flacons à parfum, des articles de manucure, une boîte à pilules ... On les appelle aujourd’hui des cannes de beauté.
Diverses boîtes à odeurs se portent sur soi. Les boîtes à pilules peuvent renfermer des pastilles de bouche comme le cachou. Les boîtes à mouches gardent les mouches et le pinceau pour les appliquer sur le visage. 
LES BOITES. Les boîtes à parfum contiennent un morceau de coton ou d’éponge imbibé de vinaigre aromatique ou d’eau parfumée et placé sous une petite grille métallique articulée. Elles ont pour autres noms : boîtes à senteur et vinaigrettes. Elles ont un grand succès aux XVIIème et XVIIIème siècles, et un peu moins au XIXème.
LES POMANDERS. Les pomanders sont les ancêtres des boîtes de senteur. On les appelle aussi pommes de senteur, pommanders, pomandres, pommes d'ambre, pommes à musc... On en utilise au Moyen-âge et encore au XIXème siècle. Le terme vient de « pomme d'ambre ». Ils peuvent avoir plusieurs formes, mais contiennent toujours des parfums secs ou des pâtes qui se composent de produits aromatiques mêlés. Les grands pomanders sont suspendus à la ceinture ou au cou. Les petits, de la taille d'un dé à coudre, se portent de différentes façons. Ceux reliés à une bague par une chaîne se nichent dans le creux de la main. Certains sont fixés en breloques à un bracelet, à un collier, sur un carcan, ou servent de boutons de cape.
LES CHATELAINES. La châtelaine est un bijou en forme de clip ou de crochet ouvragé se fixant généralement à la robe, au niveau de la taille, et qui est prolongé par de petites chaînes auxquelles on suspend toutes sortes d'objets (vinaigrettes, étuis, montres ...) comme des glands de différentes matières dans lesquels on dispose des préparations odoriférantes semble-t-il à l’aide de coton...
LES SACHETS DE SENTEURS. On fabrique aussi des coussinets odorants en soie que l’on porte sur soi. Ils sont généralement remplis de coton parfumé. Ils ont pour noms : sachets de senteurs, poches de senteur, des déshabillés de senteur, sachets d’Angleterre ... 

'Sur un Sachet de Senteur', chapitre d’un livre du XVIIe siècle de Torche, Antoine (1631-1675), Cassette des bijoux, Paris, Gabriel Quinet, 1668. 8 x 13 cm. Ce livre en édition originale (première édition), a été relié au XVIIIe siècle à un autre : Les Galanteries Angloises ... Deux chapitres sont intitulés 'Sur un Sachet de Senteur' et d'autres sont particulièrement intéressants comme : 'Sur de l’Eau de Fleur d’Orange' ; 'Les Coins, Ou la Défense des Cheveux Postiches, contre les entreprises de Lysandre' …

Sur-un-sachet-de-senteur.jpg
Cliquez sur la photographie pour accéder à la collection :
Les Modes en France du XVIIe au début du XIXe siècles.
Modes.jpg

Voir les commentaires

La Porcelaine française du XVIIIe siècle

Le XVIII e siècle français est une période riche en délicatesses. La beauté, le raffinement, la grâce sont de mise. Les céramiques de cette époque en sont des exemples, en particulier les porcelaines tendres et dures. C’est au début de ce siècle des Lumières, qu’en Europe, l’alchimiste J.-F. Böttger découvre la formule de la porcelaine dure et en fait fabriquer à Meissen. Auparavant, les Compagnies des Indes européennes l’importent d’Asie, en particulier de Chine. En France, on essaie depuis longtemps d’en créer par diverses formules : ce que l’on nommera la porcelaine tendre. On en produit à Saint-Cloud, Chantilly, Mennecy, Vincennes, Sèvres… La fabrication de la porcelaine dure en France est en grande partie due à la découverte de gisements de kaolin en Limousin au milieu du XVIIIe siècle. Les principaux centres de porcelaine dure sont Strasbourg, Niderviller, Sèvres, Limoges et Paris.
 Les porcelaines françaises que nous présentons ici sont vendues par Monsieur : Christophe-Perles.jpg 
 Chantilly.jpg
Groupe en porcelaine blanche de Chantilly représentant Séléné
et le berger Andymion sus les traits de jeunes enfants. XVIIIème siècle.
  
Vincennes.jpg
Petit pichet couvert et son bassin en porcelaine de Vincennes
décorés de bouquets de fleurs en camaïeu rose. Datés 1755.

Voir les commentaires

Saint-Cloud à la fin du XVIIe siècle

Deux gravures originales de la fin du XVIIe siècle, de Pierre Aveline (vers 1656 - 1722), représentant le Trianon, la Fontaine de Vénus et les Cascades de Saint-Cloud. Cliquez sur les photographies pour en savoir plus.

trianonstcloud.jpg cascadesdestcloud.jpg

Voir les commentaires

Les Pastorales du XVIIIe siècle

La mode des Pastorales occupe une place importante au XVIIIe siècle. Elle puise son inspiration dans un retour à l’Age d’or, emprunt de valeurs simples, belles, amoureuses et baignées de fantaisies. Une véritable philosophie se cache dans ces écrits, une alchimie subtile. A travers la mode pastorale, les écrivains, comme les autres artistes et personnes qui s’y intéressent, épanchent leur connaissance de la beauté classique de l’Antiquité ou de l’intuition délicate qu’ils ont de cette sagesse, avec une finesse emprunte de poésie courtoise et toute entière dévouée à l’âme sensible d’une terre de tous les possibles et de toutes les richesses, ceci avec une extrême habileté et clairvoyance.
Pour voir tous les objets, cliquez ici : http://richard.lemenn.free.fr/rubriques/pastorales.html
daphne500.jpg

Voir les commentaires

Les Baisers

HYMNE AU BAISER

Don céleste, volupté pure,
de l'univers moteur secret,
doux aiguillon de la nature,
et son plus invincible attrait,
éclair, qui, brûlant ce qu' il touche,
par l' heureux signal de la bouche,
avertit tous les autres sens ;
viens jouer autour de ma lyre ;
qu'on reconnaisse ton délire
à la chaleur de mes accents.
Tu vas sur tes sujets fidèles
dispersant des flèches de feu :
tu nourris de tes étincelles
le flambeau de l'aveugle dieu...
Dorat, Claude-Joseph (1734-1780),
Les Baisers, suivis du mois de mai, Poëme, Genève (Paris, Cazin), 1777.
baisers.jpg
 

Voir les commentaires

Gravures suédoises de la fin XVIIe s. et du début XVIIIe s.

Je propose sur mon site : http://richard.lemenn.free.fr/rubriques/gravures.html un lot de gravures d’époque (fin XVIIe - début XVIIIe s.) provenant de Suecia antiqua et hodierna, une des plus célèbres compilations de gravures typographiques de cette époque. Elle a été mise en place par Erik Joonsson Dahlberg (1625-1703) et publiée entre 1660-1716. Des graveurs célèbres ont participé à son élaboration comme Willem Swidde et Jan van den Aveelen (Leyden, 1650 - Stockholm, 1727). Les gravures que je propose représentent des vues de châteaux suédois dont la plupart se caractérisent par le style français, très à la vogue à cette époque, en particulier en Suède.
Gravure provenant de Suecia Antiqua et Hodierna (1690-1710) d'Erik Joonsson Dahlberg (1625-1703).

tuna2-copie-1.jpg

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 40 50 60 70 71 72 73 74
Merveilleuses & merveilleux