Articles avec #la mode catégorie

Les almanachs de mode du XVIIIe siècle.

souveniralahollandaise400clair.jpg

Nous allons reprendre dans plusieurs articles les différentes manières de répandre les modes nouvelles au XVIIIe siècle. Une d’entre elles est la publication d'almanachs qui prennent la forme sous Louis XV de petits livres dont les formats varient de l'in-18 à l'in-64. Ceux-ci sont des calendriers auxquels sont ajoutés de multiples informations dont certaines concernant la Mode. Les nombreuses variétés de coiffures fournissent les sujets les plus récurrents des gravures de ces ouvrages. C’est le cas dans cette composition de l’éditeur parisien Desnos qui publie dès 1777 divers almanachs contenant des gravures de Mode et des textes sur cesouveniralahollandaisedetail.jpg thème comme :  Almanach de la toilette et la coëffure des dames françaises et romaines présentant des coiffures en médaillons coloriées dans un in-24, dès 1781 le Bijou des Dames (in-18) et le Recueil général des costumes et des modes (in-18), en 1782 Les jolies Françaises, leurs coiffures et habillements (in-24). Tout cela est suivi en 1783 par l’almanach que nous présentons ici et qui, comme il est écrit dans le titre, vient compléter les deux premiers. Il s’agit d’un in-18 (7 x 11 cm) : Souvenir à la Hollandoise, enrichi de nouvelles coëffures les plus galantes, où se trouve celle de l’Insurgente, faisant suite à Almanach de Toilette, et au Bijou dédié aux Dames de bon gout, qui se vend séparément avec tablettes économiques, perte et gain, Paris, Desnos, 1783. Ce titre est complété par : Les Fleurs de toutes saisons, Etrennes à la Mode, Petit nécessaire indispensable aux Dames qui ont le bon goût de la Toilette, Souvenir à l’Anglaise & Hollandaise. Avec Figures, Chansons, Perte & Gain. Chaque coiffure est présentée par son nom, suivi d’une chanson, puis sur une autre page d’un commentaire sur son appellation et d’une gravure très fine coloriée la présentant sur une femme de buste, dans un médaillon au dessous duquel est indiqué le nom : Bonnet à la candeur, Bonnet dans le Costume Asiatique dit au mystère, Baigneuse d’un nouveau goût, Le Parterre galant, Toque lisse avec trois boucles détachées, Coeffure en crochets avec une échelle de boucles, Bonnet au Levant, Pouf d’un nouveau goût, Coeffure en rouleaux avec une boucle, Toque à l’Espagnolette, Chapeau d’un nouveau goût, Chapeau tigré… Cela est suivi de pages servant « pour écrire à chaque jour de la Semaine, ses Pensées, rendez-vous, Souvenirs, Etc. » et d’autres « pour écrire dans les intervalles de chaque jour du mois la Recette & Dépense de la Maison, la Perte & Gain, & à la fin se trouve une Table de Récapitulation pour chaque mois, & autres feuillets blancs pour écrire ses affaires particulières, & ce que l’on désirera, avec le Stylet adapté au Livret, qui en fait la fermeture. » Les dernières pages contiennent le calendrier de l’année 1783. La reliure possède un emplacement en trois parties pour un stylet permettant de fermer le livre. Elle est d’époque, en maroquin rouge, avec triple filet, dos orné, pièce de titre de maroquin vert et tranches dorées. Après cet Almanach, l’éditeur Desnos continue à en publier de nouveaux. Le genre dédié à la mode disparaît peu à peu à la Révolution.

souveniralahollandaise4gravures.jpg

Voir les commentaires

Café des Incroyables. Ma parole d'honneur ils le plaisante. 1797.

Gravure présentant un café où se réunissent des Incroyables en 1797. Le titre reprend une de leurs expressions récurrentes : « Ma parole d’honneur » (prononcer « ma paole d’honneu ») ; et la suite est volontairement humoristique puisque le « ils le plaisante » est dans une orthographe sens dessus dessous faisant justement référence à leur façon de prononcer. Tous les Incroyables sont ici affublés d’une perruque blonde (ou d’une coupe ?) 'en oreilles de chien', c'est-à-dire, comme on le voit, les cheveux coupés sur le dessus, tombant sur les côtés, longs au dos et tressés pour être remontés derrière la tête. Certains portent des chapeaux qui sont de deux styles différents. Ils ont deux boucles d’oreilles rondes et assez grandes, une cravate qui couvre le menton, une culotte, des bas avec des motifs, des souliers pointus… Ils tiennent des cannes ; ont des lunettes, des faces-à-main ou une lorgnette. Un garçon sert du café. Le décor est de style néo-classique et le dessinateur/graveur (qui a signé RLL) s’est représenté lui-même sur la droite dans l’ombre, avec son stylet.

Cette gravure fait 37 x 27 cm. Elle est d’époque (1797). Elle a été peinte. C’est un témoignage remarquable. Il ne s’agit pas là d’une caricature d’Incroyables comme on a l’habitude d’en voir à cette époque ; mais la scène choisie montre ceux-ci s'amusant à se reluquer les uns les autres ou lorgner d’autres personnes extérieures à leur cercle. Leurs manières semblent élégantes et amusées, et leur façon de regarder d’une manière ostentatoire les autres est très française, en opposition aux Anglais qui ne se permettraient pas cela. Ici, ceci est particulièrement accentué, presque caricaturé, par les postures et tous les objets qui leur servent à observer et avec lesquels ils jouent (voir aussi l’article du mardi 11 septembre 2007 intitulé : « Les Merveilleuses, Incroyables, Muscadins … leurs cannes et leurs bâtons. » où est expliqué une des origines de ces « lunettes »). Il s’agit d’un document d’exception et rare sur les Incroyables, même si les Merveilleuses manquent au tableau.

 

Voir les commentaires

La Dentelle et l'habit masculin

Dans le règne animal, le mâle est généralement plus élégant que la femelle. C'est le cas du lion, du paon, des papillons … et les oiseaux de paradis (paradisiers) que l’on retrouve abondamment dans l’iconographie du XVIIIe siècle et en particulier dans la céramique sont sans doute les exemples les plus probants. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, si les habits des femmes et des hommes sont distincts, ils peuvent être aussi sophistiqués dans les deux cas. L’homme se pare de rubans, et des dentelles occupent élégamment diverses parties de son habillement : cols, collerettes, jabots, chemises, poignets, canons (ornements placés à hauteur du genou entre les hauts-de-chausses et les bas) …

De magnifiques exemples de dentelles sont exposés et à vendre sur le site en anglais de Maria Niforos : www.marianiforos.com

sir--ne300.jpgTrès belle Sirène faite en dentelle que l’on retrouve sur le site de Maria Niforos.
Dans la mythologie gréco-romaine, la Sirène est un être fantastique avec un corps d’oiseau et une tête de femme. Sous la chrétienté, les Anges ressemblent parfois à des Sirènes, et comme elles, ils sont associés à diverses strates du Ciel. Si les Sirènes les plus connues sont celles de l’Odyssée habitant les environs de l’actuelle Naples en Italie, la plus belle description est sans doute celle de Platon dans le Timée où celui-ci expose l’Harmonie de l’Univers en expliquant que celui-ci est constitué de sphères célestes toutes accomplissant des révolutions. Sur le haut de chaque cercle se tient une Sirène qui évolue avec lui en faisant entendre un seul son, une seule note, les huit notes formant ensemble une Harmonie. Dans la Mythologie elles sont progressivement remplacées par les Muses qui les provoquent dans un concours musical qu’elles gagnent. C’est alors ces dernières qui représentent l’Harmonie, qui inspirent les rythmes des hommes et prennent une fonction sociale s’opposant aux « débordements » que les Sirènes peuvent symboliser en provoquant le naufrage des âmes ou des bateaux (Homère, Odyssée, chant XII). Certains donnent les Sirènes comme étant au nombre de deux ou de trois, filles du dieu-fleuve Achéloos et de la Muse Terpsichore ou bien de la Muse Melpomène et du Dieu marin Phorcy. On les dit aussi demeurer à l’ouest de l’île d’Empédocle (la Sicile).

Voir les commentaires

Sur les Gens à la Mode

La Mode et son jeu entre l'individu et la société était mis en scène durant la seconde toilette du XVIIIe siècle face à un miroir qui ne reflétait qu’une seule chose : soi-même. Ce moment était celui de l’expérimentation (de nouvelles toilettes, coiffures, amours, amitiés, poèmes …), de l’échafaudage de la journée, des messages secrets pas seulement dissimulés dans des billets-doux mais aussi dans le choix de fleurs, de parures, de couleurs, de nombres, dans l’emplacement de ses mouches… C’était l’instant où l’on donnait des rendez-vous en catimini… ; la période intermédiaire située entre soi et le monde. Ces minutes (voir ces heures) étaient peut-être les plus libres de la journée ; aussi celles où l’on mettait en scène cette liberté en se montrant sous son meilleur jour, le plus sociable et parfait. De nombreux textes du XVIIIe siècle relatent que ce qui caractérisait le mieux le Français de cette époque c’était sa sociabilité, sa disposition naturelle à être agréable, courtois et charmant. Il ne s’agissait pas en cela de suivre aveuglément des conventions, mais d’exercer son style et son plaisir. Le bon ton n’était pas une affectation, une obligation, mais l’expression de cette harmonie, de ce « je ne sais quoi » qui comme le suggère l’expression est indéfinissable et ne peut donc être emprisonné dans des conventions, des contraintes que le Français exécrait. Ce goût pour cette liberté s’est exercé dans tout le XVIIIe siècle, du début jusqu’à la fin avec la Révolution. Il s’est manifesté en particulier dans le Beau, et cela dans les Beaux-arts, la Littérature, la Philosophie, la Mode…

surlesgensalamode500.jpg

« Sur les gens à la mode. De tous les peuples, le Français est celui dont le caractère a dans tous les temps éprouvé le moins d’altération […] Cette nation a toujours été vive, gaie, généreuse, brave, sincère, présomptueuse, inconstante, avantageuse et inconsidérée. Ses vertus partent du cœur, ses vices ne tiennent qu’à l’esprit, et ses bonnes qualités corrigeant ou balançant les mauvaises, toutes concourent peut-être également à rendre le Français de tous les hommes le plus sociable. C’est-là son caractère propre, et c’en est un très-estimable ; mais je crains que depuis quelque tems on n’en ait abusé ; on ne s’est pas contenté d’être sociable, on a voulu être aimable, et je crois qu’on a pris l’abus pour la perfection. Ceci a besoin de preuves, c’est-à-dire d’explication. Les qualités propres à la société, sont la politesse sans fausseté, la franchise sans rudesse, la prévenance sans bassesse, la complaisance sans flatterie, les égards sans contrainte, et surtout le cœur porté à la bienfaisance ; ainsi l’homme sociable est le citoyen par excellence… Le bon ton dans ceux qui ont le plus d'esprit consiste à dire agréablement des riens, à ne se pas permettre le moindre propos sensé, si l' on ne le fait excuser par les grâces du discours, à voiler enfin la raison quand on est obligé de la produire, avec autant de soin que la pudeur en exigeait autrefois, quand il s' agissait d' exprimer quelque idée libre […] Soyons donc ce que nous sommes, n' ajoutons rien à notre caractère ; tâchons seulement d'en retrancher ce qui peut être incommode pour les autres, et dangereux pour nous-mêmes. Ayons le courage de nous soustraire à la servitude de la mode, sans passer les bornes de la raison. » Duclos, Charles (1704-1772), Considérations sur les moeurs de ce siècle, 1751.

Voir les commentaires

Les Merveilleuses, Incroyables, Muscadins … leurs cannes et leurs bâtons.

badineetbatons200.jpgBadine et bâtons d'Inconcevables
Retrouvez-les sur : http://www.lamesure.fr/rubriques/modeselegants.html

Les cannes sont un accessoire de l’élégance. Elles ont des usages multiples. Elles permettent de se frayer un chemin, de souligner le maintien, de rythmer l’harmonie de la démarche en une danse invisible de l’âme. Eléments de l’élégance féminine et masculine, elles peuvent receler des objets dans le bâton et au niveau du pommeau : un tirebouchon de bottine, des flacons de parfum, une boîte à pilules… Celles appelées aujourd’hui cannes de beauté, ont des compartiments contenant des flacons à parfum, des ustensiles de manucure ou d’autres articles qui en font de véritables nécessaires à toilette, à parfums ... Les Muscadins et les Incroyables disposaient quelquefois sur le pommeau de leurs cannes des lorgnettes ou des lunettes. A la Révolution, les faces-à-main (lunettes que l’on tient à la main) se sont avérés être des accessoires indispensables de la panoplie de ces plaisants ; car ne voulant pas se faire enrôler par les révolutionnaires, ils se faisaient passer pour myopes. Ceux-ci étaient aussi disposés au bout de bâtons qui moins longs que les cannes, ne touchaient pas le sol, mais pouvaient exercer le maintien à la façon des badines qui sont un autre accessoire de l’élégance (elles ont la forme d’un rameau fin et assez long qui se tient sous le bras ou le prolonge pour cingler l’air vicié et les objets autour de soi). Chez les Muscadins et les Incroyables, les deux genres (cannes et bâtons) avaient souvent des formes tourmentées. Leur originalité en faisait aussi leur caractéristique.

segas200.jpghttp://www.canesegas.com

M. G. W. Segas propose dans son site une exposition virtuelle consacrée aux Incroyables et Merveilleuses : Du renouveau de la Canne. Il y est question des cannes d’Incroyables, de Muscadins et même de Merveilleuses, avec la canne : lorgnette, gourdin, torsadée, « fourrée » … Et puis, la galerie M. G. W. Segas, du 34 passage Jouffroy à Paris dans le 9ème arrondissement, présente à la vente et en exposition de magnifiques cannes de collection. Pour la petite histoire, le passage couvert où la galerie est installée a été édifié au XIXe siècle. Le café-concert l’Estaminet Lyrique s’y trouvait ainsi que des cafés et boutiques de qualité : coiffeurs, lingerie, magasin de gants, modistes, tailleurs … En 1852 l’Hôtel des ventes de Drouot s’installa tout près. Aujourd’hui, le quartier est dédié aux marchands d’art, aux boutiques (toujours de qualité) et aux sorties (boîtes de nuit, cafés, restaurants, théâtres …).

Voir les commentaires

<< < 10 20 21 22 23
Merveilleuses & merveilleux