Petit dictionnaire de la novlangue contemporaine : Cinquième partie

Ci-dessus : Quelques images-mots de la novlangue.

Cet article suit ceux-ci : Première partie, Seconde partie, Troisième partie et Quatrième partie.

Avant de commencer, je dois préciser une chose : Lorsque je personnifie la novlangue, disant par exemple « la novlangue utilise le procédé de… », je signifie ceux qui l’utilisent, bien évidemment. Il s’agit d’une manière incorrecte de s’exprimer, mais je n’ai pas réussi à faire mieux. Comme l’écrit la précieuse Madeleine de Scudéry (1607 - 1701) à la fin de son ouvrage intitulé Les bains des Thermopyles (édition posthume de 1732), citation que je répète souvent : « Si j’avais eu plus d’esprit et plus d’art, cette Relation vous aurait été plus agréable. »

À noter que j’ai puisé certains des termes chez François Jarrige, Xavier-Laurent Salvador, Jean-Dominique Michel et Ariane Bilheran. Xavier-Laurent Salvador a dit notamment que « le problème est quand derrière [le vocabulaire] vient se cacher une morale […] les bons parlent la bonne langue et les méchants la mauvaise. » Il est vrai qu’il ne faut pas être trop manichéen et j’espère ne pas l’être trop dans ce Petit dictionnaire de la novlangue. Simplement il faut savoir, connaître étant un apprentissage vers la liberté : savoir sans juger, mais en disant que, lorsque l’on marche sur nos libertés, cela nous fait mal ! Personnellement je n’ai pas de message à faire passer, étant un simple et simplet être humain, et c’est pour cette raison que je parle principalement des petits-maîtres et de la mode, considérés comme si futiles. Et puis tout cela n’est-il pas absurde… tragiquement absurde quand cela conduit à la misère ou à la guerre ? Tout ce vocabulaire est importé de combats venus d’Outre-Atlantique n’ayant jamais eu cours en France… Alors ne faudrait-il juste pas les écouter et laisser tomber cette agitation fiévreuse ? En parlant de novlangue on la concrétise un peu davantage, même en la critiquant. Et comme disait Panglof, « il faut cultiver son jardin »… Cependant, Voltaire savait qu’il fallait aussi s’impliquer pour la communauté.

BIEN-ÊTRE. Selon la novlangue : « Impossible à atteindre sans développement économique », ou pire sans emprise sur les gens… sans totalitarisme.

ACADÉMIE DU CLIMAT. La novlangue crée des institutions complètement inutiles, donnant bonne conscience, sans réellement agir. L’Académie du Climat de Paris en est une, fondée par la Mairie de Paris en 2021. Elle aurait « pour objectif de répondre aux enjeux du réchauffement climatique par tous ». À noter le « par tous », comme si la responsabilité était dans les mains du péquin moyen. Les institutions se déchargent des problèmes qu’elles créent en partie ou refusent d’aborder en profondeur en créant des organismes fantômes et en rendant responsables les citoyens : triez vos déchets, n’utilisez pas trop d’électricité, portez un masque… autant de mesures de façade qui ne règlent aucun problème.

ASYMPTOMATIQUE. Sans aucun symptôme. Dans la novlangue nous sommes tous malades… même quand on ne le sait pas ou ne le voit pas… ou ne l'est pas…

BIENVEILLANCE. La novlangue use de termes positifs pour les détourner. Elle est une rhétorique d’enfermement qui conduit à des claustrations réelles, et pas seulement dans le cadre de réclusions, mais aussi de marginalisations, comme pour le personnel soignant ou d’autres n’ayant pas voulu se faire vacciner ou par des gardes à vues arbitraires et des emprisonnements politiques comme pour certains gilets jaunes. On est très loin de la bienveillance, mais le mot ne coûte rien à formuler et permet de cacher en partie la malveillance et la maltraitance de ceux qui utilisent la novlangue. Voir RELIGIEUX.

Ci-dessous : Un exemple de fausse bienveillance : portez un masque, ne soyez pas trop bruyants, tout cela dans une atmosphère d'affairement consommatrice entretenue. On n'est pas dans le domaine du rationnel mais dans celui du religieux, d'une sombre croyance digne d'âges obscurs.

BLACK BLOC. Il est évident que les black bloc, que la novlangue a assimilé à des gilets jaunes, sont des éléments rapportés. Le nom même, en anglais, en dit long sur leur qualité de chien de garde de l’impérialisme actuel. Pourtant ils se prétendent anarchistes, ce qu’ils ne sont évidemment pas.

BLANCHITÉ. On parle aussi de « privilège blanc », expression mettant en avant l’aspect de domination.

CERTIFIER. La novlangue utilise l’incertitude inhérente à l’être humain, par nature très limité, pour imposer ce qu’elle établit comme des certitudes, ce qui rassure l’homme qui possède un instinct animal de conservation et de peur. Le domaine médical est envahit de certifications et normalisations (ISO…)

CHIFFRES. Dans la novlangue, les chiffres sont généralement falsifiés ou cachés, car le bilan est avant tout catastrophique. Elle règne donc par la duperie. Elle cherche à faire croire à une réalité différente que celle que chacun vit. Elle le fait d’autant plus facilement qu’elle dispense des attirails technologiques dans lesquels chacun peut créer sa bulle et s’y enfermer. Parmi les chiffres falsifiés ou cachés en France, il y a ceux de la pauvreté (des bidonvilles pullulent en Île-de-France, et des dizaines de milliers de personnes vivent dans des tentes, des misères esthétiques, morales, intellectuelles, sociales ; il suffit de prendre les transports en commun pour s’en rendre compte)… une immigration et une émigration de folie, la fin de l’unité, etc.

COLONISER. La novlangue est tel un animal qui colonise le nid d’un autre, comme un virus prenant possession du corps qui le nourrit. Elle occupe littéralement le refuge d’autres et les soumet. Elle envahit en particulier ce qui est le plus cher aux êtres humains, comme la santé. Lors de la crise orchestrée autour du coronavirus, on a vu une multitude de gens incompétents, manipulateurs ou pervers utiliser la rhétorique de la santé pour aller dans un sens opposé à celle-ci mais du côté de leurs ‘intérêts’, ceci afin de berner. Beaucoup de professionnels de santé ont joué ce jeu nauséabond par peur, par auto-censure et surtout en s'enfermant dans une rhétorique médicale utilisée par d’autres à des fins autres que la pure médecine.

COMMUNIQUER. La novlangue est experte en communication. Elle utilise toutes ses ficelles afin de persuader, manipuler et confondre. La novlangue ne se soucie pas de plaire, c’est-à-dire d’être aimable, propre, affable… mais de persuader, voire d’endoctriner. Elle ne peut cacher sa vulgarité, voire elle la revendique (voir VULGARITÉ.), sauf si cela dérange ses plans.

CONSCIENTISATION. Essayer de faire prendre conscience à une personne ou à un groupe de problèmes qu’il n’a peut-être même pas.

DÉCARBONER. L’arbre qui cache la forêt des multiples pollutions.

DÉCOLONISATION. On en parle beaucoup, et comme le dit Xavier-Laurent Salvador, on le fait en anglais ! Xavier-Laurent Salvador et Jean Szlamowicz ont écrit Le sexe et la langue. Petite grammaire du genre en français, où l’on étudie écriture inclusive, féminisations et autres stratégies militantes de la bien-pensance, Paris : Éditions Intervalles, 2018.

DÉCONSTRUCTION. Détruire est dans l'ADN de la novlangue. Elle n'avance que comme cela.

DÉCRÉDIBILISER. La novlangue utilise plusieurs techniques de décrédibilisation de ceux qu’elle considère comme ses adversaires : diffamation, mise à l’écart… L’une d’entre elle consiste à faire dire par des soi-disant opposants à son univers des choses ridicules. Par exemple, pour le téléphone portable, on avait fait croire qu’il chauffait tellement qu’avec plusieurs on pouvait cuire des œufs, ou bien que des végétariens préconisaient de se débarrasser des animaux domestiques parce qu’ils mangent trop de viande, ou bien que les décroissants prônaient un monde horrible, digne de la préhistoire, ou bien que les anarchistes sont extrêmement violents, etc. Tout cela pour qu’ils aient à dos la majorité de la société qui se considère comme « bien-pensante ».

DÉRESPONSABILISATION. La novlangue responsabilise le citoyen pour se déresponsabiliser elle-même… se dédouaner. Elle l’a fait pour la crise orchestrée autour du coronavirus, elle le fait avec la crise orchestrée autour de la pénurie d’énergie. Voir RESPONSABILITÉ.

Ci-dessous : EDF, qui depuis des décennies rançonne les Français afin d’être plus compétitif à l’étranger et pour soutenir des projets nucléaires et renouvelables fous, n’est pas dans la possibilité d’assurer un service de qualité et peu cher. Elle cherche donc à rendre responsables les citoyens. « Dans la novlangue « responsabiliser » signifie « rendre responsable ».

DISRUPTION. En français ce mot signifie rupture, fracture, mais comme anglicisme, le wiktionnaire nous explique qu’il s’agit d’une « Stratégie d’innovation par la remise en question des formes généralement pratiquées sur un marché, pour accoucher d’une “vision”, créatrice de produits ou de services radicalement innovants. » Dans la novlangue, cela consiste à détruire le passé et le présent jugé non dans la ligne, pour imposer une vision unique qui est la sienne. Voir DISTANCIEL.

DISTANCIEL. « Distanciel » est un des mots de la novlangue utilisé de manière massive depuis la crise orchestrée autour du coronavirus, comme ceux de « disruption » (voir DISRUPTION.) ou « présentiel » (voir PRÉSENTIEL.). Cela veut dire ce qui se fait à distance… La société de la novlangue voudrait que tout se fasse ainsi, cela permettant de savoir ce que chacun fait.

DIVISER. Individualiser et communautariser afin de diviser. Chaque groupe doit être une minorité, même les Français en France. Pour cela on divise le plus possible : les gilets jaunes contre la police, les gilets jaunes contre les Français (dans ces deux cas avec les black bloc, voir BLACK BLOC), les noirs contre les blancs, etc.

ÉCO-ANXIEUX. Voir PHOBIE.

ÉCOCITOYENNETÉ. Rendre les citoyens responsables pendant que les plus grands pollueurs s'accroissent.

ÉCOLOGIE DE CROISSANCE. Je ne sais pas si la décroissance est la solution collective ; ce que je sais, c’est que la croissance est un leurre. Elle fait penser aux invasions de sauterelles ou autres animaux et végétaux qui détruisent tout sur le passage.

EFFONDREMENT. Si la novlangue distille la peur, c'est qu'elle-même a peur, de même qu'un grand nombre de ses opposants. Tous évoquent un effondrement.

ÉLECTRICITÉ. Alors que Big Brother use de plus en plus d’électricité pour la vie moderne qu’il impose par l’intermédiaire du « tous connectés » (5G…), dans le même temps il demande que les citoyens fassent des économies d’électricité. L’électricité est un de ses supports. Ainsi demande-t-il une chose et son contraire en même temps… en pleine schizophrénie.

Ci-dessous une facture d'électricité : Cela fait des années qu'EDF rançonne les Français qui paient l'électricité, avec un abonnement + l'acheminement (x2) + une taxe sur la consommation + une taxe pour le service public (!?!?) + une taxe d'acheminement (alors que l'on paie l'acheminement déjà dans l'abonnement et la consommation) + la TVA sur le total, même sur les taxes !!!!

FAÇADISME. Cette politique est celle du façadisme dont je parle dans la conclusion de mon livre sur les architectures RER et le façadisme, ouvrage que l’on peut télécharger gratuitement (cliquer sur le livre dans la colonne de droite), cela sans problème, puisqu’il s’agit d’un simple PDF réalisé par mes soins et hébergé dans mon propre nom de domaine entièrement réalisé en HTML, sans utilisation de logiciels tiers. Le façadisme ne consiste pas seulement à détruire un bâtiment ancien remarquable pour n’en garder que la façade et prétendre qu’il a été conservé, mais se retrouve aussi dans la vie de tous les jours et notamment en politique, où beaucoup portent le masque de la bien-pensance pour cacher ou ne pas regarder en face leur vrai visage. Dans la novlangue on aime à parler de droits de l’homme et de beaucoup de choses considérées comme ‘bonnes’ tout en faisant exactement le contraire. Notre démocratie n’est plus qu’une façade, ainsi que notre République, nos politiques… et même nos amis sont souvent de façade. Face à cela, que faire d’autre que garder en notre coeur le feu de l'honnêteté, ne pas être des êtres de façade mais entiers ?

GOUVERNEMENT FRANÇAIS. Il s’agit de la plus grande imposture de ce pays. Les instances qui gouvernent la France ne sont pas les officielles (État, Gouvernement, Parlement…) mais celles qui favorisent une immigration massive et un délitement de la société française.

HISTOIRE. Gros mot, surtout si elle est nationale.

HUMANISME. Dans la novlangue, l’humanisme est considéré comme une erreur dans l’histoire.

INFANTILISATION. La novlangue semble constamment s'adresser à des demeurés.

Ci-dessous : On vous explique ce qui est bon pour votre budget et la planète. Dans le même temps, les gouvernants gèrent le parc électrique français de manière ubuesque, et augmentent toujours plus la facture d'électricité et les dépendances électriques et énergétiques. Autonomie et liberté disparaissent de la novlangue qui cherche cependant à rendre responsable les citoyens de manière cauteleuse. Ici, la RIVP (Régie Immobilière de la Ville de Paris) fait glisser sa responsabilité sur le locataire, alors que depuis des années elle favorise le tout électrique et pratique intensivement ce que j'appelle l'architecture RER (voir mon livre sur le sujet).

INNOVATION VERTE. Produits phytosanitaires (pesticides), internet, OGM, etc.

INVERSION ACCUSATOIRE. Technique de la novlangue qui consiste à accuser les autres de ce qu’elle fait. Elle traite de « menteurs » ceux qui disent la vérité, de « complotistes » ceux qui cherchent la vérité, de « anti-démocrates » ceux qui prônent les valeurs de la démocratie, de « fascistes » ceux qui sont contre la guerre, de « racistes » ceux qui souhaitent une vraie diversité (des nations, des peuples souverains, des cultures…) et non pas un mélange qui nivelle et détruit, de « homophobes » ceux qui croient en une véritable égalité de tous les êtres, de « anti-écologistes » ceux qui sont contre le nucléaire,  de « sectaires » ceux qui prônent la liberté, etc.

Ci-dessous un exemple d’inversion accusatoire. Alors qu’ici Elon Musk rétablit la vérité, on l’accuse de faire le contraire.

INVISIBILISER. La censure s’invente constamment dans la novlangue. Invisibiliser (shadow ban en anglais) consiste à faire en sorte que certains travaux, sites… ne soient pas mis en avant voire rendus invisibles. Les monopoles fleurissent sur Internet, comme Google ; et il est très simple pour eux de favoriser et de défavoriser…

MANIPULATION. Voir COMMUNIQUER.

MARQUE. La marque est un élément de la novlangue. Elle est un de ses marqueurs. Il s’agit de mettre sous influence… si possible de faire en sorte que les citoyens recherchent les marques et demandent d’eux-mêmes de devenir esclaves.

Ci-dessous : La banque n'est plus un service mais une marque.

MENSONGE. La novlangue n'hésite pas à mentir et utiliser toutes les autres ficelles du vice. Voir DÉSINFORMATION, RÉPÉTITION  et VULGARITÉ.

NATIONALISME. Dans la novlangue, le nationalisme est considéré comme du racisme, mais elle n'hésite pas à l'utiliser quand cela l'arrange, comme en Ukraine.

NOYER. Une autre technique de la novlangue est de noyer les auditeurs et spectateurs dans des flots de paroles et d’images. Quand ils sortent la tête de cette eau insalubre, ils en ont encore plein la bouche, et la déversent eux aussi sans s’en rendre compte.

PERSONNE DE COULEUR. Dès le début du XXe siècle, avant même la grande vague d’immigration, les instances publiques françaises ont commencé à envoyer des messages et élaborer des sites internet avec toujours au premier plan des personnes originaires d’Afrique noire, très rarement d’un autre Continent, comme la Chine ou l’Inde. Plus de petits blonds ! Difficile de s’identifier avec un grand noir quand vous êtes un petit blanc. Même dans la publicité, l’objectif n’est plus de plaire ou d’influencer, mais de faire de la pure propagande, dans ce cas pour une immigration massive. La question du grand remplacement est honnie par la novlangue. Dans les faits on le constate dans la vie de tous les jours. Voir PROPAGANDE.

PEUR. La novlangue distille la peur : terrorismes, virus, problèmes d’approvisionnement électrique, pénuries… afin de se décharger de ses responsabilités et de faire oublier sa gestion catastrophique, pour le coup véritablement effrayante.

PHOBIE. La novlangue emploie ou crée de nouveaux mots en remplaçant le suffixe « - pathie » par un autre lié à une maladie mentale qui est « -phobie » : « xénophobie », « homophobie », « islamophobie », « LGBT-phobie,», « lesbophobie », « europhobie », etc. Si vous n’êtes pas d’accord, vous êtes considéré comme un malade mental juste bon à enfermer, piquer ou reléguer à des emplois de caissier ou au RSA.

PLAIRE. Voir COMMUNIQUER.

POST-CROISSANCE. De la croissance réinventée. La novlangue ne pense que croissance. Quand elle évoque une décroissance, c’est toujours pour le peuple, afin que ses élites poursuivent leur croissance…

PRÉSENTIEL. Ce mot est utilisé comme adjectif ou nom pour des personnes qui sont en contact direct. Être en présence des gens pour communiquer avec ceux qui nous sont le plus proches n’est plus la norme. Dans la novlangue, cela n’est plus la meilleure manière de communiquer. La présence principale doit dorénavant se faire devant son smartphone ou son ordinateur. Voir DISTANCIEL.

PROGRESSISME. Voir PROGRÈS. Dans le terme de « progressisme », la novlangue entend le BIEN… et ne tolère aucune critique à ce sujet. Le progrès dont il est question est une fuite en avant, à la manière de ces insectes qui se multiplient et ravagent tout sur leur passage. Il ne s’agit pas de progresser vers le bien, le bon ou le beau, mais d’aller vers davantage de profits et de pouvoir, tout cela concentré dans quelques mains. Critiquer ce progrès est un acte conspirationniste.

Ci-dessous : Chaque fois que la France est amputée de quelque chose on lui fait croire qu'elle s'en libère. Ici la désindustrialisation de l'Hexagone est présentée comme une libération ou une parano... un leurre.

PROPAGANDE. Évidemment, la novlangue utilise la propagande, d’une manière extrême, et dans tous les domaines, du public au privé, de la publicité aux informations, de l’école au Gouvernement… Rien n’y échappe. Voir PERSONNE DE COULEUR et RACISER.

Ci-dessous : Les médias dits sociaux sont les premiers, avec ceux de la presse subventionnée et l'AFP (oui c'est grave !), à pratiquer la désinformation, voire la censure. Ce sont pourtant les mêmes qui prétendent lutter contre cela.

RACISER. La novlangue remet sur le devant le concept de races en invoquant pour tout et n’importe quoi le racisme. Voir PERSONNE DE COULEUR.

RÉALITÉ. La novlangue ne tient pas compte de la réalité, elle l'a crée. Pour elle, un problème n'existe que si on en parle... et comme elle tient tous les grands médias, la réalité qu'elle donne est éloignée de celle que l'on peut vivre.

RÉFLÉCHIR. Réfléchir est considéré comme complotiste. La pensée complexe est éliminée.

RELIGIEUX. Un aspect important de la novlangue n’est pas nouveau : l’utilisation de concepts liés au bien, pour s’en servir comme d'une armure inattaquable derrière laquelle tout et n’importe quoi peut se cacher et même ce qu’il y a de plus horrible. Toutes les organisations politiques, religieuses ou autres ont leurs mots et concepts utilisés comme des leitmotive, des vérités intouchables même si elles sont grotesques. En cela, le discours de la novlangue donne une impression religieuse. Rentrer en novlangue est comme le faire dans une secte ayant des velléités d’universalité. Voir BIENVEILLANCE et FAÇADISME.

REPÈRES. Faire sauter les repères, culturels, politiques, etc. Voir DÉCONSTRUCTION.

RÉPÉTITION. La novlangue répète les mêmes messages afin de les rendre vrais, même si ce sont des mensonges.

RESPONSABILITÉ. La novlangue responsabilise les citoyens afin de se déresponsabiliser. Voir DÉRESPONSABILISATION.

RESTRICTIONS. Synonyme de « censure », « suppression de libertés », « domination », « manipulation »…

SEXUALITÉ. La novlangue s’occupe de la sexualité des citoyens, car c’est un outil de domination. Elle déteste l’hétérosexualité. Elle ne la montre que sous une forme pornographique. Du reste, elle ne met en avant que des sexualités ‘déviantes’ (homosexualité, saphisme, transgenre…) pour au final banaliser la pédocriminalité, de plus en parlant d’elle constamment. La novlangue véhicule l’immondice et l’horreur. Voir VIOLENCE.

SURVEILLANCE. Les deux maîtres-mots pour comprendre la novlangue sont « propagande » et « surveillance ».

TRANSITION. Mot dont la novlangue se sert pour cacher les bouleversements profonds qu’elle met en place et qui sont particulièrement néfastes : fin de la démocratie, pouvoir dans les mains de quelques apparatchiks, empire mondial, destruction des cultures et des environnements, fin des libertés… Elle se sert de ce mot pour mettre en son pouvoir ceux qui ne le sont pas encore. C’est un synonyme de « rupture » voire de « guerre ».

UTILISER. SE SERVIR DE… La novlangue contemporaine utilise diverses ‘tactiques’ pour dominer. L’une d’entre elles consiste à voler la rhétorique des mouvances importantes ou nouvelles. Cela lui est d’autant plus facile, que beaucoup de personnes suivant un mouvement en adoptent la rhétorique afin de s’y réfugier, et continuent à la suivre même si elle est exploitée par des personnes en total opposition avec ces idées. On l’a vu en France par exemple avec la rhétorique de gauche (voire d’extrême gauche) utilisée par l’impérialisme mondialiste pour asservir, aveugler et culpabiliser.

VIOLENCE. Elle est partout dans la rhétorique de la novlangue, et en particulier dans les images. Combien d’affiches de films américains sans présentation d’armes ? Combien de morts jouées dans ces mêmes films. Elle banalise la violence aussi par d’autres moyens, comme l’information. La novlangue elle-même est violence. Elle viole le langage et donc la réalité pour la faire sienne.

Ci-dessous : Derrière cet acteur et ce cinéma, des centaines de milliers de morts européens (rappelons que la Russie a toujours été un pays européen).

VISION UNIQUE. La novlangue ne donne pas le choix. Elle balaie les alternatives quand elle ne peut pas les corrompre, ou bien les monopolise. Pour elle, le seul avenir envisageable est celui qu’elle propose. Elle mélange volontairement les notions de vision unique et d’unicité. Elle en appel à l’union, après avoir divisé, cela pour mieux régner.

VULGARITÉ. Elle est présente de bien des façons dans la novlangue, notamment dans la manière de s’exprimer, comme l’emploi systématique de mots américains ou franglais et même de gros mots. De nos jours, ces derniers se retrouvent dans les discours des plus hautes instances de la République. La vulgarité ne devrait pas être dans la bouche de représentants de citoyens, comme le sont les avocats, les ministres ou les présidents de la République. Cette vulgarité des représentants est nouvelle en France et déprécie fortement ses institutions. On la retrouve même chez les opposants à la novlangue. Elle peut se comprendre quand elle est spontanée, mais pas lorsqu’elle est assumée, comme intégrée dans un discours officiel ou réitérée lors de plusieurs discours. La vulgarité est un des outils de la novlangue de sape de toutes les institutions et paroles sensées auxquelles peuvent se raccrocher les citoyens, qui se retrouvent ainsi encore plus marginalisés et démunis. Lorsque le président de la République française dit vouloir ‘enquiquiner’ (le mot employé est plus vulgaire) certains citoyens, il marginalise non seulement une partie de la population mais aussi tous les Français. En même temps cela les pousse à rentrer dans la gueule d’Enfer de la Macronie.

Ci-dessous : Monster veut dire « monstre » en anglais. C’est le nom d’un des principaux sites de recherche d’emploi en France. Dans la novlangue, la monstruosité est partout. On remarque l’utilisation systématique de termes anglais. Sur les sites de recherche d’emploi, la plupart des sociétés de médiation d’emploi en France (recruteurs, agences d’interim…) ont des noms anglicisés : LHH Recruitment Solutions, Upskills cadres et experts, Work & You, Fyte Sales & Marketing, BDO Talent Management… Un très grand nombre des entreprises qui recrutent sur ces sites ont aussi des noms en anglais, et demandent des qualités dans cette même langue : « Chargé de Sourcing », « Journaliste podcasts », « Responsable Marketing », « Office Manager », « Business Développeur », « Chief of Staff », « Consultant Marketing Digital »… Les instances publiques françaises ne dérogent souvent pas à cette règle de la novlangue. Le français est pourtant une langue très parlée dans le monde.

Ci-dessous : Paris Musées est un établissement public parisien qui gère des bâtiments et des collections de quatorze des dix-sept musées de la capitale française. On pourrait croire que l'un de ses fût de défendre la culture et la langue françaises... et bien pas du tout.
 

Ci-dessous : Les organismes publics français utilisent de plus en plus l'américain, ce qui est particulièrement inquiétant, surtout qu'aujourd'hui l'Amérique représente l'impérialisme, la guerre, la mafia, la drogue, la pollution... Il y a de quoi devenir déprimé et alcoolique...

Ce ‘dictionnaire’ de la novlangue est très loin d’être complet. Je ne décortique pas les articles, ne m’informe qu'un minimum et que sur Internet, n’ai pas de télévision et n’achète comme journaux et revues que La Décroissance, Kairos et Nexus… sinon des revues sur le jardinage et l’apiculture, car je m’exerce depuis peu dans ces deux domaines. Ce n’est que très fortuitement que ces mots qui nous envahissent arrivent à mes oreilles, comme l’air pollué à mes narines… L’ère macronienne est un condensé de novlangue et de l’horreur qu’elle porte avec elle.

Résister à la novlangue est une chose facile et sans danger. Il s’agit d'essayer de ne pas écouter ceux qui l'utilisent et surtout simplement de ne pas l’utiliser ! Pour ceux qui sont profondément dépendants de ces vendeurs de narcotiques rhétoriques électroniques, il y a un petit effort à faire pour se sevrer, plus difficile si on est entouré uniquement d’autres drogués. Cherchons des mots et expressions françaises au lieu d’anglaises ; essayons de nous exprimer dans un joli français, voire avec poésie ; n’acceptons pas des concepts prêts à consommer mais réfléchissons, ou plutôt ouvrons-nous, non seulement aux autres mais aussi à nous-mêmes, à notre histoire, notre culture… à la vérité. Parlons francs… comme les Francs !

Ci-dessous : Les commerces avec des noms et formules d'introduction en anglais stupides pullulent toujours davantage. La photographie ci-après a été prise en face de chez moi. Be Salad signifie « Être salade » !!?! Il faut dire que les Français ressemblent de plus en plus à des légumes !

Ci-dessous : Pour conclure cet article très positivement, voici la chanson Ils sont Beaux nos Sourires écrite par Francis Lalanne lors de la crise orchestrée autour du coronavirus. Rappelons que le terme de « tact » vient du latin tactus (« toucher ») issu du verbe tangere (« toucher »). Dans le contexte, toute cette folie masquée, gel hydroalcoolique, couvre-feu, confinement, distanciation… était une horreur, un anti-savoir-vivre, une impolitesse caractérisée, un manque de tact total, une bêtise très triste. Si beaucoup d’artistes étaient et sont toujours contre la folie actuelle mise en place, Francis Lalanne a été un des rares à s’être mis en pleine lumière au milieu de cette obscurité, ce qui ne manquait pas de courage !
;
Merveilleuses & merveilleux