Le cacouac et le libertin

gravelot1744300lmPhotographies : Gravure de « L. Truchy » (Louis Truchy: ? - 1764) d'après un dessin de « H. Gravelot » (Hubert François Bourgignon dit Gravelot : 1699 - 1773) datant de 1744.
Le terme de 'cacouac', qui signifie plus ou moins 'mauvais', est inventé pour désigner en se moquant de lui le philosophe des Lumières ; puis est utilisé par celui-ci même. Le cacouac est donc un philosophe des Lumières aux moeurs singulières pour l'époque, gorgé d’enthousiasme, caustique, se targuant d’indépendance vis-à-vis des grands, libre ... On sait l’importance de celui-ci dans l’évolution de la civilisation. Comme l’écrit P. - F. Tissot (1768-1854) dans Les Français peints par eux-mêmes (tomes édités entre 1840 et 1842) : il soumet « tout à une analyse sévère » ; et offre « l’exemple d’une pureté, d’un désintéressement, d’une droiture d’intentions qu’on ne saurait oublier ».
Ce mot semble être employé pour la première fois dans un article anonyme du Mercure de France du mois d’octobre 1757, intitulé Avis utile, ou Premier Mémoire sur les Cacouacs. Son auteur semble être Jacob-Nicolas Moreau (1717-1803) qui écrit ensuite, la même année, un Nouveau Mémoire sur les Cacouacs (visible ici). Ces deux titres inspirent Joseph Giry de Saint Cyr (1699-1761) pour son Catéchisme et décisions de cas de conscience à l’usage des cacouacs, avec un discours du patriarche des cacouacs, pour la réception d’un nouveau disciple. Une nouvelle querelle littéraire a donc lieu, après celle des anciens et des modernes ; où cette fois la question n'est pas la suprématie ou l'infériorité de l'Antiquité sur le monde contemporain, mais de la supériorité de la raison sur la foi, des lumières humaines (parti philosophique) ou de la lumière divine (parti dévot). Les Lumières reprennent le terme à leur compte. Diderot écrit en 1761 : « je suis encore Cacouac en diable […] il n’y a guère de bon esprit et d’honnête homme qui ne soit plus ou moins de la clique. » Il est logique de voir ici l'expression « honnête homme »  : gravelot1744-400lmvoir l'article intitulé L'honnête homme. Il est vrai aussi que l'esprit des Lumières devient très à la mode pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle, l'intérêt pour les sciences se développant et les cercles sur ces sujets aussi.
Dans son livre intitulé : Bibliothèque des petits-maîtres, ou mémoires pour servir à l'histoire du bon et de l'extrêmement bonne compagnie (Au Palais-Royal, Chez la petite LOLO, Marchande de Galanteries, à la Frivolité, 1762 la première édition date de 1761), Charles Gaudet donne une définition du cacouac en le faisant du petit-maître d'alors, en le décrivant avec un « esprit d’irréligion, que l'on nomme communément esprit philosophique. »
Les Lumières sont en partie dans la suite du matérialisme des libertins qui considèrent que l'univers relève de la matière imposant ses lois. Avec leur déterminisme naturel, les libertins sont eux-mêmes dans la lignée de l'Humanisme des XVe-XVIe siècles, et mettent en place les fondements qui aboutissent à l’Encyclopédisme puis à la Révolution et à la société industrielle. Comme eux ils sont indépendants, en particulier des pouvoirs, qu'ils soient religieux ou politiques. Ils sont libres penseurs. La liberté est leur credo comme l'indique leur nom. Ils opposent la raison à la superstition. Il résulte de tout cela un certain amour de la vie et de ses plaisirs que l'époque Régence (1715-1723) symbolise notamment par son art tout entier dédié à la volupté.
Le libertin est avant tout associé au début du XVIIe siècle et au règne de Louis XIV (1643-1715). On le retrouve après cette période et avant (le mouvement naîtrait au XVIe siècle en Italie). Tristan L’Hermite (1601-1655) et Charles Sorel (après 1582-1674) qui écrit Les Lois de la galanterie (1644) sont de véritables libertins qui s’affichent comme tels. Dans son livre La mode, ou Caractère de la religion, de la vie, de la conversation, de la solitude, des compliments, des habits et du style du temps (1642) François Grenaille (1616-1680) définit le libertin comme croyant qu’il n’y a rien au-delà des sens. Certains petits-maîtres sont eux-mêmes libertins. Dans Les Nuits de Paris (1788-1794), Restif de la Bretonne (1734-1806) utilise souvent ce mot. On dit aussi 'libertine' ou 'fille' bien que ce dernier désigne avant tout une prostituée. Au XVIIIe siècle, le libertin est vraiment l’acteur de la vie nocturne parisienne. Il est de toutes les parties fines, et dans tous les lieux où il peut accumuler ses conquêtes : dans les manifestations populaires, les académies (salles de jeux), les billards, les cabarets, les théâtres où se jouent des pièces libertines, certains soupers, bals … enfin dans toutes les distractions qu’offre ce siècle où cet homme (ou cette femme) peut trouver ce qu’il désire. Il y a donc plusieurs sortes de libertins ; et il est difficile d'en donner une définition précise à une époque où le libertinage et la volupté sont de mode.

© Article et photographies LM