L'aise intelligente, l'habile décontraction.

delachausseerecadre300lmPhotographie : Estampe de la première moitié du XVIIIe siècle ayant pour légende « Eq. Michael Angelus Causeus Delachausse Parisinus. »

La quiétude, la sérénité, la décontraction, l'aise, l'agrément, être détendu … je cherche en vain le mot français ou l'expression qui convient à cet état ; où l'esprit, le corps et l'entourage ne forment qu'un tout harmonieux, clair, vif et rempli de plaisir, de contentement, de joie ; où l'on ressent la satisfaction et la jouissance à chaque respiration, à chaque battement de cœur, à chaque mouvement … une félicité qui est intelligence, conscience du moment ; où le moindre rayon de soleil est un plaisir profond, comme la brise légère qui caresse notre peau, un corps gracieux qui se déplace, ou un visage ami qui nous sourit … où chaque chose est à la place qui lui convient le mieux ; où chaque élément, chaque mouvement de chacun de nos sens est un délice, une volupté fraîche, une félicité ; où le mot 'sens' rejoint celui de 'sensuel' mais aussi la pure pensée, la matière devenant esprit et vis-et-versa. Il existe sûrement un mot pour désigner cela. Cet état transparaît dans la façon de se mouvoir, de porter l'habit. Cette habile et intelligente décontraction est une des clés de la mode française, mais aussi de celle de l'Antiquité. Les habits grecs et romains faits de drapés appellent cette sérénité. La façon de porter le drapé, de se mouvoir à l'intérieur et avec, et d'envelopper dedans sa pensée, ou du moins de faire suivre le mouvement de l'esprit dans celui du corps jouant avec la matière, devient langage, savoir et jouissance de cela. On continue de se draper pendant tout le Moyen-âge et encore après. On le porte même sur l'armure. D'autres éléments s'ajoutent à ce bonheur vestimentaire. Le linge de corps blanc et donc propre apporte ce confort, cette fraîcheur, cette douceur. D'autres éléments comme la dentelle, les rubans ajoutent à cette finesse et prolongent avec grâce les mouvements … Si vous avez trouvé le mot, dites le moi s'il-vous-plaît !

© Article et photographie LM