Philosophie de la mode

LouisBinetRestifDeLaBretonneDetail1-300lm.jpgLa mode est un spectacle ; la représentation la plus démocratique qui soit, chacun pouvant y participer, et même y contribuant quoi qu'il advienne, car personne ne peut échapper à son image (voir les articles où il est question de l'imago et de la persona), de même que nul ne peut fuir le mouvement (voir l'article sur le rythme). C'est la vie ! Notre respiration est cadencée, les battements de notre cœur … tout. Même le rocher bouge, bien sûr à une autre échelle que la notre. Les grecs anciens font déjà ce constat et leurs rites s'élaborent selon cette conscience. Dans sa Poétique Aristote écrit que le rythme est inhérent à l'homme. Il ajoute que le fait d'imiter et l'harmonie sont aussi dans sa nature. Ces trois éléments qui sont, selon lui, à l'origine de la poésie sont aussi au fondement de la mode

La mode est poésie. Selon les anciens, les arts sont basés sur le principe d'imitation. Aristote écrit que ce qui différencie l'homme des animaux c'est qu'il est plus enclin à l'imitation. Il ajoute que les premières connaissances qu'il acquiert, il les doit à l'imitation, et que tout le monde apprécie les imitations. La mode tend à le prouver dans la mesure où il est rare de trouver une seule  personne suivant une mode qui lui est totalement propre. Qui voit-on habillé aujourd'hui avec une culotte de type XVIIIe, un grand chapeau bicorne comme au temps de Bonaparte, de grands hennins pointus comme au XVe siècle ? Pour dire combien l'imitation est importante c'est que là, moi-même je donne des exemples de distinction en les puisant dans le passé. L'invention pure est rare. Et l'inspiration qui en découle est souvent le fruit d'une imitation, ou au moins dans le cadre d'une progression. Dans la langue de Platon le terme d'imitation est sans doute plus large qu'il ne l'est en français.

Photographie : Gravure de Louis Binet (1744 - vers 1800) provenant d'un ouvrage de Restif de La Bretonne (1734 - 1806).

© Article et photographie LM