Montagnes russes parisiennes.

3montagnes650laramassedetailaavisageclair262lesmontafnesrussescoupledetail300Trois premières photographies : Avec de gauche à droite des gravures de la première moitié du XIXe siècle : - « Le Bon Genre, N° 97. Les Montagnes Russes de la Barrière du Roule. » Elle se situe à l'actuelle Place des Ternes. - « Le Bon Genre, N° 99. La Ramasse. » - « Le Bon Genre, N°105. Montagne artificielle de Belleville. » L'emplacement de la barrière de Belleville est sur le boulevard du même nom au niveau de la rue du Faubourg-du-Temple à Paris. Elle est réputée aussi pour ses guinguettes particulièrement durant la période du Carnaval. Il est émouvant de voir les collines champêtres de ce lieu aujourd'hui recouvert d'immeubles, de goudron  et de béton. Ceci dit, depuis un certain temps Belleville renoue avec la fête et s'engage dans l'Art avec de plus en plus de galeries.
Photographies suivantes : Détails des gravures.

Théâtres, concerts, bals, guinguettes, parcs d'attractions, fêtes, spectacles variés, cafés, jardins … les lieux de délassement ne manquent pas à Paris au début du XIXe siècle.
Durant cette période, de nouvelles distractions font leur apparition comme  les montagnes russes ; ainsi appelées car le concept est emprunté aux constructions enneigées laramassebbclair300construites en Russie pour y faire de la luge. Celles-ci étant très populaires, on en érige ailleurs mais en utilisant des voitures roulant sur des rails. À Paris, 'La montagne de Belleville' semble être la première en France. Elle ouvre vers 1812-1816 et est vite suivie de nombreuses autres comme les « montagnes françaises » aussi appelées « promenades aériennes » du parc d'attractions de la Folie Beaujon (voir article Wikipedia). Les barrières de Paris, qui sont des bâtiments ouvrant sur la campagne autour de la capitale, proposent de l'espace pour de telles constructions. Elles sont situées aux portes de la ville et ont pour fonction de récupérer le droit de douane (octroi) de certaines marchandises rentrant dans la cité. Il en existe dans la capitale au moins depuis le XIIe siècle ; et sous Louis XVI on en compterait 57. On donne par extension le nom de 'barrière' à la campagne entourant celles-ci. Ces terres environnantes sont  souvent dédiées à la fête avec de nombreuses guinguettes ou d'autres attractions comme ces 'montagnes' qui sont les nouveaux lieux à la mode pour les jeunes élégants du temps des calicots comme le montre le titre du vaudeville en un acte de Scribe et Dupin intitulé : Le Combat des Montagnes ou la folie Beaujon datant de 1817 (voir article intitulé : Le calicot
Photographies en liens : Voici d
es images glanées sur Internet représentant les Montagnes françaises du Jardin Beaujon : 1 ; 2 ; 3 ; 4 ; 5 ; 6.
Enfin en cliquant
ici, vous trouverez un article intéressant sur les montagne parisiennes : russes, françaises, suisses, égyptiennes …
montagnesdetails300

iris 19/04/2010 21:57



une bien belle réussite également que cet article intéressant !


bonne soirée / IRIS



Merveilleuses & merveilleux