Glanage au fil des ventes de cette semaine

Vente Beaussant Lefèvre, Mobilier et objets d'art, du mercredi 3 décembre, Salle Rossini (Paris).

PortraitsAnglaisXVIIIe.jpgPhotographies du dessus : À gauche - « Atelier de Sir Joshua REYNOLDS (1723-1792). Portrait de Sir Abraham Hume (1749-1838), collectionneur, botaniste et politicien Huile sur "milboard". 30,5 x 24 cm. OEuvre en rapport: Le portrait par Sir J. Reynolds, Belton House, Lincolnshire. » © Catalogue.
À droite - « Karl-Anton HICKEL (1745-1798). Portrait de Lady Fairfield, femme du gouverneur de Madras Huile sur toile, rentoilée. 74,5 x 61 cm. » © Catalogue.

Photographies ci-dessous : À gauche - « Attribué à Louis Michel van LOO (1707-1771). Portrait de femme Huile sur toile, rentoilée. 54 x 45 cm ovale. » © Catalogue.
À droite - « Attribué à Jeanne-Louise VALLAIN (1767?-1815). Portrait de femme Huile sur toile, rentoilée. 56 x 45,5 cm ovale. » ©
Catalogue.

Portraits-XVIIIeVente Thierry de Maigret, du mercredi 3 décembre à Drouot Richelieu, Tableaux anciens - objets d’art et d’ameublement des XVIIe XVIIIe et XIXème siècles - tapisseries.

ClavecinXVIIe.jpgPhotographies de gauche et du dessous : « Charmant clavecin Italien Largeur d'octave de 17 cm Un clavier de 45 touches 2 jeux de 8 pieds ? ? Tessiture: 3 octaves et une sixte C/E-do3 (octave courte) Touche en placage d'ébène comportant une incrustation en argent en forme de coeur. Les feintes sont en buis gravées d'un motif de losanges. La première touche le C/E grave porte l'inscription suivante: «Gio. ...Batt (?) 1686 ?» Peut être Giovanni Battista GUISTI (?) (entre 1624 et 1693) élève de ZENTI. Une étiquette portant l'inscription «Di Proprieta del D'ETORRE BORSELLI» La table d'harmonie, en pin, présente un décor polychrome de fleurs, et de papillons. (Fin 19ème) La rosace en parchemin finement ajouré représente une étoile. Deux tiroirs sont logés sous le cadre du clavier (transformation de la fin du 19ème, début 20ème siècle) Les faces externes de la caisse, du couvercle et du portillon sont ornées d'une guirlande de fleurs et feuillages or sur fond vert pailleté or à l'imitation des laques de Chine. Par certains endroits une peinture, couleur bleue de France apparaît. La serrure est d'époque. Les charnières ne sont pas d'origine. Les faces internes du portillon, de la caisse au dessus de la table d'harmonie, le pourtour du clavier et le chapiteau, sont ornés d'une peinture couleur bordeaux. La face interne du couvercle présente une scène mythologique Diane sortant du bain. A la pointe du couvercle, caché dans la végétation, Actéon observe la scène. Restaurations Piétement de style Louis XV peint en vert Longueur: 202 cm Largeur: 79,70 cm Hauteur de caisse sans couvercle: 24 cm Probablement ancienne collection Marcel Salomon. » © Catalogue.

ClavecinXVIIepeinture.gifVente Eve, Mobilier et objets d'art, du vendredi 5 décembre à Richelieu-Drouot (Paris).

BureauXVIIe.jpgPhotographie de gauche : « 183 Très beau BUREAU dit MAZARIN en marqueterie Boulle dite «en première partie» de laiton et placage d'ébène à décor géométrique de volutes et d'entrelacs. Il ouvre en façade à six tiroirs et un caisson. Il repose sur huit pieds gaines réunis par deux entretoises mouvementées en X Époque Louis XIV Haut 79 cm - Long 111 cm - Larg 64 cm. » © Catalogue.

CoiffeuseHomlme1erEmpire.jpgPhotographie de droite : « TABLE de SALON formant COIFFEUSE D'HOMME en acajou et placage d'acajou mouluré, de forme rectangulaire reposant sur quatre pieds gaine terminés par des griffes de lion et roulettes. Elle ouvre en façade par quatre tiroirs simulant six. Plateau basculant découvrant un intérieur en tôle laqué noir aménagé de compartiments Le revers du plateau foncé d'un miroir Estampilles JD sous les traverses pour François-Honoré-Georges JACOB dit JACOB-DESMALTER (1770-1841) Époque Empire Haut.: 76 cm - Larg.: 63 cm - Prof.: 42 cm. » © Catalogue.

Vente Marc-Arthur Kohn, Archéologie art médiéval et de la renaissance très bel ameublement & objets d’art XVIIe - XVIIIe et XIXe siècles, du dimanche 7 décembre à l'Hôtel Le Bristol (Paris).

Flore.gifPhotographie de gauche : « FLORE Attribué à René FRÉMIN (Paris, 1672-Paris, 1744) France, début du XVIIIe siècle Matériau Terre cuite H. 160 cm, L. 80 cm Déesse des fleurs, symbole du renouveau du Printemps, Flore est présentée s'avançant, à demi-nue, coiffée d'une couronne de fleurs et arborant un large sourire. La jeune femme, aux lignes souples et animées, affiche une silhouette tout en fraîcheur et en vivacité. Sa pose adopte un léger déhanchement marqué par le mouvement de ses jambes, le geste gracieux de la main droite ainsi que sa tête tournée lui confèrent une attitude joyeuse et dansante. Ce dynamisme est renforcé par le traitement fin et nerveux des plis du drapé qui lui couvre une partie de son corps et s'enroule autour de sa jambe gauche. Le modèle en marbre fut commandé par la Direction des Bâtiments du Roi en 1706 pour orner la Cascade Champêtre (ou Cascade rustique) du Parc du Château de Marly (fig. 1) aménagée dès 1700 dans le Bosquet du Levant. Cette cascade fut transformée dès 1706 en grand escalier d'eau entrecoupé de paliers sur lesquels se dressaient en alternance six statues de marbre blanc et huit vases en plomb. Les statues s'inscrivaient dans un cycle des divinités champêtres constitué, outre Flore de Frémin (fig. 2), de L'Air de Philippe Bertrand (Musée du Louvre, inv. RF 266), Pomone de François Barois (Musée du Louvre, inv. RF 268), Vertumne de Sébastien Slodtz (aujourd'hui à l'Assemblée Nationale), Pan de Robert Le Lorrain et L'Eau de Jean Thierry (toutes deux disparues). René Frémin livra sa Flore en 1709, transférée en 1801 à la Malmaison pour y figurer sur la façade du château avant d'entrer au Musée du Louvre en 1877 (fig. 3). Notre oeuvre illustre le mouvement qui apparaît dans la sculpture au début du XVIIIe siècle. La gaîté et la joie s'affichent pleinement et sont présentes dans d'autres oeuvres de René Frémin, comme La Compagne de Diane, réalisée également pour Marly (fig. 4) où l'on retrouve ce large sourire, marque spécifique au sculpteur. Elève de François Girardon et d'Antoine Coysevox, René Frémin reçut le Prix de Rome en 1694 et travailla pour la Couronne à Rambouillet, Versailles et Marly. En 1721, il part pour la Cour d'Espagne où le souverain Philippe V lui commande l'ornementation des jardins de la Granja près de Ségovie. De retour en France en 1738, il devient Directeur de l'Académie royale de Peinture et de Sculpture et obtient le titre honorifique de Conseiller-Secrétaire du Roi, Maison, Couronne de France et de ses Finances. Devant le succès du sujet, Frémin réalisa des modèles en terre cuite et en marbre. Le Corcoran Gallery of Art de Washington conserve un exemplaire en marbre signé FREMIN AN°1709, un autre est mentionné dans la collection du Baron de Rothschild en 1881 provenant du Château de Ménars, propriété de la Marquise de Pompadour. En terre cuite, citons une Flore datée de 1725 dans la collection Hankar et une autre signée R. FREMIN Ft. 1732 appartenait à la collection Bernard Steinitz à Paris. » © Catalogue.

Vente Alde SVV, Livres anciens du XVe au XIXe siècle, du lundi 8 décembre, Salle Rossini (Paris).

Photographies ci-dessous : Reliures d'époque XVIIe (le deux de gauche) - XVIIIe siècles. © Catalogue.

Reliures.gifRetrouvez toutes les ventes aux enchères ici : INTERNATIONAL Artvalue Christie's •  Sotheby's • FRANCE • Interencheres Auction • PARIS • Drouot Artcurial Piasa Tajan