Cheveux courts

talmacinnarecadre300clairPhotographie : Gravure d'époque 1802, représentant le comédien Talma dans Cinna, pièce de Pierre Corneille (ici marquée de Racine).

J'ai à plusieurs reprises dans ce blog fait des allusions aux cheveux courts de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe qui marquent une rupture abrupte avec la coutume précédente des perruques, cheveux longs et hautes compositions formant de véritables monuments au-dessus des têtes féminines. 'Chevelures en porc-épic', 'coiffures à la victime', 'coiffures à la Titus' … sont alors adoptées par la jeunesse des deux sexes. C'est, paraît-il, l’acteur François-Joseph Talma (1763 - 1826) qui met à la mode cette coupe pour les hommes ; dans un élan qui demeure jusqu'à aujourd'hui, avec des exceptions aux époques romantique, hippie et par la suite. Les femmes l'adoptent aussi, mais seulement pour quelques années ; avec des retours dans les années folles et ensuite. Les cheveux courts ne sont pas la seule mode du début du XIXe siècle qui influence toute la mode masculine jusqu'à nos jours. La silhouette reste aussi semblable et bien différente de celles des XVIIe et XVIIIe siècles et même avant.

tuniquejuiveestampeetdetail300Photographie : Planche 487 de 1802 provenant du Journal des Dames et des Modes avec comme inscriptions au-dessus : 'Costume Parisien' et en dessous : 'Tunique Juive en Guinée.' Dans le chapitre consacré au Consulat et à l'Empire de son Histoire de la mode en France de 1858 (ce livre est consultable sur : books.google.com), Émile de La Bédollière écrit au sujet de ce genre de tunique : « Au commencement du Consulat subsistait encore l'usage des robes transparentes, qu'un écrivain compare à l'onde qui voile les baigneuses. En l'an XI (1802), on mettait par-dessus les robes des tuniques juives d'organdi ou de soie, bleu de ciel, gros bleu, rayé ou couleur de chair. » Plus loin, dans ce même chapitre, l'auteur fait référence à la coiffure 'à la Titus' : « La titus avait fait de tels ravages, qu'on ne voyait point dix femmes sur mille qui eussent conservé leurs cheveux ; elles avaient recours aux tours ou cache-folies, aux postiches en tortillons, et aux perruques à raies de chair, inventées à propos par Tellier, coiffeur, rue ci-devant Richelieu, en face le théâtre de la République. »

chebeuxcourts500Photographie : 'Chevelure en porc-épic' et 'cheveux à la Titus' (voir : Récapitulatif de l’exposition Modes anciennes - suite -) à la mode à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe.

Raffel Pagès 07/10/2010 11:35



Bonjour chers amis ,


je aimerais avoir une adresse pour vous envoyer un beau livre-catalogue préfacé par maya Picasso , fille aînée du célebre artiste , de ma exposition Art Coiffure à la cathédrale de Barcelone .


Salutations respectueuses


Raffel Pagès



PAGÈS RAFFEL 02/03/2010 14:46



Un très beau et bon document , difficile à le trouver pour l´acheter !
Un gros merci pour me l´avoir envoyé .
Respectueusement
Raffel Pagès



La Mesure de l'Excellence 03/03/2010 00:02



Bonjour,


Je suis heureux de voir qu'une personne ayant un grand groupe de salons de coiffure comme vous s'intéresse à ce fabuleux héritage de la mode que nous avons. J'ai vu
aussi que vous êtes collectionneur. Peut-être pourrions-nous ensemble un jour présenter une exposition dans un de vos lieux ! La plupart de ma collection est sur http://www.lebonton.com avec certaines pages spécialisées : http://www.lamesure.fr/rubriques/modescoiffures.html ; http://www.lamesure.fr/rubriques/modestoilette.html ; http://www.lamesure.fr/rubriques/modesperiodiques.html etc.


Avec mes salutations distinguées


LM











Merveilleuses & merveilleux