Astrée

Photographie : Portrait d'Honoré d’Urfé comte de Châteauneuf (1567-1625), auteur du roman pastoral L'Astrée. Cette estampe au papier du XVIIe siècle (sans doute d'un tirage de la fin de ce siècle) qui semble avoir un filigrane aux armes d'Amsterdam est la même que celle conservée au château de Versailles (www.photo.rmn.fr) sous le numéro d'inventaire : invgravures7010. Il est indiqué en bas de l'estampe qu'elle est gravée d'après Van Dyck Antoon (1599-1641) par Pieter de Bailluc sous la direction de Jean Meysens. Cette dernière information a été effacée par grattage dans l'exemple présenté ici ; mais reste assez visible pour savoir qu'il s'agit bien du même texte que celui de l'estampe conservée à Versailles qui a une grandeur identique ; ici : 258 x 201 mm (au coup de planche), mais un peu plus découpée.

Comme je l'ai déjà écrit dans un autre article, Astrée (ou Astrapé) est, dans la mythologie de l'antiquité grecque, la déesse de la Justice. Elle est la dernière des immortelles à rester parmi les hommes à la fin de l'Âge d'Or avant de fuir l'humanité devenue corrompue. De même que certaines traditions gardent aujourd'hui encore des récits de civilisations cachées, au XVIIe siècle on pense que des réminiscences de l'Âge d'Or sont conservées dans des endroits bucoliques épargnés par la grossièreté. Là y règne la félicité, le bonheur, la justice, la bonté, la beauté, le plaisir, la joie de vivre, la sagesse ... ; et certains demi-dieux y séjournent : camènes, dryades, naïades, nymphes, oréades, satyres, sylphes, sylphides, sylvains ... Dans L'Astrée, Honoré d'Urfé (1567-1625) relate un de ces mondes, à la géographie réelle : le Forez, où les nymphes côtoient les bergères et les bergers (dont Astrée et Céladon), les dames et les chevaliers, le tout imprégné d'une sagesse antique vers laquelle on est guidé par des temples naturels ou de pierre dédiés à l'Amour et d'autres dieux.

La première partie de L'Astrée consultable sur : http://gallica.bnf.fr/ commence ainsi : « Auprès de l’ancienne ville de Lyon, du côté du soleil couchant, il y a un pays nommé Forez, qui en sa petitesse contient ce qu’il y a de plus rare au reste des Gaules… »
Merveilleuses & merveilleux