Bureau, Cabinet, Secrétaire, Bonheur-du-jour.

Ceux qui aiment écrire et travailler dans de bonnes conditions savent combien le mobilier de bureau est important. Au XVIIIe siècle, plusieurs meubles servent à ces usages.

LE BUREAU. Il peut être plat, à caissons, de pente, dos-d'âne, à gradin, à cylindre, Mazarin ... et de différents styles. L'origine du mot « bureau » provient, comme pour la « table de toilette », d'une étoffe. Dans ce cas, il s'agit d'un tissu de bure ou d'une autre matière protectrice que l'on place sur une table afin de travailler. Par extension le meuble même s'est appelé 'bureau'. Comme la toilette sert au Moyen-âge à envelopper des objets délicats dont ceux pour la toilette afin de les ranger puis de les exposer tout en les protégeant du support, la bure a le même usage mais pour des objets de travail beaucoup moins fragiles (cahiers, règles ...) pouvant être salissants comme les plumes et autres encriers. Aujourd'hui encore on nomme 'bureau' un drap de laine brune. Au XIIe siècle, on désigne par burel ou buriaus une étoffe grossière et sans doute déjà (de façon sûre au XIVe siècle) un tapis sur lequel on fait des comptes et la table qui sert à cette fonction, puis le lieu où on se retire pour cela (c'est attesté au XVe siècle).

LE CABINET. Comme pour 'bureau', le terme de 'cabinet' indique au moins depuis le XVIIe siècle (des sources affirment qu'il apparaît à la Renaissance) tout à la fois un meuble et une pièce. Dans la définition du mot 'cabinet' de la première édition du Dictionnaire de L'Académie française (1694) on lit : « CABINET. s. m. Lieu de retraite pour travailler, ou converser en particulier, ou pour y serrer des papiers, des livres, ou quelque autre chose, selon la profession ou l'humeur de la personne qui y habite. Grand cabinet. petit cabinet. cabinet à cheminée. le cabinet du Roi. le cabinet de la Reine. Huissier du cabinet. un cabinet de peintures, de tableaux, d'armes, de curiosités, de raretés, d'antiques. pièce de cabinet. [...] Il veut dire encore, Une espèce de buffet à plusieurs layettes ou tiroirs. Cabinet d'Allemagne. cabinet d'ébène, d'écaille de tortue &c. pied de cabinet. »

LE SECRETAIRE. Il semblerait que déjà au XVIIe siècle le terme de 'secrétaire' désigne un meuble. De façon certaine il est écrit dans le Dictionnaire de l'Académie française de 1798 : « On appelle aussi Secrétaire, un Bureau où l'on écrit et où l'on renferme des papiers. J'ai laissé ce papier dans mon secrétaire. »

LE BONHEUR-DU-JOUR. Le bonheur-du-jour est un meuble moins ancien, inventé au XVIIIe siècle, destiné à l'écriture et plus spécifiquement aux dames. Plus petit il est aussi beaucoup plus léger et facile à déplacer. Il peut remplir des fonctions variées selon son emplacement : petit secrétaire, table de chevet, coiffeuse, meuble d'exposition ...

Je ne fais ici qu'approcher rapidement le sujet. Le site de la Galerie Wanecq propose un choix de qualité de mobilier de bureau d'époque XVIIIe dont les photographies présentent quelques exemples.

Photographie 1 : Bureau plat a gradin d'époque Louis XVI « à caissons en acajou, ouvrant par cinq tiroirs en façade. Il est surmonté d'un gradin amovible à rideaux découvrant deux rangées de casiers. Le plateau à tirettes latérales est gainé de maroquin brun foncé. Mouluré sur ses quatre faces, ses montants ornés de larges cannelures, il repose sur des pieds gaines à pans coupés terminés par des sabots en bronze doré. »

Photographie 2 : Bureau de pente d'époque Louis XV, estampillé Jacques-Philippe Carel, avec une marqueterie de branchages fleuris dans des encadrements d’amarante sur fond de satiné. « Il ouvre par un abattant découvrant six tiroirs, deux tablettes et un plateau coulissant à secret. La ceinture comporte quatre tiroirs dont un à caisson renfermant un coffre. Il repose sur des pieds cambrés. Sabots et entrées de serrure en bronze doré. Estampille de Carel sous la ceinture. »

Photographie 3 : Secrétaire d'époque Transition Louis XV – Louis XVI, estampillé Léonard Boudin. Il est « plaqué de bois de rose marqueté sur trois faces [...] de branchages fleuris et feuillagés, en bois de violette dans des encadrements de buis sur fond d’amarante. Il ouvre par un tiroir dans sa partie supérieure et un abattant découvrant quatre tiroirs, trois casiers. Deux vantaux dans sa partie basse. Montants à pans coupés, petits pieds cambrés. Ornementation de bronze doré telles que des chutes sur le haut des montants, des rosaces, des entrées de serrures à nœud de ruban et des sabots. Plateau de marbre en brèche d’Alep ».

Photographie 4 : Bonheur du jour d'époque Louis XVI « en placage de bois de rose et amarante à décor marqueté de motifs géométriques encadrés de filets de buis et d’ébène. Le plateau à pans coupés comporte un tiroir en ceinture et supporte un gradin ouvrant à deux portes surmontées d’un tiroir, marqueté d’entrelacs. Piétement en gaine réuni par une tablette d’entrejambe. Ornementation de bronzes dorés ... ». « Digne héritier du bureau de pente ou « dos d’âne » d’époque Régence et Louis XV, le bonheur du jour est un meuble précieux exécuté avec les plus grands soins. Petit meuble à écrire, servant parfois pour la toilette, il est généralement plaqué d’essences rares, comme les bois de rose, amarante, citronnier… et marqueté de motifs géométriques.»

le petit cabinet de curiosites 01/02/2009 16:26

J'adore le concept de bonheur du jour féminin. Le mot est déjà une invitaition

Merveilleuses & merveilleux