2500 mécènes font leur inventaire à Vaux le Vicomte

1302.8MarieMadeleinedeCastille-LeBrun(PhotoAtelier13)300Photographie de gauche : « Portrait allégorique de Marie-Madeleine de Castille (Madame Fouquet), ateliers de Charles Le Brun. » © Association des amis de Vaux-le-Vicomte.

Photographie de droite : « Portrait du Maréchal de Villars, École française du 18ème siècle, à la manière de Hyacinthe Rigaud. » © Association des amis de Vaux-le-Vicomte.

Nicolas Fouquet (1615 – 1680), surintendant des finances du Roi, fait construire le Château de Vaux-le-Vicomte de 1656 à 1661. Cet édifice marque le Grand Goût français du XVIIe siècle. Son propriétaire fait appel aux plus grands artistes de son temps, avec une somptuosité que Louis XIV n'apprécie guère. Pour bâtir son château il débauche Louis Le Vau (1612-1670) nommé peu avant premier architectePORTRAIT-DU-MARECHAL-DE-VILLARS-Vaux-le-Vicomte300 du Roi. Pour les décors il fait appel au peintre Charles Le Brun (1619-1690), fondateur (avec Philippe de Champaigne) de l'Académie royale de peinture (1648). Le jardin  est confié, dès 1653, à André Le Nôtre (1613-1700) contrôleur général des bâtiments du roi (1657). Il semblerait que dans le même temps Louis XIV fait appel aux mêmes pour agrandir le château de Vincennes, puis par la suite pour construire celui de Versailles. Il est difficile de dire lequel de ces deux grands protecteurs des arts que sont Nicolas Fouquet et Louis XIV appuie le premier et avec le plus de force ce nouvel élan artistique ; ce qui est sûr, c'est que le Roi voit rapidement en son surintendant des finances extrêmement riche un rival.

Le Château de Vaux-le-Vicomte est un domaine privé ouvert au public. L'Association des amis de Vaux-le-Vicomte « forte aujourd'hui de 2500 membres, réunit tous ceux qui désirent contribuer à la préservation et à la renommée de ce chef-d'oeuvre de l'architecture et de l'art du jardin du XVIIe siècle : Vaux le Vicomte. » Du 28 septembre au 3 novembre 2013, les plus belles œuvres acquises par cette association depuis sa création il y a trente ans sont exposées à l'oratoire du château de Vaux le Vicomte.
Photographie du dessous : Tapisserie faisant partie d'un ensemble du début du XVIIe siècle relatant l'histoire d'Aminte et de Sylvie, inspirée de la pastorale Aminta, de l'Italien Torquato Tasso (le Tasse), rédigée en 1573. © Association des amis de Vaux-le-Vicomte.TAPISSERIE-AMINTE-ET-SYLVIE-2-500