Environnements naturels

Les articles sur la perte de notre environnement naturel sont de plus en plus nombreux et correspondent à la réalité sur le terrain. Dans ce blog, j'ai écrit plusieurs articles sur mes promenades dans les forêts d’Île-de-France. J'ai aussi plusieurs fois exprimé la tristesse, voire l'horreur, que suscite en moi l'expansion toujours grandissante du béton et du goudron. Pour les personnes qui s'intéressent à l'architecture, on la lit dans les paysages d'année en année, en particulier à partir des années 1970 jusqu'à aujourd'hui.

J'en parle après la lecture de cet article : Quelles sont les intentions du gouvernement pour agir contre les causes du déclin de la vie sauvage ? Dans ma dernière promenade, j'ai pu constater qu'à côté de la gare d'où je suis parti, qui se trouve près de la Seine, il y avait de nombreux espaces naturels et des terrains vagues où grouillaient des espèces végétales diverses ; en à peine deux ans tout cela a été détruit par la construction d'immeubles 'modernes'. Et lors de ma promenade, j'ai pu me rendre compte qu'après le bétonnage et le goudronnage, la dernière touche était donnée par des ouvriers municipaux enlevant méticuleusement les dernières petites herbes sauvages encore présentes dans les recoins.

Ce ne sont pas les lois pour la biodiversité qui empêcheront réellement cela. C'est mieux que rien, mais vraiment pas grand chose. Des 'mesures d'annonce' comme on dit. La situation est catastrophique. Lors de ma dernière promenade, alors que j'étais en plein milieu d'une forêt de plus de trois mille hectares, j'entendais des sirènes. J'en ai compté onze différentes s’étalonnant sur toute ma promenade dans cette forêt, sans compter les bruits d'avion, etc.

Dans un autre article, j'ai dernièrement lu que les espaces agricoles ont continué de rétrécir ces derniers mois. Déjà que l'agriculture industrielle a immensément appauvri la biodiversité ainsi que les sols et pollué l'eau, même les espaces de terre se réduisent. Je n'ai pas retrouvé cet article, mais en voici d'autres : L’urbanisation avale la surface agricole d’un département tous les 6 ans, Chaque seconde, 26m² de terres agricoles disparaissent en France.

Ci-dessus à gauche, photographie de fleurs de la plante appelée « pulmonaire », qui est bonne pour les poumons.

Ci-dessous, photographie d'un chevreuil que j'ai prise au mois de mai de cette année dans une forêt d’Île-de-France.