Démocratie culturelle

La démocratie est le pouvoir donné aux citoyens. Cela ne peut fonctionner que si la majorité n’est pas corrompue, et que ceux-ci souhaitent le bien commun avant le leur. Si ce n’est pas le cas, ce gouvernement mène à la tyrannie, c’est-à-dire à une prise de pouvoir personnelle ou de quelques-uns, qui se justifie d’autant mieux que le peuple est relâché et dissolu. Déjà Platon l’écrit dans son ouvrage intitulé ultérieurement La République. Ces pouvoirs totalitaires peuvent tout d’abord s’affirmer en tant que supérieurs, d’une supériorité morale, intellectuelle, spirituelle ou autre, comme le font les religions, certaines organisations, etc. Cet état de fait n’est pas nouveau. Quand la base est corrompue, ces puissances ont d’autant plus de facilité à émerger et se maintenir… Elles s'appuient même sur cela, comme aujourd’hui. Quel est le gouvernement idéal ? C’est le gouvernement sur soi-même : Être maître de soi, libre et responsable. Cette appréhension de la liberté et de la responsabilité individuelles passe par l’éducation et la culture.

Les institutions culturelles ont donc un rôle majeur à jouer. Pour cela, elles doivent être libres, c’est-à-dire en dehors de contraintes idéologiques, d’argent ou autres. L’excellence doit être leur objectif et la démocratie leur socle. Aujourd’hui, cela est loin d’être le cas.

Prenons l’exemple des musées. Ceux-ci sont en partie dirigés par des conservateurs, qui ne sont pas supposés être des imbéciles, mais au contraire des gens pointus dans leur domaine, passionnés et, comme leur nom l’indique, préoccupés par la conservation du patrimoine culturel. On pourrait croire que ces instances fonctionnent donc merveilleusement. Seulement voilà, la démocratie y étant inexistante, ce n’est pas le cas.

Le Musée du Louvre est en cela aujourd’hui exemplaire. Toutes les grandes décisions le concernant sont prises par seulement quelques dirigeants et surtout par des pouvoirs qui lui sont extérieurs, comme les gouvernements. C’est ainsi qu’on été prises des résolutions aberrantes comme la création du Louvre Abu Dhabi, l’externalisation des réserves du Louvre à Pétaouchnok (en l’occurrence à Liévin), la création d’un grand centre commercial en son sein, le saccage de ses bâtiments, etc.

Quand je dis que les bâtiments du Louvre ont été saccagés, c’est à peu près le cas pour la plupart des musées et bibliothèques installés dans des édifices anciens ‘modernisés’ (on dit généralement ‘rénovés’ pour faire passer la pilule), ce qui consiste souvent en un massacre… Il arrive même, et les exemples sont nombreux, qu’on ne laisse subsister que les façades. Il peut sembler étrange que des conservateurs et autres personnes en charge de notre patrimoine laissent ainsi détruire ce patrimoine. La démocratie culturelle étant inexistante, ils ne semblent pas avoir leur mot à dire. Le problème est peut-être aussi dans la formation de ces personnels. Sont-ils choisis pour leur excellence, leur liberté et leur responsabilité ? Je le répète, ce qui fait la démocratie, ce sont les gens avant les structures.

Certains diront que la démocratie est une utopie, que la majorité des êtres humains n'a pas cette volonté virile d'être libre et responsable. Dans ce cas, il n'y aurait pas d'autre choix que d'instituer une aristocratie dirigeante, comme le suggère Platon. Celle-ci se caractériserait alors par ses résultats, apportant la paix, la liberté, la solidarité, la sécurité, l'égalité, etc. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.