Sites éternels De Bâmiyân à Palmyre Voyage au cœur des sites du patrimoine universel

En ce moment, l'offensive 'culturelle' du gouvernement français en faveur du patrimoine moyen-oriental est quelque peu déroutante. Il en est question déjà dans cet article.

Depuis cet article s’est ajoutée la Conférence internationale sur la protection du patrimoine culturel en péril organisée par la France à Abu Dabi (Émirats arabes unis). Faire une telle conférence à Abu Dabi c’est un peu comme en faire une sur la haute gastronomie dans un Mac Donald. Ces sont les Émirats arabes unis, l’Amérique et certains pays européens qui sont à l’origine des problèmes en Irak, Syrie et Afghanistan, il me semble. On s’est servi des organisations caritatives à des fins politiques, maintenant on se sert aussi de la culture.

Vouloir nous faire croire que les Émirats arabes unis sont des défenseurs du patrimoine mondial est aussi gros que de nous dire que la République populaire de Chine est une grande et honorable démocratie ou que les États-Unis sont un pays qui organise la paix dans le monde (Obama prix Nobel de la paix). Les Émirats arabes unis ne font pas tout cela par altruisme. Leur but est de mettre en avant l’Islam.

Prenons l’exemple du Louvre. Ce musée a reçu de l’argent, beaucoup d’argent, des Émirats arabes unis, pour la création d’un musée à Abu Dabi (voir l’article Y-a-t-il de la corruption au Louvre ?). De toute évidence, dans le contrat, il y avait la création d’un nouveau département au Louvre : celui des Arts islamiques. C’est le seul département du Louvre qui désormais fait directement référence à une religion (voir ici).

Comment prendre au sérieux la politique culturelle de la France aujourd’hui ? Finalement, cette conférence internationale sur la protection du patrimoine culturel en péril, le Louvre Abu Dabi et le département des Arts islamiques du Louvre aident l’Islam à s’implanter dans le monde. Car il s’agit bien là de la promotion d’un islam universel, et cela par la France. Le plus ironique c’est que dans le même temps celle-ci soi-disant combat l’islamisme ; ce qui est loin d’être vrai quand on voit avec quelle rapidité celui-ci a crû depuis que l’Occident s’est engagé en Syrie, etc.

Pour revenir à la conférence, on peut lire ici que « François Hollande a confirmé que le siège du fonds financier serait à Genève et que l'objectif était de réunir au moins 100 millions de dollars (93,7 millions d'euros), dont 30 seront versés par la France. » Voilà donc une initiative française organisée à Abu Dabi sous la tutelle de l’Unesco (donc des États-Unis) avec de l’argent conservé en Suisse, paradis fiscal, et en partie donné par un état français qui croule sous sa dette ! On dépasse la loufoquerie pour entrer dans le domaine de la mascarade infernale. Et puis c’est triste de voir à quel point la politique étrangère française est devenue navrante. La France aurait pu ne pas suivre la politique américaine au Moyen Orient et en Afghanistan ; elle aurait pu organiser la sauvegarde de ces patrimoines de manière indépendante en se focalisant, plutôt que sur l'argent, sur l'humain, sur l'intelligence... enfin sur les innombrables autres richesses qu'il nous faut développer si nous voulons assurer un avenir prometteur...

Mais cela n'empêche pas d'aller voir l' exposition  gratuite  organisée au Grand-Palais de Paris, jusqu'au 9 janvier 2017, par la  Rmn-Grand  Palais  et  le  musée  du  Louvre,  sous  le patronage  de  l’Unesco,  sur le patrimoine de grands  sites archéologiques aujourd’hui dans des zones à risque, en Afghanistan et au Moyen Orient.

L'impression que j'en ai eue c'est qu'il s'agit d'une action de communication afin de redorer le blason de l'action culturelle du Gouvernement. Aujourd'hui la politique c'est un peu « Chauffe Marcel ! ».

L'exposition n'est pas très grande. Elle couvre trois pièces : une petite, une grande et une moyenne. Elle débute dans la petite salle. On peut y lire un texte de la directrice générale de l'Unesco et un autre du président-directeur du musée du Louvre, et voir une vidéo de la destruction de statues géantes de Bouddhas à Bâmiyân en mars 2001. Au sujet des destructions de patrimoines en Asie : Il y a quelques années de cela, à Katmandou, un tibétain me montrait un article sur la destruction récente au Tibet par la République populaire de Chine d'une grotte ayant vu passer de nombreux saints, et particulièrement importante dans la culture tibétaine. Rappelons que la République populaire de Chine a détruit plus de 80% du patrimoine de ce pays, et cela dans l'indifférence des gouvernements français. Je connais bien la question tibétaine, m'y intéressant depuis plus de trente ans. Sans doute d'autres exemples pourraient être cités de destructions dans d'autres pays, passées sous silence. En tout cas, ce qui s'est passé au Tibet a vraiment été une horreur.

Revenons à l'exposition. Dans la seconde salle, la plus grande, des projections rappellent les situations périlleuses de quatre sites : Khorsabad, Palmyre, la Mosquée des Omeyyades de Damas et le Krak des Chevaliers. Dans la dernière pièce des documents offrent quelques informations sur l'importance de ces sites. Tout cela reste succinct et rapide. On apprend que ces sites sont en danger non seulement par quelques destructions voulues et la constitution d'un réseau de vente d'objets d'art, mais aussi parce qu'ils sont au milieu des affrontements.

On en vient à se poser la question si vraiment les islamistes se sont acharnés sur ce patrimoine, et si les exactions n'ont pas été orchestrées par l'Otan afin de légitimer sa présence ?

Ajoutons que le musée du Louvre-Lens présente aussi du 2 novembre 2016 au 23 janvier 2017 une exposition consacrée à la Mésopotamie, « située pour l’essentiel en Irak actuel, berceau de l’économie moderne et de l’écriture, L’Histoire commence en Mésopotamie. »

Enfin, comme il n'est pas nécessaire d'appartenir à une religion pour prier, prions pour que la guerre se termine dans ces pays, et dans le monde, pour que l'on en finisse avec le nucléaire et les pollutions (toutes les pollutions), pour un monde de paix, d'harmonie, d'intelligence, de beauté et de liberté !

Ci-dessous photographies que j'ai prises de l'exposition.

Le griffon est le gardien des trésors !