Espèces d’ours

Dernièrement je lisais un article (voir ici) sur l’extinction de l’ours des cavernes (Ursus spelaeus) du fait de son régime végétalien. Étant végétarien depuis plus de vingt ans, et connaissant le végétalisme, cela m'a interpellé. Heureusement l’exposition Espèces d’ours, qui a lieu du 12 octobre 2016 au 19 juin 2017 au Jardin des Plantes, prouve le contraire. On y apprend que cet ours préhistorique apparut en Europe il y a environ 150 000 ans, et disparut il y a 28 000 ans. 122 000 ans d’existence c’est plutôt un signe de bonne santé, non ? Ensuite son extinction correspondit à celle de nombreux autres grands animaux préhistoriques à cette époque. L’exposition évoque des changements climatiques en étant la cause. Enfin se haute stature et sa masse musculaire prouve au contraire qu’en étant essentiellement végétalien on peut être en très bonne santé !

Évidemment contempler de très nombreux ours empaillés, donnant un ou plusieurs exemples de toutes les espèces existantes sur notre terre, n’est pas vraiment dans l’esprit du végétalisme. Mais ces objets sont anciens (pas d’animaux tués récemment) avec certains s’inscrivant même dans l’histoire des sciences de la nature.

Comme le stipule le dossier de presse : « plus d’une centaine d’objets issus des collections du Muséum mais aussi prêtés par des institutions extérieures sont présentés dans l’exposition. Parmi eux, il y a 25 spécimens d’ours naturalisés (22 issus des collections du Muséum national d’Histoire naturelle, 3 prêtés par le Muséum de Toulouse) et plus d’une vingtaine de pièces ostéologiques, dont 3 squelettes complets d’ours. »

Cette exhibition donne des renseignements sur la vie de ces animaux et le regard que l’on porte sur eux. L’exposition sur le fleuve Amour qui a eu lieu au début de l’année 2016 au quai Branly (voir ici) montrait l’importance de l’ours dans les cultes chamaniques dans des régions où il est présent.

Photographie ci-dessous : Pas si rassurant ce végétalien d’ours des cavernes préhistorique.

Photographie ci-dessous : Ceux-là sont plus rassurants.

Espèces d’ours est donc à voir, en particulier pour les jeunes (même si il n’y a aucun gros ours en peluche à dorloter). Cette exposition est cependant moins bien que la précédente Sur la piste des grands singes, qui nous plongeait en pleine forêt vierge grâce à une mise en scène astucieuse. Et puis surtout c’est cher pour un musée public : « Espèces d’ours ! + Grande Galerie de l’Évolution - billet couplé : 11/9 € » ou « Galerie des Enfants + Grande Galerie de l’Évolution + Exposition Espèces d’ours ! - offre triple : 13/11 € ». Le prix c’est important.

Mais le jardin des plantes est un lieu plein de magie et d’histoire… naturelle. L’exposition Précieux vélins : Trois siècles d’illustration naturaliste, au Cabinet d’Histoire du Jardin des Plantes, qui se prolonge jusqu’au 2 janvier 2017, est moins chère (3/1 €), mais aussi moins importante : « Plus de 40 vélins originaux sont exposés, renouvelés chaque mois en raison de leur fragilité, soit près de 150 vélins durant les trois mois d’exposition. »

Photographies ci-dessous prises à côté du Cabinet d’Histoire du Jardin des Plantes.