Quel Moyen Âge pour Chateaubriand ? 

Depuis le 6 octobre, le Conseil départemental des Hauts-de-Seine propose sur Internet le documentaire : Quel Moyen Âge pour Chateaubriand ? disponible en ligne à l’adresse chateaubriand-moyenage.fr

Dans le prolongement de ce documentaire interactif, une exposition se déroule jusqu'au 13 décembre au Domaine départemental de la Vallée-aux-Loups - Maison de Chateaubriand à Châtenay-Malabry (à trente kilomètres de Paris) avec vingt-six œuvres (peintures, dessins, estampes) venant compléter celles déjà présentes.

« Avec la parution du Génie du Christianisme en 1802, Chateaubriand est devenu aux yeux du public le restaurateur de « la vieille église gothique » et l’un des initiateurs du retour vers le Moyen Âge qui fleurira tout au long du XIX e siècle. »

Le sujet n'est pas du tout anodin. Le retour au Moyen Âge est présent dans plusieurs courants artistiques et littéraires, en particulier sous Louis-Philippe (1830-1848) et la Seconde République (1848-1852), ce dont je parle dans mon livre Les Petits-maîtres de la mode : les romantiques nouvelle France, les jeune France Moyen Âge, les coloristes, les fantaisistes... C'est le temps des sylphides, dames blanches et de la 'couleur locale'... Certains jeunes vont jusqu'à s'habiller et vivre comme à l'époque médiévale...

Alors que la Révolution s'inspire des Lumières et de l'Antiquité, Chateaubriand (1768-1848) et ses amis préfèrent puiser dans le Moyen Âge qui est un temps où la France se définit et domine de sa stature tout l'Occident notamment avec le Gothique appelé alors 'Art français' dont les traces sont toujours vivaces dans nos grandes villes.

La maison de la Vallée-aux-Loups possède dans son architecture même des références au Moyen Âge. Il s'agit d'un très bel endroit que la direction du lieu fait vivre à travers des objets d'exception présentés dans le contexte du temps. Ceux qui apprécient les merveilleuses y trouveront de nombreuses traces de Mme Récamier (1777-1849). Les romantiques et amoureux de Chateaubriand seront évidemment eux aussi ravis.

« Située à quelques kilomètres de Paris, à Châtenay-Malabry, la Vallée-aux-Loups offre à Chateaubriand de 1807 à 1817 une demeure à l’écart de la scène politique. A l’automne 1807, l’auteur s’installe avec son épouse Céleste dans ce qui n’est alors qu’une maison de jardinier, à laquelle il va donner une empreinte toute personnelle. C’est là en effet que s’exprime toute la dimension de l’homme, à la fois écrivain, homme politique, voyageur et botaniste. Il y écrivit quelques-uns de ses ouvrages majeurs et commença la rédaction des futurs Mémoires d’outre-tombe. La demeure restitue l’atmosphère d’une « chartreuse » romantique telle que l’a connue Chateaubriand. »

Première photographie : Le château de Combourg par Hubert Clerget, 1860. « Gouache sur papier beige. 44,5 x 36,5 cm. Châtenay-Malabry, Domaine départemental de la Vallée-aux-Loups – Maison de Chateaubriand. Inv. P.987.1. CD92/ Domaine départemental de la Vallée-aux-Loups – Maison de Chateaubriand. »

Les autres photographies ont été prises sur place.

Voir aussi ces articles :

Acquisition : Portrait de Chateaubriand.

Exposition : Boîtes et coffrets romantiques.

Exposition : Portraits de l'époque romantique, une passion de collectionneur.

Exposition : Le salon de Madame Geoffrin.

 
Une vidéo sur la Maison de Chateaubriand - Domaine départemental de la Vallée-aux-Loups à Châtenay-Malabry est visible ici.