Les Archives de la ville de Paris

Les Archives de Paris (à ne pas confondre avec les Archives nationales dont une section se trouve aussi dans la capitale française) sont dirigées par la ville et le département, et situées 18, boulevard Sérurier, dans le 19e arrondissement de Paris. Une annexe est logée à Villemoisson-sur-Orge.

La plus grande partie des documents a disparu lors des incendies de la Commune en mai 1871, notamment les registres paroissiaux et d'état civil allant du XVIe siècle à 1860. Les archives aujourd'hui représentent tout de même plus soixante-dix kilomètres linéaires. Le nouveau bâtiment, mis en service à Paris en 1990, a une capacité de vingt-sept kilomètres linéaires et son annexe en région parisienne de cinquante. Ces deux bâtiments sont presque saturés et devront être agrandis.

Lors de ma visite de ces archives j'ai pu découvrir quelques exemples des fonds. « Trois thématiques dominantes font la richesse et l’originalité de l’établissement : la justice, avec les archives des tribunaux ; l’architecture et l’urbanisme, avec les innombrables plans produits par les services techniques ; le commerce et l’industrie parisienne, avec les archives de la juridiction consulaire depuis le XVIe siècle, l’un des fonds les plus anciens, et du tribunal de commerce. »

Photographies du haut et de gauche : Partie d'un des magasins servant d'espace de conservation.

Photographies ci-dessous : Magasin conservant les plans.

Photographies ci-dessous : Plans de Paris du temps des fortifications.

Photographie ci-dessous à gauche : Plans de la Samaritaine dont LVMH, qui a racheté le bâtiment, détruit l'intérieur (voir cet article).

Les dessins et modèles déposés au Conseil de prud'hommes de la Seine (1844-1979) occupent plus d'un kilomètre et demi de rayonnages (plusieurs centaines de milliers de dessins et modèles) des Archives. Instaurée par la loi du 18 mars 1806, cette procédure « permettait à tout créateur de produit industriel ou artisanal de prouver ses droits et, le cas échéant, d'engager une action en contrefaçon. » En 1979, cette compétence est passée du Conseil de prud'hommes à l'Institut national de la propriété industrielle (INPI). Plusieurs Conseils de prud'hommes spécialisés ont été créés en 1844 et 1847 représentant quatre branches industrielles : métaux, tissus, produits chimiques, industries diverses. En 1890 les branches métaux et industries diverses s'unirent, et une nouvelle fut formée par l'industrie du bâtiment. En 1908 tous les conseils furent réunis en un seul divisé en cinq sections : métaux et industries diverses, produits chimiques, tissus, bâtiment, commerce (non dépositaire de dessins et modèles). Les modèles (en nature ou en reproduction) étaient mis dans une boîte en bois scellée. Une belle part de ce fonds concerne les arts décoratifs et l'industrie du luxe qui étaient très importants à Paris et dans le département de la Seine. Le secteur de la mode était le premier employeur pour les femmes dans la capitale.

Photographies ci-dessous : À gauche - Modèle de flacon en verre pour la parfumerie de la société Guerlain (11 septembre 1906). © LM. À droite - Modèle de corset en tissus noir et rose de Berth Sevrey dite Sander (14 mars 1894).

Photographies ci-dessous : Modèles de robes et manteaux des soeurs Callot (17 août 1919).

Photographies ci-dessous : Photographies de soixante-et-un modèles d'habits de Christian Dior (5 février 1952).

Photographies ci-dessous : Deux modèles de bobines pour cinématographes de Gaumont (20 novembre 1902).

Article et photographies LM