C'est officiel : Nos dirigeants culturels consultent des voyants !

Cela recommence... il semblerait que beaucoup de ceux qui ont à se reprocher leur politique culturelle essayent de noyer le poisson en nous parlant de contemporain et d'avenir. Après des journées du Patrimoine consacrées au Patrimoine du XXIème siècle, voici que le Louvre, dont l'avenir de la stature est compromis (voir cet article), propose, du 24 septembre 2015 au 4 janvier 2016, une exposition intitulée Une brève histoire de l’avenir, qui plus est inspirée du livre de Jacques Attali Une brève histoire de l’avenir, paru en 2006 et réédité devinez quand ?? En août 2015 !

L'affiche de cette exposition (voir les photographies) ne laisse aucun doute sur la manière dont les dirigeants du musée envisagent l'avenir : la guerre, le feu. C'est peut-être pour cela que toutes les réserves du Louvre vont être déménagées à Liévin, et non pas, comme l'ont cru certains, pour éviter une inondation avec le débordement de la Seine.

Est-ce que dans l'administration du Louvre on emploie des devins pour prédire la guerre et la destruction ? C'est sans doute cette pythie qui a prévu qu'Abou Dabi allait devenir une grande démocratie bientôt recouverte d'une fraîche, verte et luxuriante nature.

Là où j'ai un doute sur l'efficacité des mages du Louvre, c'est qu'ils ont choisi Jacques Attali pour les représenter. N'oublions pas que celui-ci a largement contribué à la déchéance de la France. Premier conseiller de François Mitterrand, il continue de donner ses conseils 'salvateurs' pour le futur, alors que nous l'avons tous vu à l'oeuvre ! Une catastrophe s'annonce... c'est sûr... car continuer à écouter des personnes ayant montré leur incapacité n'est pas un bon signe... Je dis ça... mais moi je ne crois pas aux divinations.

En tout cas cette exposition nous donne une vision plus claire de qui est aux manettes dans cette institution... et surtout quelle philosophie... quel état d'esprit... On comprend mieux pourquoi le Louvre est devenu un grand centre commercial, pourquoi il a été créé le Louvre Abou Dabi et pourquoi les réserves du Louvre veulent être déplacées à Liévin.

Dans la novlangue bien particulière de notre époque de communication, ceux qui sont les acteurs de la déchéance de la France et de sa culture se dépeignent comme les garants de l'avenir... ceux qui prennent en main notre futur...

Une brève histoire de l’avenir est une exposition présentée dès la première phrase du dossier de presse comme un « Événement majeur de la programmation de l’automne du musée du Louvre, cette exposition est inspirée du livre éponyme de Jacques Attali, Une brève histoire de l’avenir (Fayard, 2006. Nouvelle édition août 2015). » C'était l'instant pub... pour tous les services rendus par ce collabo...rateur d'avenir !

Continuons avec la phrase suivante : « Pluridisciplinaire, elle fait dialoguer des œuvres insignes du passé avec des créations contemporaines afin de retracer au présent un récit du passé susceptible d’éclairer notre regard sur l’avenir. » L'art contemporain, notre grand sauveur (!?!?!?!), est une nouvelle fois appelé à la rescousse... lui qui depuis quarante ans ne fait qu'annoncer le chaos !!!!

Pour une telle « exposition événement », le Louvre a rassemblé deux-cents œuvres anciennes qui dialoguent avec celles de douze artistes contemporains. On y trouve de très belles choses et de très laides. C'est cela que l'on appelle la décadence ! La décadence c'est ne pas connaître la mesure des choses, leur valeur, de tout mélanger ou pire de remplacer le précieux par le vil. On le voit par exemple dans la manière dont des bâtiments d'une grande valeur patrimoniale sont détruits et remplacés par de l'architecture bas de gamme. C'est même écoeurant de constater la liberté qu'ont certains pour faire n'importe quoi.

On est dans l'enfumage. L'art contemporain aujourd'hui c'est surtout cela, de même que la politique, l'économie etc. Dans notre société de communication cela est aisé. Comme dans cette exposition, on utilise un vocabulaire et des idées qui ne veulent absolument rien dire. Les gens qui ne comprennent pas pensent que cela doit les dépasser par la subtilité du propos ! Cependant dans Une brève histoire de l'avenir il est clairement montré que ceux qui ont conçu cette exposition, non seulement ne connaissent pas l'avenir, mais expriment leur incapacité à comprendre le présent.

Et dire que des personnes sont payées pour exprimer cette décadence, et peuvent avoir accès à des lieux, ou comme pour cette exposition à des objets d'exception, alors que les autres doivent payer quinze euros pour une exhibition où tout est mélangé, où on prépare toujours le chaos... Cela fait frémir de voir de belles oeuvres au milieu de cela, comme de magnifiques casques celtes, gaulois, byzantins... une admirable tenture de Sibylle etc. L'exposition finit même par des sibylles et des prophètes, ce qui démontre qu'elle n'a rien de prophétique et que ce sont sur ces ruines que des personnages comme Jacques Attali, ont contribué à créer, que se construira le monde de demain, si nous arrivons à sortir de cette ère atomique. En attendant aimons notre patrimoine et oublions ces gens... même s'il est difficile d'éviter leurs déjections présentées dans cette exposition sur un plateau d'or.

Évidemment à la sortie on vend des livres devinez de qui ?

Et pour montrer combien notre futur est déterminé par l'extra-lucide Jacques Attali, véritable apôtre de la nouvelle Europe du XXIe siècle, « Au même moment, à Bruxelles, les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique interprètent le même essai dans l’exposition « 2050. Une brève histoire de l’avenir » (11/09/2015 - 24/01/2016). »

Voilà donc nos sauveurs à la 1984 de George Orwell. 1984 est une année que Jacques Attali a pourtant bien connu !