Être et paraître : La vie aristocratique au XVIIIe siècle.

Être et paraître, La vie aristocratique au XVIIIe siècle : Trésors cachés du musée national de la Renaissance est une exposition à découvrir dans les grands salons du Château de La Roche-Guyon (Val-d’Oise) du 11 avril au 29 novembre 2015. Elle a été élaborée à partir du fonds XVIIIe du musée national de la Renaissance qui a prêté 85 objets d’art du XVIIIe siècle provenant de ses réserves. Ceux-ci retracent en dix tableaux la vie aristocratique de l’époque : jeux et divertissements, arts de la table, parure et élégance, toilette et soins, priser et fumer, ouvrages de dames, chasse, armes d’apparat, prières et dévotions, lecture et écriture.

Je pense que cela vaut le déplacement pour les parisiens. Le Vexin est une belle région, avec ses forêts et ses maisons troglodytes. Le Château de La Roche-Guyon est lui-même en partie encastré dans la roche, avec une vue sur la Seine en contrebas. Il est constitué de différentes époques (le plateau du Vexin est occupé dès la Préhistoire) avec l'attestation d'un édifice castral à cet emplacement dès le Xe siècle, dont il reste des traces. Celui-ci est ensuite agrandi et régulièrement en partie reconstruit avec des ajouts que l'on peut s'amuser à essayer de déceler, avec d'importantes modifications au XVIIIe siècle. Il suffit de faire quelques pas à l'intérieur du château pour se retrouver du Moyen-âge au XVIIIe siècle, en passant par la Renaissance ou le XVIIe, en allant même jusqu'au XIXe qui laisse des traces et la dernière guerre mondiale...

Quant à l'exposition, c'est intéressant de voir des objets du XVIIIe siècle de la vie coutumière aristocrate dans ce château. D'après ce que j'ai compris, il s'agit de la seconde exposition dans cet endroit qui possède très peu d'objets anciens. Celle de l'année dernière s'intitulait : Un Rêve de Lumières. Elle mettait en scène des objets scientifiques de grande qualité esthétique datant du siècle des Lumières face à des créations de sept artistes contemporains autour du thème de la lumière et des sciences. Ce lieu est parfait pour des expositions. Il n'est qu'à une heure de Paris en voiture (il n'y a pas gare à proximité). J'en profite pour remercier les personnes qui m'y ont accompagné.

Premières photographies : Flacon de vers 1710-1720 en argent doré et émail. Le médaillon représente une dame à sa toilette. Elle tient un peigne dans une main et ses cheveux dans l'autre. Sur la table de toilette sont posés un autre peigne, un miroir dans lequel se reflète une partie d'un cadre d'un tableau, un coffret contenant des flacons de senteurs et une boite à poudre. La jeune femme est en déshabillé. À gauche se trouve un flacon en verre de la fin du XVIIe siècle et derrière un coffret de vers 1750 en bois de Sainte-Lucie, « assemblé, sculpté et gravé ».

Photographie de gauche : Table de toilette du XVIIIe siècle prête à s'envoler (déployant ses ailes).

Photographie de droite : Nécessaire à broder (ciseaux, porte-crayon, poinçon à broder, couteaux) sans doute du XVIIIe siècle.

Photographie de gauche : « Bésicles et leur étui. Milieu du XVIIIe siècle. Cuivre doré, verre. »

Photographie de droite : Groupe en porcelaine dure de la Manufacture de Hoescht en Allemagne du milieu du XVIIIe siècle représentant un couple de bergers.

Photographies ci-dessous : « Châtelaine portant montre et breloques » fabriquée à Paris. Elle est du XVIIIe siècle, en or émaillé, porcelaine et verre.

Photographies ci-dessous : La toilette d'Esther. Première pièce de la Tenture d'Esther de la « Manufacture des Gobelins, d'après Jean-François de Troy, signée et datée Audron G, 1769, haute lisse, laine et soie, 332 x 400 cm. »

Photographies ci-dessous : Cet intéressant papier peint, imprimé sur bois et coloré à la main, d'une salle du château, est du XVIIIe siècle. Il s'agit d'une importation de la Compagnie des Indes venant d'Asie. Du reste il ne s'agit pas de papier chiffon (papier vergé) comme j'ai pu le constater mais sans doute de papier de riz.

Photographie ci-dessous : Escalier à l'entrée du château.

Photographies ci-dessous : Château et entrée de celui-ci.